Parution – Edgar Leblanc (dir.), “Dictionnaire de l’enseignement agricole”, 2022

Avec ses 210 000 étudiants, élèves, apprentis, l’enseignement agricole constitue une partie atypique du système éducatif français en tant que dispositif d’enseignement et de formation relevant des attributions du ministère de l’Agriculture. Loin de se circonscrire à l’agriculture, son spectre d’intervention comprend l’environnement, les industries alimentaires, le machinisme agricole, la forêt, le cheval, les services en milieu rural.

Et pourtant, qui connaît vraiment l’enseignement agricole ? L’ambition de ce Dictionnaire de l’enseignement agricole est double : sortir l’enseignement agricole des images d’Epinal qui sont encore largement diffusées ; proposer une vision pluraliste et nuancée d’un dispositif d’enseignement qui a fortement contribué aux transformations du monde rural. Il s’adresse d’abord aux acteurs présents aujourd’hui dans l’enseignement agricole qui y trouveront à la fois la présentation de faits et l’analyse de situations.

Et plus largement à ceux qui s’intéressent à l’éducation, à la formation professionnelle et au monde rural qui y retrouveront les cadres institutionnels situés dans leurs contextes, quelques acteurs qui ont marqué cette histoire, des présentations d’établissements, des études régionales, des analyses de questions politiquement et socialement sensibles. Pour rassembler cette somme de connaissances sur l’enseignement agricole, sur les établissements publics comme privés, sur leur histoire et leur organisation, le Comité d’histoire de l’enseignement agricole a réuni une cinquantaine de contributeurs, pour la plupart anciens acteurs de l’enseignement agricole ayant joué un rôle modeste ou plus en vue au cours des années 1960-2010, ainsi que des intervenants d’aujourd’hui, fins connaisseurs de tel ou tel aspect.

Le coeur de l’ouvrage est constitué de 186 notices, classées par ordre alphabétique des mots-clés du titre, plus ou moins développées selon les sujets abordés. Les notices traitant de questions vives ou mobilisatrices, par exemple, demandent des développements plus amples que celles présentant la biographie des acteurs ou l’évocation de l’histoire de certains établissements.

Publication – N° de varia de la revue “Histoire de l’éducation”

Histoire de l’éducation – n°152  2019/2Varia

  • Jean-Michel Martinez, L’enseignement des sciences et de l’agriculture dans les écoles normales d’instituteurs de l’académie de Montpellier (1880-1905)Science and agricultural education in the Académie de Montpellier male teacher training colleges (1880-1905)
  • Marc Moyon et Nara Vilma Lima Pinheiro, René Duthil, militant français de l’adoption des tests à l’école dans l’entre-deux-guerres René Duthil, French activist for the method of tests at school during the Interwar period
  • Paul LehnerLes concurrences entre syndicats et association professionnelle pour la représentation des conseillers d’orientation (1964-1968). Competitions between trade unions and professional association for the representation of guidance counselors (1964-1968)
  • Thomas Lerosier, Institutionnalisation de la recherche et formation des ingénieurs à Grenoble (années 1960-1980). Engineering Education and Institutionalization of Research (1960-1980)
  • Notes critiques

Ressource – “L’École des paysans”, site sur l’enseignement agricole en France et en Europe

Michel Boulet, professeur de l’Enseignement supérieur agronomique honoraire (AgroSup Dijon), ancien directeur de l’Institut national de recherches et d’applications pédagogiques du ministère de l’Agriculture, nous signale son site sur l’enseignement agricole.

“L’École des paysans”

Il y met en ligne des travaux de recherche sur l’enseignement agricole en France et en Europe, à travers des billets sur l’histoire de l’école des paysans, mais également des rapports, notes et textes réglementaires. On y trouve également des ressources bibliographiques, théoriques et une histoire du pôle d’enseignement agricole dijonais.

Thèse soutenue: L’école des producteurs

Stéphane Lembré a soutenu sa thèse le 16 septembre 2011 sur “L’école des producteurs. Activités économiques et institutionnalisation de la formation au travail dans la région du Nord des années 1860 aux années 1930“.

Le jury était composé de Anne-Françoise Garçon, Université Paris 1, Gérard Bodé (INRP – Service d’histoire de l’éducation), Jean-François Chanet (IEP Paris), directeur de thèse, Jean-François Eck (Université Lille 3), André Grelon (EHESS) et Paul-André Rosental (IEP Paris et EHESS).

Présentation:

L’objectif de cette étude est de comprendre le développement des besoins de formation au travail agricole, commercial et industriel dans le Nord de la France. La chronologie propre à l’institutionnalisation des formations des années 1860 aux années 1930 permet de suivre la construction incertaine d’un système régional de formation. Les dispositifs de formation anciens sont renouvelés et complétés grâce au renforcement des efforts de responsables politiques, économiques et éducatifs convaincus progressivement, et pour des raisons diverses, de la nécessité de disposer d’un personnel formé. Les relations entre collectivités locales et administrations centrales autour du dossier de la formation sont subordonnées à la construction économique régionale. Elles justifient la recherche de niveaux intermédiaires de gestion de ces équipements de l’économie qui reposent sur l’engagement de responsables convaincus, attentifs aux développements des formations en France et à l’étranger.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search