Parution: Jésuites français et sciences humaines (années 1960)

« Jésuites français et sciences humaines (années 1960)« , sous la direction d’Étienne Fouilloux et de Frédéric Gugelot, Chrétiens et Sociétés.  Documents et Mémoires, n° 22, 2014.
Il y a eu un moment « sciences humaines » dans la France des années 1960, marqué par la publication des œuvres de Louis Althusser, Roland Barthes, Michel Foucault, Jacques Lacan ou Claude Lévi-Strauss. Fondées sur la mise en évidence de systèmes de signes qui s’imposent au sujet sans qu’il en ait conscience, ces oeuvres constituent un défi de taille pour les croyants en l’existence d’un Dieu personnel accessible à la raison et à la liberté humaines. Peu nombreux ont été les intellectuels chrétiens capables de relever un tel défi. Parmi eux, en avant-garde comme souvent dans le passé, plusieurs jésuites, malgré la crise que leur ordre connaît en France au lendemain du concile Vatican II. Alors que la réception de la vision cosmique de Pierre Teilhard de Chardin, mort en 1955, connaît son développement maximal, Paul Beauchamp, Louis Beirnaert, Michel de Certeau, Joseph Moingt, Georges Morel, Éric de Rosny ou François Roustang prennent au sérieux le défi, à leurs risques et périls, et tentent d’y répondre, moins par souci apologétique que par volonté de faire entendre une voix chrétienne dans un concert qui lui est largement étranger. Sur cette saison de l’intelligence croyante confrontée au paradigme structural, ce livre réunit quelques pierres d’attente pour une synthèse à venir. Il participe d’une histoire du catholicisme français contemporain, et plus particulièrement de la Compagnie de Jésus en son sein. Il devrait intéresser aussi les curieux d’une histoire intellectuelle de la France des années 1960.

Sommaire:

  • Étienne FOUILLOUX (Université Lumière-Lyon 2), Introduction
  • Michel FOURCADE (Université Paul Valéry Montpellier), Kant, Hegel et Compagnie
  • Loïc FIGOUREUX (Université catholique de Lille), La conversion de la Compagnie à Teilhard de Chardin dans les années 1960
  • Dominique AVON (Université du Maine), L’aventure sémiologique des biblistes français et la Compagnie de Jésus
  • Philippe ROCHER (Bibliothèque universitaire Dijon), Les jésuites de France pédagogues et éducateurs et les sciences humaines
  • Agnès DESMAZIÈRES (docteure en histoire), Spiritualité jésuite et psychanalyse lacanienne : Louis Beirnaert, lecteur d’Ignace de Loyola
  • Denis PELLETIER (École pratique des Hautes Études), Loudun, Certeau, Mandrou. Un jésuite entre chez les historiens
  • Frédéric GUGELOT (Université de Reims), Le tournant des sciences humaines et la déprise institutionnelle : de l’éloignement à la rupture
  • Jean-Louis SCHLEGEL (Esprit), Parcours du témoin
  • Frédéric GUGELOT (Université de Reims), Conclusion

Soutenance de thèse: Les sciences humaines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres de l’enseignement primaire (1920-1969)

Emmanuelle Guey soutiendra, le jeudi 28 novembre 2013, à 14h, sa thèse sous la direction de Antoine Savoye (U. Paris VIII) sur le thème: « Les sciences humaines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres de l’enseignement primaire (1920-1969) : étude historique sur une institutionnalisation discontinue »

Jury :

  • Jean-François CONDETTE, Professeur en Histoire contemporaine, Université d’Artois
  • Pierre KAHN, Professeur en Sciences de l’éducation, Université de Caen Basse Normandie
  • Dominique OTTAVI, Professeur en Sciences de l’éducation, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • Antoine SAVOYE, Professeur en Sciences de l’éducation, Université Paris 8 Saint-Denis

Résumé:
Cette thèse a pour objet l’étude du phénomène d’institutionnalisation discontinue de trois disciplines (pédagogie-psychologie-sociologie) dans la formation des maîtres du primaire, articulée à l’histoire spécifique de l’enseignement de la science de l’éducation à la Sorbonne, entre 1920 et 1969. Le corpus étudié est composé des curricula officiels de formation (curriculum formel) mis en rapport avec leurs vulgarisations éditoriales (manuels scolaires). Éclairée par des biographies, l’analyse de ce corpus montre que ces disciplines sont à la résultante d’enjeux politiques, scientifiques, et pédagogiques. Considérés comme des constructions sociales, ces curricula apparaissent comme des marqueurs identitaires d’une époque. Accédant au statut de sciences appliquées (1920-1940), intégrées dans la formation des maîtres, elles s’autonomisent de la matrice universitaire, puis s’émancipent au point de devenir de nouvelles matières (1947-1969). Ce processus fait apparaître le domaine de la formation des instituteurs comme un lieu producteur de sciences hybrides (psychopédagogie, sociopédagogie). Alors que l’après-guerre favorise ce dynamisme créatif, ces dernières ne bénéficieront pas d’une réelle reconnaissance académique. C’est plutôt à une dissolution des sciences humaines au sein de la formation des maîtres à laquelle on assiste qu’à leur consolidation. Plus que simple étude du transfert de disciplines du supérieur au primaire, cette thèse explique un processus complexe et non linéaire de co-construction des savoirs du maître articulant la définition de nouveaux contenus de formation à visée professionnelle et la structuration des sciences humaines dans le champ académique.

La soutenance publique se tiendra à l’université Paris 8 – 2, rue de la Liberté – 93526 Saint-Denis.
Salle des thèses – Espace Deleuze – Bâtiment A, 1er étage (Face Amphi A2).

ACC: Archives des savoirs : problèmes et enjeux

Un appel à communication sur le thème: « Archives des savoirs : problèmes et enjeux« .

Présentation:

Depuis quelques années, les archives sont au centre de débats, de controverses et de préoccupations diverses qui ont largement débordé les milieux patrimoniaux et historiques. Signe paradoxal de cette centralité : la singularisation du mot. On parle plus volontiers aujourd’hui de l’archive que des archives. Manière de contourner ou de conjurer l’institution, le lieu et le dépôt, au profit d’une extension sémantique qui vise des supports, des contenus et des usages qui se sont diversifiés. Tout devient archive et l’archive paraît ainsi retrouver son sens matériel et ontologique pour désigner l’origine, le commencement, le primitif, le matériau brut.

Dans un moment de conversion numérique irréversible, l’archive se confronte à la fragilité des supports. Parce que l’archive est incertaine, archiver devient une obsession de notre temps. Enjeu d’un avenir problématique, l’archive n’est plus seulement une trace, un vestige, une relique, mais l’expression d’une consignation, d’une conservation et d’une préservation de notre présent.

Du Moyen Âge au XXIe siècle, qu’en est-il des archives des savoirs et plus particulièrement des archives de la recherche scientifique toutes disciplines confondues ? La mise en forme du savoir ne contribue-t-elle pas précisément à une mise à l’écart, à un effacement systématique des traces ? L’archive serait ici le brouillon, la rature, ou alors le reste, la scorie qui a échappé ou résisté à la mise au propre, à l’écriture, à la réduction à la formule. Pourtant les traces du processus même de la recherche constituent une manière de déconstruire des certitudes, de comprendre comment une idée s’est esquissée, comment des connaissances nouvelles se sont élaborées.

Par ailleurs, la marginalisation de l’archive n’a pas nécessairement entravé la mise en forme mémorielle des savoirs. L’archive peut ainsi devenir en soi un trésor, une relique, ou plus prosaïquement une ressource supplémentaire, le prolongement d’une leçon, d’une transmission, ou encore un lieu de mémoire. Lire la suite sur Calenda…

 

Thèse en cours: Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré

Emmanuelle Guey travaille à une thèse sous la direction d’Antoine Savoye (université Paris VIII) sur « Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré : des savoirs appliqués aux sciences de l’éducation (1920-1970) ».

Présentation:

L’objet de cette thèse est l’étude historique des éléments, de pédagogie, de psychologie et de sociologie appliquées à l’enfant ou à l’éducation inscrits dans les programmes des Ecoles normales d’instituteurs entre 1920 et 1970. Continuer la lecture de « Thèse en cours: Les sciences humaines dans la formation des maîtres du premier degré »