Séminaire – L’enseignement de l’histoire de l’art et du dessin sous la Troisième République (INHA, 27 juin 2019)

À cette occasion, deux invitées viendront nous éclairer sur les politiques et la place de l’enseignement des Beaux-Arts, du dessin et de l’histoire de l’art dans les trois ordres d’enseignement (primaire, secondaire et supérieur) sous la IIIe République.

 

  • Marie-Claude Genet-Delacroix présente une communication sur l’« Histoire des politiques de l’enseignement des Beaux-Arts et du dessin sous la IIIe République 1870-1940 ». Professeur émérite d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Reims Champagne-Ardennes, ses recherches portent sur l’histoire culturelle, et plus particulièrement l’histoire des Beaux-Arts et des institutions artistiques aux XIXe et XXe siècles.
  • Mme Ying Zhou  présentera une communication sur « La place de l’histoire de l’art dans l’enseignement du dessin dans les lycées publics de la IIIeRépublique ». Doctorante en Histoire de l’art en cotutelle à l’Université des études internationales de Shanghai (SISU) et à l’Université Panthéon-Sorbonne. Sa thèse porte sur l’enseignement de l’histoire de l’art et la formation du citoyen en France.

Il s’ensuivra un moment de discussion et d’échanges animé par Mme Genet-Delacroix. 

Cette séance se tiendra le jeudi 27 juinde 18h30 à 20h30 en Salle CIRHAC (1er étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris).

AàC – Ce que l’art fait à l’école. La politique publique d’insertion d’œuvres plastiques dans les établissements scolaires et universitaires (1880-2020) (Dijon, 10-11 octobre 2019)

  • Deadline propositions : 30 mai 2019
  • Colloque : 10 et 11 octobre 2019 à Dijon
  • Publication des actes

Le 12 mai 1880, Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, créa la Commission de la décoration des écoles, sur proposition du Directeur de l’Enseignement primaire Ferdinand Buisson. Cette commission était chargée d’étudier les questions relatives à la décoration des écoles au moyen de tableaux, de peintures, de cartes, de dessins ; à la constitution de petites collections artistiques destinées aux musées scolaires ; au choix de séries de gravures destinées à être données en récompense aux enfants des écoles. La création de cette commission remplissait ainsi les souhaits de Victor Duruy, ministre de l’Instruction Publique sous le Second Empire, qui avait déclaré : « Je voudrais que les murailles de nos 70 000 écoles fussent couvertes, du haut en bas, d’images. De l’école elles seraient passées dans la chaumière. » La volonté de faire pénétrer l’art à l’école, non seulement par l’enseignement du dessin puis plus tard des arts plastiques, mais également par la mise en place d’un cadre harmonieux et d’un matériel scolaire à prétention esthétique, sera poursuivie tout au long de la Troisième République. Cet effort ne fut pas abandonné, mais se poursuit de nos jours en s’étendant à tous les niveaux de l’enseignement, de l’école maternelle aux universités.

La procédure dite du « 1 % » établie en 1951, prévoyant la réalisation d’une œuvre d’art lors de la construction d’un bâtiment public contribua au développement de l’art en milieu scolaire et universitaire où elle fut particulièrement appliquée. Le campus de l’Université de Bourgogne constitue à cet égard un site singulier.

Le colloque organisé par le Centre Georges Chevrier UMR CNRS uB en partenariat avec l’Atheneum entend revenir sur cette histoire méconnue. Il s’articulera autour de trois axes principaux :

  1. Le rôle de l’image dans les théories pédagogiques ;
  2. Les musées scolaires et universitaires ;
  3. Les décors peints et sculptés dans les établissements d’enseignement.

Parution: Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines / 2

Le numéro 2 de la revue Artefact.Techniques, histoire et sciences humaines (CNRS Ed.) vient de paraître. Il comporte deux dossiers thématiques, l’un, consacré à « Art et Industrie », porte sur les enjeux de la formation du XVIIIe au XXe siècle ; le second traite de la question des outils simples.

Le volume peut être acheté aux adresses suivantes :

  • http://www.cnrseditions.fr/317__Artefact
  • http://vitrine.edenlivres.fr/publications/38348-artefact
  • La version numérique téléchargeable est en cours de réalisation.

Sommaire :
“Art et industrie: les enjeux de la formation”, dossier coordonné par Stéphane Lembré et Audrey Millet

  • Introduction, Stéphane Lembré et Audrey Millet
  • Le « trompe-l’œil » des beaux-arts : la formation des dessinateurs au XVIIIe siècle, Frédéric Morvan Becker
  • Les écoles de dessin linéaire de la Restauration. Les cas des départements du Lot et de l’Yonne, 1817-1831, Gérard Bodé
  • Former les jeunes au dessin sur support céramique : capitalisation des connaissances et action sociale au sein de la fabrique Collinot & Cie, Sabine Pasdelou
  • « Un bon horloger est à la fois un savant et un artiste ». La formation des horlogers à Paris (1750-1850), Marie-Agnès Dequidt
  • Du dessin de fabrique à la formation des dessinateurs : des techniciens entre art et industrie XVIIIe-XIXe siècles, Audrey Millet
  • La fabrique de Paris au XIXe siècle : qualités de produits et formations des fabricants, Nadège Sougy
  • Économie des honneurs techniques et production de la qualité sous la Troisième République. L’action de la Société d’encouragement à l’art et à l’industrie, Stéphane Lembré
  • Pour l’art et pour la technique. Former à la céramique (France, 1840- 1940), Florent Le Bot

“Qu’est-ce qu’un outil simple?”, dossier coordonné par Sophie A. de Beaune

  • Appréhender les outils simples en contexte préhistorique, Sophie A. de Beaune
  • Des outils simples ou rudimentaires aux pratiques sociales : étude d’un cas à Chypre au Néolithique pré-céramique, Laurence Astruc
  • Définir un outil simple : notion universelle ou contextuelle ? L’exemple des outils en os et en roches tenaces du Néolithique de Suisse occidentale, François-Xavier Chauvière, Catherine Joye
  • Des outils simples en émeri dans le monde égéen. Une approche ethnoarchéologique, Athina Boleti

 

Parution: Des Beaux-Arts à l’université. Enseigner l’architecture à Strasbourg

Parution sous la direction d’Anne-Marie Chatelet et Franck Storne, Des Beaux-Arts à l’université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Éditions Recherches/École nationale supérieure des Beaux-Arts de Strasbourg, 2013.

Présentation: L’École d’architecture de Strasbourg a une histoire singulière. Comme ses semblables, elle est née école régionale, a vécu dans le giron de l’École des Beaux-arts jusqu’aux années 1968 puis a connu une effervescence qui l’a menée vers l’autonomie.
 Seule de sa sorte, c’est une « école d’extrême frontière », imposée à une ville qui possédait une école technique fondée par les Allemands, par un ministère soucieux d’étendre l’influence française. 
Sa vie, qui commence en 1921, est assez jeune
 pour que nous ayons pu retrouver certains de ceux
 qui l’ont connue. Le premier volume offre ainsi un florilège de leurs souvenirs et le second, un choix de leurs dessins en couleurs. Son histoire est retracée à travers une vingtaine d’articles signés de différents auteurs, éclairant non seulement l’évolution de l’École, mais aussi celle de l’enseignement de l’architecture 
au XXe siècle.

JE: Etudier l’architecture aux Beaux-Arts. Rencontres autour de la mise en ligne du « Dictionnaire des élèves architectes de l’école des Beaux-Arts (1800-1968)

L’INHA organise organise le 18 juin 2013 une journée d’études consacrée à “Etudier l’architecture aux Beaux-Arts. Rencontres autour de la mise en ligne du « Dictionnaire des élèves architectes de l’école des Beaux-Arts (1800-1968) »”.

Présentation:

Héritière de l’enseignement de l’Académie royale d’architecture, l’École des Beaux-arts a exercé un quasi monopole sur l’enseignement de l’architecture en France des toutes premières années du XIXe siècle à son éclatement en 1968.

Plus de 18 000 élèves en architecture y ont été officiellement inscrits. Probablement le double, ou plus encore, a fréquenté un des ateliers d’architecture officiels ou extérieurs. Certains se sont même déclarés indûment avoir été élève de l’École. Son influence a largement débordé les frontières de la France, notamment sur certaines groupes d’élèves étrangers, comme les Suisses, les Roumains et surtout les Américains, marquant durablement les réalisations architecturales et urbaines dans ces pays, jusque dans les années 1920.

Le recensement et le dépouillement systématiques des registres matricules de l’École ont permis de dresser une liste exhaustive des élèves qui y ont effectué une scolarité, même partielle. Les informations sur les étapes de cette scolarité tirées des feuilles de valeurs ont formé le socle d’un dictionnaire, qui constitue en même temps une liste d’autorité.

Les 5 300 premières notices des élèves admis sur toute la durée du xixe siècle ont été mises en ligne sur le site de l’INHA. Chacune est accompagnée des images numérisées du dossier de l’élève (conservé aux Archives nationales de France) et d’une notice biographique contenant des informations sur la carrière de chacun, issues d’autres sources documentaires. Continuer la lecture de « JE: Etudier l’architecture aux Beaux-Arts. Rencontres autour de la mise en ligne du « Dictionnaire des élèves architectes de l’école des Beaux-Arts (1800-1968) »