Parution – Yves Dénéchère, “Enfants eurasiens d’Indochine aux vents de la décolonisation”, Peter Lang, 2024

https://www.peterlang.com/document/1434234

Des milliers d’enfants métis nés dans l’Indochine coloniale ont été déplacés en France des années 1940 jusqu’au début des années 1970. Il s’agissait tout d’abord de former les jeunes eurasiens pour en faire des cadres pour la colonie puis, après la décolonisation, de les assimiler à la société française. Issues de la rencontre entre dominants et dominées, investies d’enjeux politiques et sociaux très forts, mais aussi idéologiques et démographiques, les personnes concernées ont dû se construire en métropole en tant que migrantes et métisses racisées. Grâce au croisement des archives avec de nombreuses sources orales et une enquête par questionnaire, ce livre reconstruit historiquement l’expérience d’acculturation et de construction subjective des Eurasiens et des Eurasiennes tout au long de leur vie. Le 70e anniversaire de la fin de la présence française en Indochine est l’occasion de sortir de l’ombre un pan méconnu de l’histoire coloniale et postcoloniale de la France.

SOMMAIRE :

Première partie – Enfances racisées

  • Chapitre 1 L’Indochine française au risque du « fait eurasien »
  • Chapitre 2 L’impérieuse assistance aux enfants métis
  • Chapitre 3 De nouveaux enjeux après 1945
  • Chapitre 4 Enfances métisses en guerre(s)
  • Chapitre 5 Récupérer les enfants eurasiens et les éduquer à la française

Deuxième partie – Histoires parallèles

  • Chapitre 6 Des « rapatriements » imposés par les événements ?
  • Chapitre 7 Expériences enfantines de la transplantation
  • Chapitre 8 Les filles de l’abbaye et d’ailleurs
  • Chapitre 9 Les foyers de garçons
  • Chapitre 10 Les enfants africasiens entre Indochine, Afrique et France
  • Chapitre 11 Les enfants métis de Seno

Troisième partie – Constructions subjectives

  • Chapitre 12 Les voies de l’acculturation
  • Chapitre 13 S’affirmer entre contrainte et agentivité
  • Chapitre 14 (Re)Faire famille en France
  • Chapitre 15 Fin de mission pour la FOEFI
  • Chapitre 16 Identité et mémoires du métissage et du déplacement

Conclusion

Colloque international – “Enfants en décolonisation : migrations contraintes et construction individuelle 1945-1980”, ANR EN-MIG, 19-20 juin 2024, Angers

Mercredi 19 juin

9h30 Accueil

9h45 : Introduction par Yves Denéchère, coordinateur scientifique d’EN-MIG

10h00 1ère séance : Marges de manœuvre

  • Daouda Gary-Tounkara, chargé de recherche au CNRS en histoire (IMAF), membre d’EN-MIG : « Ni contrainte, ni trauma, expériences et récits de jeunes migrants de l’AOF arrivés en métropole »
  • Yves Denéchère, professeur d’histoire contemporaine (Université d’Angers-TEMOS), coordinateur d’EN-MIG : « Saisir l’agentivité des enfants eurasiens d’Indochine déplacés en France des années 1940 aux années 1970 »

11h45 pause

12h00 Parcours d’enfants eurasiens : présentation de story map réalisées par des étudiantes du master archives, encadrées par Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique (Université d’Angers-TEMOS)

12h30 pause méridienne

14h00 2eme séance : Acculturation et identités

  • Martino Oppizzi, docteur en histoire (Université Paris VIII), membre de l’École française de Rome : « Une jeunesse disputée : trajectoires migratoires d’enfants juifs italiens en Tunisie, entre guerre et décolonisation (1945-1967) ».
  • Josiane Toussé Djou, docteure en sciences politiques, enseignante-chercheure
(Université de Yaoundé II Soa, Cameroun) : « “Ni noirs”, “ni blancs” : stratégies d’acculturation et d’intégration socio-culturelle postcoloniale des enfants métis en France »

15h15 pause

15h30 3eme séance : Relations familiales

  • Gilbert Wate Sayem, docteur en histoire, chercheur à l’Université de Dschang (Cameroun) : « Les enfants en pays bamiléké (Ouest-Cameroun) pendant la Guerre de Libération Nationale du Cameroun : Rupture du lien familial, déplacements forcés, enrôlement dans les branches armées et difficile reconstitution de la cellule familiale post-guerre (1957-1971) ».
  • Raphaëlle Branche, professeure d’histoire contemporaine (Université Paris-Nanterre-ISP), responsable scientifique d’EN-MIG : « Ce que l’exil a fait aux enfants d’ex-harki : relations adelphiques et expériences contrastées des effets de la migration familiale »
  • Michèle Baussant, directrice de recherche CNRS en anthropologie (ISP, Nanterre), membre d’EN-MIG : « Exil et inversion des rôles familiaux : analyse comparée de trajectoires d’enfants européens d’Algérie et Juifs d’Égypte ».

17h15 fin de la première journée

Jeudi 20 juin

9h30 4eme séance : L’école, la formation

  • Christelle Gomis, docteure en histoire (Institut Universitaire Européen, Florence) : « Écrits d’enfants migrants comme agents de renouveau éducatif dans le Londres des années 1960-1970 »
  • Magali Bigaud, docteure en histoire contemporaine (Université Rennes 2) : « Trajectoires scolaires d’enfants métis “rapatriés” par la FOEFI, 1953-1970 : du cadre vers l’autonomie »
  • Zoé Poli, doctorante en histoire contemporaine (Université Lyon 2) : « Se déplacer pour se former ? Migrations d’adolescentes guadeloupéennes, martiniquaises et réunionnaises en France métropolitaine via le BUMIDOM (1974-1980) ».

11h15 pause

11h30 5ème séance Constructions subjectives par le déplacement

  • Alvine Henriette Assembe Ndi, Ph.D Département d’Histoire, Université de Douala (Cameroun) : « Des enfants “déplacés internes” ? À propos de la délocalisation de la Cité des métis de Yaoundé pour Ayos (Cameroun) en 1951 »
  • Violaine Tisseau, chargée de recherche au CNRS en histoire (IMAF), responsable scientifique d’EN-MIG : « Devenir Sakayen : quand la mobilité juvénile forge l’identité (Madagascar, 1952-1977 et au-delà) »

12h45 pause méridienne

14h00 6e séance : Mémoire, histoire, écritures

  • Gilles Gauvin, docteur en histoire, chargé de cours à l’Université de la Réunion et Philippe Vitale, professeur de sociologie (Aix-Marseille Université-LEST) : L’affaire de la transplantation desdits Réunionnais de la Creuse (1962-1984) : la dialectique des mémoires et de l’histoire »
  • Zoé Grumberg, docteure en histoire contemporaine, post-doctorante d’EN-MIG (Université d’Angers-TEMOS) : « Retour sur une expérience de recherche : atelier de recherche et expérience de co-écriture de l’histoire entre une historienne et des Eurasien·nes ».
  • Daniel Foliard, professeur d’histoire contemporaine (Université de Paris), membre d’EN-MIG : Les valeurs du visage : lire le portrait biométrique dans les laissez-passer des enfants eurasiens de la FOEFI »

15h30 Conclusions et perspectives de fin du programme EN-MIG

Fin du colloque à 16h00

Comité scientifique : Jennifer A. Boittin, Professor of French, Francophone Studies and History, Penn State University ; Amandine Lauro, chercheuse qualifiée du FNRS en histoire, Université Libre de Bruxelles ; David M. Pomfret, professor of History, University of Hong Kong ; Emmanuelle Saada, professor, departments of French and of History, Columbia University ; Raphaëlle Branche ; Yves Denéchère ; Daniel Foliard ; Zoé Grumberg ; Violaine Tisseau

Comité d’organisation : Blandine Blaiteau, Raphaëlle Branche, Yves Denéchère, Daniel Foliard, Bertrand François, Zoé Grumberg, Valérie Moh-Sia Koffi, Violaine Tisseau, Magali Vautelin

Sém.: Transferts culturels/Histoire universitaire

Le séminaire “Transferts culturels” s’efforce de suivre l’évolution des recherches sur les 
transferts culturels, notamment mais pas exclusivement ceux qui impliquent
 l’espace germanophone.
Les thèmes abordés sont délibérément variés, de manière à favoriser les contacts entre disciplines et les discussions méthodologiques. L’histoire des sciences humaines constituera toutefois un axe fédérateur : sera ainsi abordée dans une perspective transnationale l’histoire des sciences de l’Antiquité, de la romanistique, de l’histoire de l’art, de
 l’africanisme, de l’anthropologie préhistorique, de l’orientalisme
 ou encore des études yiddish. Les aspects politiques (construction des identités nationales) et institutionnels (histoire des musée, des chaires…) viendront étayer l’histoire intellectuelle.

Le séminaire est ouvert aux étudiants de tout niveau, ainsi qu’aux chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés.
Les séances ont lieu en salle INFO 1 de l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, le vendredi matin de 9h30 à 12h30. La salle se trouve dans le bâtiment Rataud, au 2e sous-sol.
Contact : UMR 8547 Pays germaniques-Transferts culturels
michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr, anne-marie.thiesse@ens.fr

La séance du 09 Janvier sera consacrée à l’histoire universitaire

Ng Thuy Phong (Paris) : “La vietnamisation de l’enseignement supérieur dans le Sud-Vietnam
(1955-1975)”

Il s’agit du débat entre Sud-vietnamiens, Français et Américains autour de
la volonté de vietnamiser l’enseignement supérieur. Nous assistons au
conflit entre “l’école française” et “l’école américaine”. Les professeurs
 vietnamiens formés par l’enseignement français résistent à cette volonté de
 vietnamisation.

Anne Saada (CNRS/ENS, Paris) : “Le réseau académique de Göttingen au XVIIIe siècle dans l’espace des
 circulations internationales savantes”

L’inscription de la ville de Göttingen dans l’espace des circulations 
internationales savantes ne va pas de soi. De fait, avant la fondation de 
son université en 1734, cette bourgade située dans l’Électorat du Hanovre
 était inexistante tant à l’échelle de l’Europe qu’à celle du Saint-Empire 
Romain Germanique. Vingt ans plus tard déjà, elle était parvenue à se faire
 une place sur la carte de la République des Lettres. Comment et par quels
 moyens cette petite ville allemande a-t-elle pu devenir en si peu de temps 
un pôle savant européen?

Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale

Lê Phuôc Hông a soutenu sa thèse (sous la direction de Jean-Yves Mollier):  “Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale : crises, changements et permanences (1858-1945)“, le lundi 3 novembre 2014, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Membres du jury :

  • Pierre BROCHEUX, Professeur Emérite, à l’Université Paris Diderot Paris VII – Rapporteur
  • Trinh VAN THAO, Professeur Emérite, à l’Université d’Aix Marseille – Rapporteur
  • Jean-Yves MOLLIER, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Directeur de thèse
  • Jean-Claude YON, Professeur des Universités, à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines – Examinateur

Résumé :
Le Confucianisme fait partie intégrante de la culture vietnamienne. En fait, importées au Vietnam dès les premiers jours de la domination chinoise il y a plus de 2000 ans, les doctrines confucéennes commencèrent à obtenir une place dominante dans l’éducation et la politique nationales au XVe siècle. La dernière monarchie du Vietnam, celle des Nguyễn, fut fondée au XIXe siècle. Elle choisit le Confucianisme comme base idéologique de son régime. Les concours confucéens, servant à recruter les fonctionnaires d’Etat, furent alors rétablis. La société fonctionnait alors sous le signe du Confucianisme. La colonisation française devait interrompre ce processus. Les Français importèrent en effet leur système éducatif et imposèrent leur domination politique. Comment réagirent les lettrés confucéens vietnamiens ? Ils n’avaient pas une même attitude face au nouveau contexte historique, divisés entre l’ancien et le nouveau, entre la résistance et la collaboration, entre la sauvegarde ou l’abandon du système confucéen. Au début du XXe siècle, en 1919, les derniers concours confucéens se déroulèrent au Vietnam. Après cette date, les lettrés vietnamiens continuèrent à se diviser sur la voie du salut national, et l’un d’entre eux, Hồ Chí Minh a réussi dans sa voie révolutionaire avec le marxisme-léninisme qui gouverne encore le Vietnam de nos jours. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse: Les lettrés vietnamiens et le confucianisme à l’épreuve de l’agression occidentale »

Parution: Enfances déplacées en situation coloniale

Le dernier numéro de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (14/2013) est consacré aux “Enfances déplacées. I. en situation coloniale“.

Ce numéro considère la portée du projet colonial du XIXe et XXe siècle en Rhodésie du Sud, au Ruanda-Urundi, l’ex-Indochine, Australie, Québec et en URSS. Il analyse la manière dont le pouvoir colonial s’est appliqué à façonner les sociétés indigènes, organisant la migration de dizaines de milliers d’enfants contre leur gré, sans égards pour les racines culturelles des jeunes ainsi (dé)placés. Ce volume témoigne de la souffrance et des résistances de ces enfants.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search