AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022

Résumé

Si le principe d’une lingua franca est indissociable de la pratique diplomatique, il n’en repose pas moins sur de véritables jeux de pouvoir afin d’imposer l’usage d’une langue par rapport à une autre. Cette relation, à la fois politique et culturelle, entre langues et diplomaties a déjà fait l’objet de plusieurs travaux, souvent dédiés à une période et/ou à une pratique diplomatique donnée. L’objectif de ce colloque international, organisé les 7, 8 et 9 décembre 2022 à l’université de Haute-Alsace, sera donc d’embrasser l’ensemble de l’histoire diplomatique européenne, de l’établissement des premières diplomaties permanentes à nos jours, mais aussi dans sa diversité de pratiques. Par cette approche volontairement englobante, il s’agira d’identifier les stratégies d’adaptation pour mettre en œuvre à la fois la pratique diplomatique mais aussi une certaine conception, politique, sociale et culturelle, de la diplomatie et de son exercice.

Continuer la lecture de « AàC – “Langues et diplomaties (du XVe siècle à nos jours)”, Université de Haute-Alsace, déc. 2022 »

Parution – Ethan Schrum, “The Instrumental University. Education in Service of the National Agenda after World War II”, Cornell UP, 2019

https://www.cornellpress.cornell.edu/book/9781501736643/the-instrumental-university

In The Instrumental University, Ethan Schrum provides an illuminating genealogy of the educational environment in which administrators, professors, and students live and work today. After World War II, research universities in the United States underwent a profound mission change. The Instrumental University combines intellectual, institutional, and political history to reinterpret postwar American life through the changes in higher education.

Acknowledging but rejecting the prevailing conception of the Cold War university largely dedicated to supporting national security, Schrum provides a more complete and contextualized account of the American research university between 1945 and 1970. Uncovering a pervasive instrumental understanding of higher education during that era, The Instrumental University shows that universities framed their mission around solving social problems and promoting economic development as central institutions in what would soon be called the knowledge economy. In so doing, these institutions took on more capitalistic and managerial tendencies and, as a result, marginalized founding ideals, such as pursuit of knowledge in academic disciplines and freedom of individual investigators.

The technocratic turn eroded some practices that made the American university special. Yet, as Schrum suggests, the instrumental university was not yet the neoliberal university of the 1970s and onwards in which market considerations trumped all others. University of California president Clark Kerr and other innovators in higher education were driven by a progressive impulse that drew on an earlier tradition grounded in a concern for the common good and social welfare.

Parution – Aimé Hounzandji, “Une université nationale en Afrique occidentale. Dahomey-Bénin (1944-1974)”, L’Harmattan

Étudier l’histoire de l’université, c’est aussi faire l’histoire de la société, de la jeunesse, des élites, du pouvoir, de l’administration et des relations internationales. Cet ouvrage est une contribution à l’histoire des universités en Afrique subsaharienne. Il montre comment une université a pu être un lieu clé dans le processus de construction nationale du Dahomey-Bénin, au lendemain des indépendances africaines de 1960.

Study the history of the university is also study the history of society, youth, elites, power, administration and international relations. This book is a contribution to the history of universities in sub-Saharan Africa. It shows how a university could be a key place in the process of national construction of Dahomey-Benin, in the aftermath of African independence in 1960.

AàC – “Accueil des réfugiés, éducation et formation. Stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées”, Journal for International Mobility

FRENCH PRESENTATION

Les déplacements forcés de population provoqués par les crises et les conflits à l’échelle mondiale sont aussi des crises de l’éducation. En quelques années, le nombre d’enfants et de jeunes réfugiés privés d’accès à l’éducation s’est en effet considérablement accru : d’après les derniers chiffres du Haut-Commissariat aux Réfugiés, seuls 63 % des réfugiés en âge de suivre une éducation primaire en ont aujourd’hui la possibilité ; ce chiffre tombe à 24 % pour l’accès à l’enseignement secondaire, et à seulement 1 % pour l’accès à l’enseignement supérieur. La nécessité, dans les pays d’accueil, d’organiser la rescolarisation de ces populations en vertu du droit d’accès à l’éducation énoncé dans la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, constitue bien souvent une mise à l’épreuve des systèmes scolaires et universitaires.

Si, en dépit de l’ancienneté d’un phénomène qui traverse tout le XXe siècle, les acteurs scolaires et universitaires sont souvent mal préparés, on observe toutefois depuis quelques années, une dynamique d’institutionnalisation et de professionnalisation des dispositifs d’accueil et d’accompagnement des réfugiés en matière d’éducation, comme en témoigne le lancement de Refugee Education 2030, la nouvelle stratégie d’éducation à dix ans pour les réfugiés lancée par le Haut-Commissariat aux Réfugiés fin 2019, ou bien encore les priorités données à l’inclusion par la Commission européenne dans le cadre de la programmation 2021-2027 du programme Erasmus +.

S’il est sans doute encore trop tôt pour parler d’un tournant international dans l’encadrement et le soutien à la formation des populations en situation de mobilité forcée, ce contexte est l’occasion d’inviter les chercheurs en sciences sociales à porter un regard rétrospectif sur les stratégies, les politiques et les pratiques existantes, afin d’en proposer un bilan.

Dans ce cadre, le Journal of International Mobility lance un appel à contributions sur le thème de l’éducation à l’épreuve des mobilités forcées, en invitant les chercheurs à proposer des articles qui pourront mobiliser une ou plusieurs disciplines (sociologie, histoire, science politique, relations internationales, démographie, etc.) et s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants (à noter que les propositions de « dossier thématique » composé de deux à trois articles sont possibles, au même titre que les articles isolés, qu’ils soient individuels ou collectifs) :

Continuer la lecture de « AàC – “Accueil des réfugiés, éducation et formation. Stratégies, politiques et pratiques à l’épreuve des mobilités forcées”, Journal for International Mobility »

Parution – “Les étudiant.e.s internationaux”, n°10, revue Géo-Regards

La mobilité des étudiant-e-s est porteuse d’enjeux majeurs en termes de développement, de marché du travail, de formation et de politique migratoire. Ce numéro en brosse un tableau suisse et international. Il répond à des questions aussi diverses que les représentations des étudiant-e-s, les raisons de migrer, les politiques publiques, les inégalités d’accès aux études, les différences de genre, la fuite des cerveaux et le destin des étudiant-e-s après le diplôme. Les contributions élargissent considérablement notre compréhension empirique et théorique de la mobilité étudiante.

Sommaire ci-dessous

Continuer la lecture de « Parution – “Les étudiant.e.s internationaux”, n°10, revue Géo-Regards »

Soutenance de thèse: Savoirs en diplomatie

​Guillaume Tronchet soutiendra le vendredi 5 décembre 2014 sa thèse consacrée à “Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870 – années 1930)“.

Devant un jury composé de :

  • M. Christophe Charle, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Nicolas Guilhot, directeur de recherche au CNRS, deputy director of the CIRHUS (New York University-CNRS)
  • M. Stanislas Jeannesson, professeur d’histoire contemporaine à​​ l’université de Nantes
  • Mme Anne Simonin, directrice de recherche au CNRS, directrice de la Maison française d’Oxford
  • M. Ludovic Tournès, professeur associé d’histoire internationale à l’université de Genève
  • M. Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS (directeur de thèse)​

​​Fondation Abreu​​ de Grancher (Grand Salon)
Cité internationale universitaire de Paris
57​ boulevard Jourdan
75014 Paris​

Parution: La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950)

Sous le direction de Dzovinar Kévonian et Guillaume Tronchet,  La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), PUR, 2013.

Présentation:

Investie dès l’origine par les pouvoirs publics français d’une double mission, la Cité internationale universitaire de Paris a vocation à attirer en France les flux d’étudiants en mobilité que se disputent alors les capitales européennes, et à faire germer, en amont de la récente Société des Nations, les graines du pacifisme genevois et de la coopération au sein de l’élite d’une jeunesse mondiale en formation. À travers l’étude croisée des discours et des pratiques, cet ouvrage dresse le bilan des travaux existants et, à partir de nouvelles sources, entend ouvrir des pistes de recherche.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search