Publication – Manon Pignot, « L’appel de la guerre. Des adolescents au combat, 1914-1918 »

Anamosa, 2019.

Christian Sarton du Jonchay, Ernest Wrentmore, Marina Yurlova, Rudolf Höss, Jack Cornwell… Ces jeunes Français, Américain, Russe, Allemand ou Anglais sont nés entre 1899 et 1904 ; ce sont des combattants juvéniles, dont l’historienne Manon Pignot est allée chercher la trace dans les archives d’Europe et d’Amérique du Nord. Bien souvent camouflés, du fait du caractère illicite de leur engagement au sein des armées régulières, trouver ces « ado-combattants »  relève du jeu de piste, tant les sources sont parcellaires, dissimulées. L’auteure interroge les raisons comme les modalités de l’engagement de ces adolescents, les obstacles aussi qu’ils ont dû surmonter et la manière, s’ils ont survécu, dont cette expérience de guerre les a marqués. Patriotisme, transgression et filiation, désir d’aventure et désir de guerre… C’est une histoire délicate à écrire, tant elle touche à nos conceptions contemporaines de l’enfance et de l’adolescence. Avec ce travail pionnier, Manon Pignot s’attaque à un angle mort de l’historiographie contemporaine.

Journée d’études – Quelle Europe pour la jeunesse ? (LabEx EHNE, 16 mai 2019)

Journée d’étude organisée par le LabEx EHNE (Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe) et l’IHA (Institut Historique Allemand)

Cette journée d’études intervient dans le contexte des élections européennes qui posent une nouvelle fois les questions de la démocratisation et de l’avenir de l’Europe politique. Sur cette toile de fond, il s’agit d’interroger l’histoire des constructions narratives qui ont eu pour fonction la transmission de l’Europe aux jeunes générations dans une dimension supranationale.

Existe-t-il un grand récit européen pour la jeunesse ou une multitude de récits plus ou moins convergents, ou au contraire antagonistes voire concurrentiels selon les nations ou régions européennes ? Peut-on cartographier l’Europe selon les identités narratives que différents acteurs se forgent d’elle ? Sur quels faits historiques se sont construits ce(s) récit(s) européen(s) au cours de l’époque contemporaine ? Par quels supports et quels acteurs s’est transmise l’Europe à la jeunesse ? Quelles en seraient les dynamiques nationales/supranationales et les limites géographiques ? Quelles représentations en Europe et en dehors de l’Europe les jeunes ont de ce continent ?

Publication : Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) (Yves Denéchère dir., 2019)

Couverture de l’ouvrage : Yves Denéchère (dir.), Enjeux postcoloniaux de l’enfance et de la jeunesse. Espace francophone (1945-1980) . Peter Lang, 2019.

Résumé : si la jeunesse a joué un rôle important dans la construction des empires coloniaux, elle est également un enjeu essentiel des décolonisations et de leurs suites. Au second XXe siècle, les processus d’émancipation des peuples colonisés posent en effet avec force la question sociale et politique de l’enfance et de la jeunesse en contexte colonial et postcolonial, dans les pays devenus indépendants comme chez les anciens colonisateurs. L’intérêt de cet ouvrage est de mettre en avant les biopolitiques spécifiques aux enfants et aux jeunes qui ont émergé dans un ensemble complexe de questions politiques et diplomatiques, économiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses. À l’instar des Colonial and Postcolonial Studies,il s’agitd’interroger les cultures postcoloniales et les articulations entre décolonisation et colonisation, notamment les prolongements de celle-ci dans celle-là. Pendant la décolonisation des empires français et belge et la construction de nouveaux États, les enfants et les jeunes ont été sujets de politiques voulues ou soutenues par des biopouvoirs et mises en œuvre par des protagonistes divers : armées, associations, humanitaires, colonialistes, nouvelles élites, militants, simples citoyens. Les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées ainsi que les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont bien entendu également mobilisées.

AàC – Histoire de l’adoption, revue « Les Annales de démographie historique »

La revue Annales de Démographie Historique lance un appel à articles sur le thème « Histoire de l’adoption ». Ce dossier thématique a le double objectif de promouvoir un point d’étape et de contribuer au renouvellement de l’historiographie des pratiques adoptives dans le monde : des placements familiaux et contrats notariaux d’adoption du XVe siècle à l’adoption internationale de nos jours.

Parution – Charles-Édouard Harang, « Jeunes filles et jeunes gens catholiques. De la garçonne au mariage pour tous »

Il s’agit de comprendre les métaphores catholiques à travers le prisme de la jeunesse. Il s’agit de comprendre l’évolution de la place d’une religion majoritaire qui devient minoritaire dans sa pratique et moins influente culturellement. Qu’est-ce qui a changé, qu’est-ce qui a été maintenu ? Comment les catholiques conçoivent-ils la mixité ? Existe-t-il plusieurs approches ? 
Voici une analyse moins théorique qu’empirique basée sur des sources variées.

Parution – « Engagements adolescents en guerres mondiales », revue Le Mouvement social, n°261

JE: Etre héritier – La transmission en contexte familial

Le laboratoire junior « Interférences – Jeunesse et transmission » organise une matinée d’études sous la forme d’un entretien croisé sur le thème « Etre héritier – La transmission en contexte familial » à l’IFE à Lyon le 12 décembre 2013 de 9h à 12h30.

Pour plus d’informations.

Intervenants

  • Gaële Henri – Université Paris Descartes
  • Elise Leclerc – ENS Lyon
  • Cécile Michel – AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville)

Programme de la matinée

9h-9h30 : Accueil des participants

9h30-10h30 : Présentation des intervenants et première partie de l’entretien mené par Fleur Guy (Lyon2) et Séverine Oswald (ENS Lyon/IFE)

9h30-9h50: Pause

9h50 -12h30: Deuxième partie de l’entretien et premières conclusions

AàC pour la revue d’histoire de l’enfance irrégulière – « Jeunesse irrégulière et école (XIXe-XXe siècles) »

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » publie un appel à communication pour un numéro sur le thème “Jeunesse irrégulière et école“ sous la direction de Laurent Besse.

Présentation du numéro :

La Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » est une publication consacrée au champ de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse marginales ou marginalisées. Elle consacre son prochain numéro à la scolarité des jeunes « irréguliers », en France et hors de France, champ qui a été peu abordé. Seule certitude : la part du scolaire a toujours été marginale dans la prise en charge de ces enfants. Il s’agit donc de comprendre pourquoi dans une France qui prétendait faire l’éducation de ses futurs citoyens par l’instruction, les mineurs dépendant le plus étroitement de l’État (mineurs de justice, orphelins) se sont vus majoritairement refuser l’instruction au profit d’une simple éducation / rééduction.

Voir l’annonce sur le site Calenda.

JE: Histoire des ciné-clubs et du cinéma pour l’enfance et la jeunesse (PAJEP)

Le PAJEP organise le lundi 13 mai 2013 une conférence consacrée à l' »Histoire des ciné-clubs et du cinéma pour l’enfance et la jeunesse« . Elle sera l’occasion de deux présentations:

  • « L’éducation populaire et les ciné-clubs de la Libération aux années 1980: histoire d’une rencontre cinéphile », par Léo Souillès, doctorant en histoire du cinéma à l’Université de Lorraine sur le mouvement ciné-club de la Libération aux années 1990.
  • « Le cinéma pour l’enfance et la jeunesse. Divergences entre les militants d’éducation popilaire et les artistes créateurs de l’entre-deux-guerres à la fin des années 1980 », par Jean-Jacques Mitterrand, ancien directeur de MJC et ancien délégué général de l’Union française du film pour l’enfance et la jeunesse (UFFEJ).

Jeunesse au plein air (JPA), 21 rue d’Artois, 75008 Paris.

Laboratoire junior ENS de Lyon sur la jeunesse

Deux doctorantes lyonnaises en histoire contemporaine (LARHRA) souhaitent monter un laboratoire junior  sur le thème de la jeunesse et de la transmission (de valeurs, de savoirs, d’un « habitus » jeune) et, plus précisément, de la socialisation de la jeunesse par des « autruis significatifs » (éducateurs, médias, pubs, etc.). Le projet reste toutefois à préciser et à moduler, puisqu’elles sont à la recherche de personnes qu’il intéresserait et qui seraient prêtes à s’investir à des degrés divers.

Le projet se veut pluridisciplinaire et est ouvert à tous les niveaux d’études (à partir du Master). Un labo junior est une opportunité intéressante offerte par l’ENS pour se confronter sur deux ans aux pratiques de la recherche. Au-delà de la réflexion sur un thème en particulier, cela permet de s’initier à l’organisation et au fonctionnement d’un laboratoire de recherche.

Pour pouvoir rendre plus concret ce projet, une réunion est organisée le mardi 29 janvier à 17h à l’Ens Lyon (site Descartes) en salle F101. Si vous avez des questions ou souhaitez participer au projet mais ne pourrez être là le 29 janvier, n’hésitez pas à prendre contact avec Solenn Huitric et Caroline Muller.

  • Solenn.huitric[at]ens-lyon.fr
    Caroline.muller[at]ens-lyon.fr

Film: « Les copains » de Pierre Amiot (1964)

Le PAJEP propose un documentaire « Les copains » de Pierre Amiot (1964) : la chanson yéyé des CEMEA ?« , réalisé par Gaëtan Sourice et Thierry Casamayor.

Présentation:

Ce film essaie de comprendre comment et pourquoi cette chanson fut l’objet, au milieu des années 1960, d’une vive polémique au sein de l’association des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Ceméa). Continuer la lecture de « Film: « Les copains » de Pierre Amiot (1964) »

Thèse soutenue: Les garçons, l’amour, la sexualité

Régis Revenin soutiendra le 7 décembre 2012 (salle C1605, centre Pierre Mendes France, 90 rue de Tolbiac, Paris), sa thèse réalisée sous la direction de Pascal Ory (Université Paris 1) sur « Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945- 1975) »

Jury; Eric Fassin, professeur à l’Université Paris 8 (rapporteur), Laurence Loeffel, professeure à l’Université Lille 3, Pascal Ory, professeur à l’Université Paris 1, Rebecca Rogers, professeure à l’Université Paris Descartes (rapporteure), Fabrice Virgili, directeur de recherche au CNRS.

Présentation:
Indissociable du processus de construction identitaire des individus, notamment au cours de l’enfance et de l’adolescence, la sexualité fascine, obsède, passionne, d’autant plus qu’elle est au cœur des préoccupations politiques, avec les questions de consentement, de dignité, de moralité. Continuer la lecture de « Thèse soutenue: Les garçons, l’amour, la sexualité »