Parution – Zoe Moody, “Les droits de l’enfant. Genèse, institutionnalisation et diffusion (1924-1989)”, Alphill, 2016

Le 20 novembre 1989, l’Assemblée générale des Nations Unies ratifiait la Convention relative aux Droits de l’Enfant, convention qui allait rapidement connaître un écho mondial auprès des chefs d’État comme de la société civile. Comment comprendre l’évolution du statut socio-juridique de l’enfant qui a abouti à cette Convention ainsi que les attitudes et les stratégies des acteurs concernés durant le XXe siècle ?

Bien que l’évolution du statut de l’enfant soit souvent perçue comme un processus linéaire, sa mise en perspective historique montre au contraire les tensions et les controverses qui nourrissent les conceptions de l’enfance, de l’enfant et de ses droits. Les droits de l’enfant se développent au travers de subtils jeux de pouvoir et d’échelles entre les contextes nationaux et internationaux et par le biais de réseaux d’acteurs. Ceux-ci portent la question de l’enfance et de ses droits au coeur des organisations inter- et non-gouvernementales, leur donnant une dimension nouvelle.

À travers cet ouvrage, Zoe Moody comble une lacune importante de l’étude des droits de l’enfant en analysant pour la première fois les processus de genèse, d’institutionnalisation et de diffusion des traités relatifs aux droits de l’enfant dans une perspective historique et transnationale. Une attention particulière est portée aux acteurs qui contribuent à ces processus de même qu’aux problèmes éducatifs qu’ils soulèvent. La mise en dialogue de ces traités est réalisée à la lumière des sources archivistiques inédites, conservées par les organisations internationales.

https://www.alphil.com/index.php/les-droits-de-l-enfant.html

Publication – Samuel Boussion, Mathias Gardet et Martine Ruchat, “L’internationale des républiques d’enfants (1939-1955)”, 2020.

En 1949, on compte en Allemagne 8 millions d’enfants sans toit ; ils sont 6,5 millions en Russie, 3 millions en Italie et 1,3 million en France… Pour répondre à une situation d’urgence, des centres d’accueil sont créés dès le début de la guerre. Fonctionnant souvent dans la pénurie, ces communautés d’enfants relèvent au départ plus du bricolage que d’une réflexion ou d’une innovation éducative. Mais le bilan alarmant dressé au lendemain de la guerre transforme ces expériences qui auraient dû être éphémères en modèle pédagogique, humanitaire, social et politique.

En partie administrées par les enfants, sous la forme de l’autogestion, certaines revêtent le nom de « républiques d’enfants » : on y élit de jeunes maires, un gouvernement (conseils fédéraux, conseils municipaux, syndicats…), on met en place une police, un tribunal, une banque, une monnaie intérieure, un système de coopérative avec magasin local vendant la production locale, la fabrication et l’impression d’un journal. Au départ sans connexion entre elles, elles sont fondées partout en Europe par des prêtres, des médecins psychiatres, des instituteurs, des militants de l’éducation nouvelle ou d’autres bonnes volontés, et finissent par faire réseau.

Les nouvelles organisations internationales préoccupées de pacifier et de reconstruire les pays dévastés soutiennent ces initiatives. Du 5 au 10 juillet 1948, l’Unesco nouvellement créée convoque une conférence internationale au village Pestalozzi de Trogen en Suisse. En référence aux Boys Town dans le Michigan ou au Summerhill School au Royaume-Uni,
et largement inspirés par les travaux de John Dewey, Célestin Freinet, Maria Montessori, Donald Winnicott ou Jean Piaget, ces communautés sont traversées par de nombreuses contradictions : l’idéologie universaliste des promoteurs de l’après-guerre se heurte aux cultures et politiques nationales, à la réalité concrète d’isolats micro-sociaux où l’autonomie de l’enfant s’entrechoque avec l’autorité des éducateurs. Entreprise humanitaire ou utopie pédagogique ? Objet d’une curieuse amnésie, cet épisode qui se développe en marge de l’institution scolaire résonne en effet étrangement avec la vogue des pédagogies alternatives et l’intérêt récent pour l’histoire de l’éducation nouvelle, la formation des enfants à la citoyenneté, mais aussi la politique d’accueil de mineurs isolés.

Ce livre en retrace l’histoire vivante, incarnée et parfois terrifiante. Il rassemble un extraordinaire matériel iconographique et sonore, également accessible sur un site dédié en prolongement du livre.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search