Coll.: L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire

Le Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA4451) et l’Université de Bretagne Occidentale, avec le soutien de l’Association transdisciplinaire pour les recherches historiques sur l’éducation (ATRHE)

organisent un colloque international sur “L’école et les langues dans les espaces en situation de partage linguistique à travers l’histoire / School and languages in areas faced with linguistic division throughout history” les 19 et 20 mai 2016 au Pôle universitaire Pierre Jakez-Hélias, Quimper, France.

 

Coll: North american studies in France and Europe: state of art and future prospects

Les 4, 5 et 6 juin 2014 aura lieu un colloque sur le thème “North american studies in France and Europe: state of art and future prospects“.

In 1980, François Furet established the first visiting chair in North American studies at the École des Hautes Études en Sciences Sociales in partnership with the French-American Foundation. Yet, it was not until 1984 and the election of Jean Heffer as permanent full professor that the Center for North American Studies (CENA) came into being. Despite pioneering efforts in some English departments and the creation of the first university chair in North American history at the Sorbonne in 1967, there was significant disparity between the importance of the USA in the contemporary world and the weakness of North American studies in France. Over the last thirty years and under the supervision of Jean Heffer and François Weil, the CENA has become one of the leading institutions for North American scholarship in France and Europe. Its professors, researchers, and graduate students wish to mark this 30-year anniversary with an international conference that both takes stock of past research and look into new heuristic and interdisciplinary approaches in history, anthropology, sociology, geography, and political science. The goal is to further promote North American studies, which have remained marginal in the French academic world, and to participate in transatlantic dialogue with scholars of the United States and Canada.

Séminaire: Histoire de l’éducation, de la scolarisation et des pratiques culturelles

Voici le programme du séminaire “Histoire de l’éducation, de la scolarisation et des pratiques culturelles“, organisé par Philippe Savoie qui se tiendra à l’ENS de Lyon au second semestre 2013-2014.

Le séminaire a lieu le jeudi de 10h à 13h, salle F 103 (site Descartes, bâtiment formation)

Programme

  • 9 janvier 2014: Le marché scolaire : exploration d’une notion et de son historicité
  • 23 janvier 2014: Enseignement et unification culturelle; Gérard Bodé : Langues régionales, bilinguisme et enseignement en France au XIXe siècle.
  • 6 février 2014: Enseignement, presse et édition au XIXe siècle
  • 20 février 2014: Changement technique et pratiques culturelles; Henri Chamoux : L’enregistrement du son et le marché de l’édition musicale avant 1914.
  • 13 mars 2014: La formation des enseignants au XIXe siècle; Laura Dang : La formation scientifique dans les écoles normales primaires de la monarchie de Juillet; Ph. Savoie : Formation interne et professionnalisation du corps enseignant secondaire au XIXe siècle.
  • 27 mars 2014: Enseignement et inter-culturalité en contexte postcolonial; Nguyen Thuy Phuong : L’enseignement français au Vietnam (1945-1975).
  • 10 avril 2014: Scolarisation et urbanisation; Cécile Duvignac-Croisé : Le développement de la scolarisation féminine dans la banlieue sud-est de Paris (1880- années 1950).

Ce séminaire de recherche est ouvert aux chercheurs, enseignants-chercheurs et doctorants, ainsi qu’aux étudiants de masters.
Contact : philippe.savoie [arobase] ens-lyon.fr

« Français, allemand et anglais : trois langues rivales entre 1850 et 1945 » – Colloque de la SIHFLES 13-15 septembre 2012

 

Appel à communication

Colloque de la SIHFLES
en coopération avec le GMF (Gesamtverband Moderne Fremdsprachen)
et dans le cadre de son Congrès national à l’Université de Duisburg-Essen

La France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, dans la deuxième moitié du XIXe et la première moitié du XXe siècle, sont trois grands pays marqués par une politique étrangère ambitieuse, plus ou moins hégémoniale, et des tendances colonialistes et impérialistes débouchant parfois sur des guerres. Il s’agit aussi de pays économiquement développés, dont l’industrialisation est déjà bien avancée ou en train de se développer avec dynamisme. De plus, ces pays se considèrent comme des nations culturelles que caractérise un système éducatif en expansion continuelle, surtout dans les domaines des sciences naturelles et des langues modernes.

Force est ainsi de constater que la rivalité entre les trois pays ne se limitait pas, à l’époque, à des aspects politiques, économiques et culturels, mais incluait aussi la langue. L’importance de celle-ci se manifestait dans l’appui, à l’échelon international, sur lequel chacune d’entre elles pouvait compter dans le cadre soit d’une prise d’influence directe dans les colonies, protectorats et territoires sous mandat, soit d’une diffusion assurée par les instituts culturels.

Dans ce contexte, l’attractivité respective de ces langues étrangères a subi des fluctuations, induites autant pour des raisons d’ordre économique que par des effets politiques, dont il faut, dans l’analyse, également tenir compte. Dans pratiquement tous les pays européens, le français était encore au milieu du XIXe siècle la langue étrangère majeure, mais il perdra cette position dominante vers la fin de la période analysée au profit de l’anglais. L’allemand de son côté, qui avait temporairement gagné en importance entre la fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle, ne réussit jamais à prendre la tête dans cette concurrence internationale des langues.

Les interventions (de 20 minutes), en langue française, anglaise ou allemande, peuvent traiter les aspects suivants:

  • le développement de l’anglais et de l’allemand dans le système scolaire français, du français et de l’anglais dans le système scolaire allemand, du français et de l’allemand dans les systèmes scolaires anglais ou nord-américains (limitation à certaines époques ou filières scolaires possible) ;
  • le développement de l’allemand, du français ou de l’anglais dans d’autres pays européens ou américains, ou à l’intérieur d’un espace transnational défini ;
  • le développement d’un marché économique des langues, lié à une demande sociale et à une offre marchande (p. ex.: Berlitz) différentes de ce qu’on avait connu dans les périodes précédentes ;
  • la description historique des institutions de médiation culturelle et d’enseignement de la langue (tels p. ex. l’Alliance Française, le Foreign Office ou la Deutsche Akademie) ;
  • le fait que, pour l’anglais, l’action de la Grande-Bretagne est renforcée (et éventuellement même en partie concurrencée) par l’influence américaine ;
  • l’histoire de la génèse des disciplines universitaires servant à la formation des enseignants à l’étranger, ou aux étrangers (comme les diplômes FLE, Deutsch als Fremdsprache ou studies of TESOL) ;
  • le rôle et la rivalité linguistiques des institutions religieuses missionnaires (et la reconfiguration des modes de pénétration et de présence de certaines) dans une période où les institutions publiques « laïques » s’organisent et deviennent plus interventionnistes.

Les résumés – ne dépassant pas 300 mots – doivent être envoyés à Marcus Reinfried marcus.reinfried@uni-jena.de avant le 1er avril 2012. L’acceptation sera notifiée avant le 1er juin 2012.

Les détails sur l’enregistrement, ainsi que des informations sur l’hébergement et les repas, seront fournis dans une deuxième circulaire et affichés sur le site du colloque, qui est actuellement en construction.

http://fle.asso.free.fr/sihfles/2012_DUE_1.htm