Parution – Guillaume Tronchet, « André Honnorat. Un visionnaire en politique », 2020.

André Honnorat est une passionnante figure parlementaire du premier XXe siècle, dont les combats en faveur de la santé publique, des étrangers, des réfugiés, de la démocratisation culturelle, sont d’une étonnante actualité. Self-made man, journaliste dreyfusard, haut-fonctionnaire en charge de la séparation des Églises et de l’État, député puis sénateur pendant trente ans, il est le seul ministre de l’Éducation nationale à n’avoir pas passé le baccalauréat. Novateur, fin politique, passionné par l’action publique, ce travailleur acharné est surtout un réformateur et un bâtisseur tous azimuts : pionnier des politiques familiales, à l’origine de la législation antituberculeuse et de la création des sanatoriums, promoteur de la médecine préventive pour les étudiants, on lui doit également l’instauration de l’heure d’été en France et la création de bibliothèques, de musées et d’instituts universitaires.

Engagé pour l’ouverture de la France aux étrangers, il est l’un des grands réformateurs de la nationalité française et s’active pour faciliter la circulation des intellectuels en Europe et à l’international, en étant notamment l’initiateur de l’accueil d’étudiants réfugiés en France pendant la Première Guerre mondiale et le président-fondateur de la Cité internationale universitaire de Paris, avec le soutien de grands mécènes internationaux (David-Weill, Guggenheim, Rockefeller, Rothschild, etc.) au profit d’une jeunesse mondiale alors en formation (Blixen, Bourguiba, Césaire, Pompidou, Sartre, Senghor, etc.). Figure majeure de l’accueil des réfugiés juifs dans les années 1930, il s’abstient de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en 1940, s’oppose au régime de Vichy et retrouve le Parlement à la Libération. Globe-trotter infatigable, il aura sillonné le monde jusqu’à plus de soixante-dix ans, comme peu de parlementaires de sa génération.

Plongeant au cœur des réseaux d’influence et de pouvoir à l’origine de la fabrique de l’État social et républicain, dans les arcanes d’une société parlementaire aujourd’hui oubliée, l’auteur nous livre ici la biographie inédite et nécessaire de l’une des personnalités politiques les plus marquantes de la IIIe République.

JE – Les archives des ministres de l’Éducation nationale

À l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire et de l’arrivée de Jean Zay au ministère de l’Éducation nationale, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche organise avec les Archives nationales une journée d’étude consacrée aux archives des ministres de l’Éducation sous le titre: « L’histoire me rendra justice ». Les ministres de l’éducation face à leurs archives, XIXe-XXIe siècles.

Cette journée aura lieu au lycée Henri IV, au 23, rue Clovis, 75005 Paris. Les inscriptions sont ouvertes à l’adresse decas.an […] culture.gouv.fr.