Soutenance de doctorat – Dalia Khalil, “Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)”, ENS Lyon, déc. 2021

Dalia Khalil a soutenu sa thèse de doctorat en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialité histoire de l’éducation, intitulée : 

Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)

Cette thèse est dirigée par Philippe Savoie et co-encadré par Frédéric Abécassis et sera présentée devant un jury composé de : 

  • Laura Abou Haidar, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Rapporteure
  • Jean-François Fau, Professeur, Université Senghor Alexandrie, Rapporteur
  • Sylvia Chiffoleau, Directrice de recherche, UMR LARHRA, Examinatrice
  • Daniel Lançon, Professeur des universités émérite, Université Grenoble Alpes, Examinateur
  • Frédéric Abécassis, Maître de conférences, École normale supérieure de Lyon, Co-encadrant
  • Philippe Savoie, Professeur des universités, École normale supérieure de Lyon, Directeur de thèse

La soutenance a eu lieu le lundi 13 décembre à 14h30 à l’ENS Lyon, à la salle D2-012.

Résumé de la thèse :

Le statut du français en Égypte a toujours été lié à la situation politique générale du pays. Bien que la langue française n’ait jamais été reconnue comme langue officielle en Égypte, elle a longtemps été considérée comme la première langue étrangère de communication internationale. De ce fait, elle a bénéficié d’un statut privilégié et unique dans les grandes villes du pays telles que Le Caire et Alexandrie. Cette étude s’est donnée pour objectif d’utiliser le fonds Leprettepour faire apparaître et analyser le rôle de la France dans l’enseignement public égyptien au cours du XXe siècle, plus précisément entre 1919 et 1956.

Enseignant, puis inspecteur, Fernand Leprette a été en relation avec l’ensemble des enseignants de français (français et égyptiens), recueillant attentivement leurs témoignages et répondant à leurs demandes. Sa correspondance avec les enseignants de français, ses rapports de visites dans les différents établissements éducatifs du pays, ses notes, ses articles et ses comptes-rendus, sont autant de sources d’informations.

La position de Fernand Leprette, entre vie littéraire francophone égyptienne et réseau éducatif national, lui permettait d’avoir un regard averti sur le niveau du français en Égypte et sur l’ampleur de sa présence. En 1922 et comme conséquence de l’occupation britannique, c’est un malaise profond que vivaient les inspecteurs de l’Éducation nationale et les autorités françaises, en constatant le bas niveau des étudiants en français. Pour tous, des réformes s’imposaient, qui nécessitaient de nouvelles réglementations concernant l’enseignement et l’apprentissage de cette langue. C’est dans ce cadre que se situe notre recherche qui se propose de suivre l’évolution du français en Égypte depuis son implantation, au début du XIXsiècle, jusqu’en 1956. Et cela à travers le rôle qu’a eu Fernand Leprette au ministère de l’Instruction publique.

Parution – Claude Hui, “L’AFDET et l’Enseignement technique 1902-2002 : une histoire partagée”, AFDET, 2021

Au moment où l’AFDET s’interroge sur son devenir ce livre raconte cent ans d’histoire de l’association créée en 1902 pour confronter les points de vue de gens issus du monde de la formation et du monde économique soucieux de répondre à la crise de l’apprentissage sous toutes ses formes. Le dépôt d’un premier projet de loi en 1905, l’organisation d’ un congrès de l’Enseignement technique à Roubaix en 1911, la création d’un certificat de capacité professionnelle réservé aux seuls apprentis qui deviendra plus tard le certificat d’aptitude professionnelle ouvert à tous, apprentis et scolaires, le vote de la loi Astier en juillet 1919 sont des moments d’intense activité pour les adhérents de l’association. Peu à peu se dessine ce que doit être la formation professionnelle par rapport aux formations académiques. Il s’agit d’associer enseignement général et enseignement pratique et de former l’homme, le citoyen et le professionnel.

A travers ses conférences ou ses colloques tant à Paris qu’en province, ses relations particulières avec les ministères, par ses enquêtes de terrain, l’AFDET élabore de nombreuses propositions, suggère des améliorations. Par étapes successives et non sans difficultés est ainsi  mise en place une structure de formation allant du Certificat d’aptitude professionnelle au diplôme d’ingénieur telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ce livre veut rendre témoignage du travail mené par tous ces bénévoles qui, à un titre ou à un autre, ont œuvré pour faire reconnaître l’enseignement technologique et professionnel au même titre que les autres ordres d’enseignement.

Coll: De l’université de Paris aux universités franciliennes

Voici le programme du colloque « De l’université de Paris aux universités franciliennes » qui se tiendra les 30 et 31 janvier 2014.

Programme en Pdf

Jeudi 30 janvier 2014 (Grand salon de la Sorbonne, Paris)
9h15 : Accueil
9h45–10h15 : Ouverture institutionnelle du colloque

  • François Weil, Recteur-chancelier des universités de Paris, sous réserve.
  • Jean-Loup Salzmann, Président de la Conférence des présidents d’université
  • 10h15–10h30 : Introduction scientifique du colloque (Florence Bourillon, UPEC et Stéphanie Méchine, Chancellerie des universités de Paris).

SESSION 1 : Réinventer l’université de Paris, des intentions aux premières réalisations (présidence de session : Jean-Noël Luc, UP4)

  • 10h30-10h50 : Loïc Vadelorge (UPEM) : La genèse de la carte universitaire francilienne : du Padog aux villes nouvelles, 1960-1974
  • 10h50-11h10 : Marie-Claude Delmas (AN) : Au sein de la réforme, le secrétaire général de l’académie, Pierre Bartoli, 1951-1976
  • 11h10-11h30 : Arnaud Desvignes (UP4) : La création des universités parisiennes et la question de leur financement, 1970-1981
  • 12h00-12h20 : Ana Bela de Araujo (ENSA Marseille) : La nouvelle faculté des sciences à Orsay dans la construction de la carte scientifique francilienne, 1954-1965
  • 12h20-12h40 : Franck Delorme (Cité de l’architecture et du patrimoine) : Les premiers bâtiments de la faculté des sciences de Jussieu (1956-1960). Une architecture universitaire méconnue dans le paysage des berges de la Seine

Continuer la lecture de « Coll: De l’université de Paris aux universités franciliennes »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search