AàC – Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (XIXe-XXIe siècles)

Les réformes du financement de l’éducation : genèses, enjeux et effets. France et Suède (xixe-xxie siècles)

Appel à contributions pour un dossier thématique publié simultanément dans la revue Histoire de l’éducation (en français) et dans le Nordic Journal for Educational history (anglais et langues scandinaves).

Au xixe et au xxe siècle, avec des variations de calendrier, de rythme et d’ampleur, les sociétés européennes ont suivi des trajectoires de massification des scolarisations primaires, secondaires – générales et techniques – et supérieures. Dans le même temps, diverses réformes ont remodelé l’organisation financière de ces enseignements, les modifications portant sur la part respective des financements publics et privés, sur le rôle des mécanismes de marché dans l’allocation des ressources, ou encore sur la répartition des compétences et des charges financières entre l’État et les collectivités locales.

Mobilisant des méthodologies quantitatives, économistes et politistes ont examiné les effets des différents types de régimes financiers sur le rythme de développement du système scolaire, sur le niveau global de la dépense d’éducation, et sur les mécanismes de redistribution des richesses entre les différentes classes sociales. Ces recherches montrent que les régimes financiers des systèmes scolaires ne sont pas des leviers neutres. Au contraire, en comprendre les spécificités et les mécanismes permet d’éclairer différents aspects des politiques éducatives, et de mieux apprécier la place du système scolaire dans les politiques redistributives des sociétés démocratiques. À ce titre, l’histoire de l’organisation financière des systèmes d’enseignement vient nourrir la réflexion en cours sur la dynamique des inégalités socio-économiques dans les sociétés européennes. Après avoir culminé au XIXe siècle, les inégalités de revenu et de patrimoine y ont en effet sensiblement diminué au XXe siècle après la Première guerre mondiale, mais tendent à s’accroître depuis les années 1980.

Nous proposons donc, dans cet appel à contributions, de prendre pour objet d’étude les différentes réformes apportées à l’organisation financière des systèmes scolaires au xixe et au xxe siècle, leur genèse, leurs objectifs sociaux, économiques et politiques, ainsi que leurs effets. Cet appel à contributions cible les cas de la France et de la Suède. Notre ambition est d’abord de combler les lacunes des historiographies nationales sur ces questions, mais aussi de faire apparaître la diversité des solutions apportées à des problèmes similaires tels que les différences de coût des scolarités en milieu urbain et en zone rurale, les tensions entre objectifs nationaux et spécificités socio-économiques locales, ou encore le durcissement de la contrainte budgétaire et la recherche d’un meilleur emploi des fonds publics.

Parmi les réformes qui mériteraient un examen plus approfondi, nous aimerions signaler, sans prétendre à l’exhaustivité :

Pour le cas français :

  • La prise en charge par l’État de la rémunération des instituteurs en 1889, ainsi que celle des professeurs de collège en 1925
  • La réforme de la taxe d’apprentissage en 1971
  • La vague de nationalisation des collèges des années 1950 aux années 1970
  • Les aspects financiers de la décentralisation scolaire initiée en 1982-1983, tant pour l’enseignement public que pour l’enseignement privé

Pour le cas suédois :

  • La centralisation de la rémunération des instituteurs (1910-1930)
  • La réforme du système d’aide aux étudiants (1900-1950)
  • La création des « grundskole » dans les années 1950 et leur réforme en 1962 (grundskolereformen)
  • La décentralisation de l’école primaire suédoise en 1989-1991, dite encore « municipalisation » (komunaliseringen)
  • L’introduction des « chèques éducation » (1992)

Dans leurs recherches, nous invitons les auteurs à être attentifs à la pluralité de facteurs susceptibles d’éclairer l’adoption de telle ou telle réforme. La réforme peut officialiser l’existence de flux financiers, qui se seraient progressivement développés en dehors du cadre fixé par les textes. Elle peut aussi instaurer de nouvelles sources de financement. Dans tous les cas, il faut apprécier le poids des modèles idéologiques qui apportent les justifications nécessaires à toute modification dans la répartition des charges incombant aux différents financeurs : conceptions concurrentes de ce qu’implique l’égalité (entre individus, genres, classes sociales, territoires) ; visions alternatives des caractéristiques d’une organisation efficace.  Enfin, les auteurs devront, dans la mesure du possible, s’efforcer d’apprécier les effets à court, moyen et long terme des réformes étudiées, sans préjuger de la conformité de ces effets aux objectifs initialement poursuivis.

Consignes pour les auteurs

Les propositions devront inclure :

  • le nom de l’auteur, ses coordonnées électroniques et son affiliation institutionnelle
  • un titre et un résumé (700-800 mots) en français, en anglais, ou dans une langue scandinave
  • une bibliographie.

Ces propositions seront adressées conjointement à Clémence Cardon-Quint (clemence.cardon-quint@u-bordeaux.fr) et Johannes Westberg (b.a.j.westberg@rug.nl).

Comité scientifique

Les articles seront soumis à une expertise en double aveugle. Les comités scientifiques de la revue Histoire de l’éducation et du Nordic Journal of Educational History sont garants du bon déroulement du processus.

https://journals.openedition.org/histoire-education/

https://journals.ub.umu.se/index.php/njedh

 

Calendrier

  • Clôture de l’appel à contributions : 1er mai 2020.
  • Réponse aux auteurs : 1er juin 2020.
  • Novembre 2020 (date précisée ultérieurement) : atelier de travail à l’université de Bordeaux (France). Présentation et discussion d’une première version des articles et de l’introduction du dossier
  • Janvier 2021 : remise des articles
  • Janvier-mars 2021 : expertise en double aveugle
  • Mai 2021 : remise des versions revues et amendées des articles
  • Mai 2021-septembre 2021 : traduction professionnelle des articles (financée et supervisée par les organisateurs)
  • Hiver 2021 : publication

 

Bibliographie

Ansell Ben W., From the Ballot to the Blackboard: The Redistributive Political Economy of Education, Cambridge, Cambridge University Press (coll. « Cambridge Studies in Comparative Politics »), 2010.

 

Busemeyer Marius R., Skills and Inequality: Partisan Politics and the Political Economy of Education Reforms in Western Welfare States, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

 

Busemeyer Marius R., The Impact of Fiscal Decentralisation on Education and Other Types of Spending, Rochester, NY, Social Science Research Network, 2007.

 

Cappelli Gabriele et Vasta Michelangelo, « Can school centralization foster human capital accumulation? A quasi-experiment from early twentieth-century Italy », The Economic History Review, 22 juillet 2019.

 

Condette Jean-François (ed.), Le coût des études : modalités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, 412 p.

 

Forsberg, Håkan. « School Competition and Social Stratification in the Deregulated Upper Secondary School Market in Stockholm. » British Journal of Sociology of Education 39, no. 6 (2018): 891-907.

Gambin Lynn, Hogarth Terence, “Who pays for skills? Differing Perspectives on Who Should pay and Why”, in John Buchanan, David Finegold, Ken Mayhew, Chris Warhurst (ed.), The Oxford Handbook of Skills and Training, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 652-670.

Huitric Solenn, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), Thèse de doctorat, Université de Lyon, France, 2016.

Lundahl, Lisbeth. « A Matter of Self-Governance and Control the Reconstruction of Swedish Education Policy: 1980-2003. » European Education 37, no. 1 (2005): 10-25.

Mitch David F., « The Impact of Subsidies to Elementary Schooling on Enrolment Rates in Nineteenth-century England », Economic History Review, Second Series, août 1986, vol. 39, no 3, p. 371‑391.


Piketty Thomas, Capital et idéologie, Paris, Éditions du Seuil, 2019, 1197 p.


Román, Henrik, Stina Hallsén, Andreas Nordin, and Johanna Ringarp. « Who Governs the Swedish School? Local School Policy Research from a Historical and Transnational Curriculum Theory Perspective. » Nordic Journal of Studies in Educational Policy, no. 1 (2015): 81-94.

Savoie Philippe, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS, 2013, 501 p.

Théret Bruno, « Les dépenses d’enseignement et d’assistance en France au XIXe siècle : une réévaluation de la rupture républicaine », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1991, vol. 46, no 6, p. 1335‑1374.

 

 

AàC – « Amateurs et professionnels dans les sciences. Définition et redéfinition des identités et des frontières (années 1850 – années 1950). Une histoire par en bas » (Le Mans, 14 jan. 2020)

  • Deadline propositions : avant le 25 octobre 2019. Les propositions d’une quinzaine de lignes accompagnées d’un court CV sont à envoyer à Hervé Guillemain (herve.guillemain [at] univ-lemans.fr);
  • Journée d’études : 14 janvier 2020, Le Mans

 

L’ANR AmateurS propose de produire une histoire non surplombante des amateurs en science, privilégiant une perspective « par en bas » qui ne soit pas subordonnée aux jugements que les savants professionnels portent sur eux ni aux hiérarchies que solidifient les institutions scientifiques. S’il ne s’agit pas de nier que la catégorie amateur se soit largement constituée dans la confrontation aux savants professionnels et ait souvent été le fruit de mécanismes d’exclusion qui ont désigné d’en haut ceux qui étaient les « amateurs », le projet propose de placer les amateurs au centre des investigations, de restituer leurs points de vue sur la science qu’ils font et sur leurs identités de savants et d’étudier leur science « en train de se faire » à
partir, notamment, des traces matérielles qu’elle a laissées. — https://ams.hypotheses.org/


Intitulé Une histoire subjective des mondes des amateurs, l’axe 2 de ce projet de recherche est centré sur la question des identités des amateurs. La journée du 14 janvier sera particulièrement dédiée à la définition et redéfinition des identités et des frontières et centrée sur les situations de partage entre amateurs et professionnels dans les sciences des années 1850 aux années 1950. Nous souhaitons à l’occasion de cette journée mettre l’accent sur les moments de débat qui réorganisent les acteurs de part et d’autre des frontières académiques. Seront privilégiés les nœuds chronologiques et thématiques autour desquels se déploient des controverses théoriques et/ou des conflits de légitimité ayant pour conséquence des mouvements d’exclusion ou d’inclusion.


La journée s’organisera notamment autour des trois pistes de réflexion suivantes :

  1. La redéfinition des identités des acteurs, amateurs et professionnels, dans le sillage des transformations juridiques et réglementaires qui affectent l’organisation des différentes disciplines.
  2. La manière dont l’émergence de nouveaux objets d’étude, celle de nouvelles disciplines, et le développement de controverses scientifiques redessinent les
    frontières entre amateurs et professionnels.
  3. Le rôle des moments de commémoration et des rituels collectifs dans la
    structuration des identités amateurs.

Parution – « Pour une histoire renouvelée des élèves (XVIe-XXIe siècles) », volume 1, « Approches historiographiques », revue Histoire de l’éducation

ENS Lyon, IFé, 2019.

L’histoire des élèves, tout en existant, a longtemps été le parent pauvre des travaux en histoire de l’éducation alors que les autres acteurs éducatifs étaient bien davantage travaillés (enseignants, étudiants, administrateurs etc.), tout comme le cadre législatif (les grandes lois, les réformes), les savoirs scolaires et les idées et méthodes pédagogiques. L’élève a longtemps été perçu au travers du seul prisme des représentations que délivrent les textes prescrits (définition d’un élève modèle), les témoignages littéraires et les récits de vie souvent écrits a posteriori ou les documents iconographiques. Il a ensuite été pris en considération mais comme unité de compte dans une volonté forte de disposer de statistiques sur la scolarisation et ses différentes formes selon les filières existantes. À partir du début des années 1990 cependant, les historiens, comme les sociologues, se saisissent davantage de cet acteur central des réalités scolaires qu’est l’élève pour étudier ses caractéristiques, sa vie quotidienne mais aussi ses perceptions et ses engagements dans la vie de l’établissement et dans la vie de cité. Ce numéro propose cinq approches historiographiques qui permettent de mettre en perspective l’évolution de la recherche sur l’histoire des élèves en France (époque moderne puis contemporaine), en Italie, dans trois pays de langue germanique et aux États-Unis.

Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019)

Continuer la lecture de « Journée d’étude internationale – Politiques scolaires, écoles et publics scolaires de la colonisation aux indépendances (mi-XIXe siècle – années 1970) (Université Paris-Diderot, 9 mai 2019) »

Publication – Isabelle Le Boulanger, « Enfance bafouée. La société rurale bretonne face aux abus sexuels du XIXe siècle »

Presses Universitaires de Rennes, 2015.

Longtemps considérés comme des délits sans victime, les abus sexuels commis sur les enfants sont voués au secret des familles en raison du tabou de la sexualité. Fait banal, scène de crime rurale, décor rudimentaire, jeunes acteurs pauvres et tristement uniformes, la diversité est à rechercher du côté des abuseurs, qui beaucoup prennent l’apparence de monsieur tout le monde. Leur système de défense, véritable démonstration de force, de puissance sexuelle et de virilité révèle, dans toute son âpreté, la représentation sociale de l’abus sexuel au XIXe siècle.

Soutenance d’Antonin Dubois : « Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) »

  • Date :Vendredi 22 mars 2019 – 14:00
  • Lieu : EHESS (salle 8), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle.     Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes.     Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

JURY :

  • M. Gérard Noiriel (Directeur de thèse), EHESS
  • Mme Katja Patzel-Mattern (Directrice de thèse), Universität Heidelberg
  • M. Christophe Charle, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
  • M. Lutz Raphael, Universität Trier
  • M. Jakob Vogel, Centre Marc Bloch (Berlin)
  • Mme Bénédicte Zimmermann, EHESS

Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue « Histoire de l’éducation »

ENS Lyon/IFé

L’histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient a connu depuis une dizaine d’années de profonds renouvellements. Les systèmes publics d’éducation, les réseaux scolaires missionnaires ou communautaires ou encore l’essor récent de l’enseignement supérieur ont particulièrement retenu l’attention. Ce numéro spécial « Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXsiècle à nos jours » a pour vocation de rendre compte de la fécondité de ces recherches aux spécialistes peu familiers de cette aire culturelle. Il propose tout d’abord une synthèse historiographique sur ce sujet. Il éclaire ensuite les contenus enseignés à travers des manuels d’éducation morale utilisé en Égypte au début du XXe siècle, l’enseignement de l’histoire du Soudan de 1900 à 1960 ou encore l’introduction de la sociologie à l’Université américaine de Beyrouth au début du XXe siècle. Deux autres articles portent sur l’enseignement professionnel à travers l’enseignement agricole en Palestine, Transjordanie et en Irak sous mandat britannique puis indépendants et l’enseignement industriel dans l’Égypte à la fin du XIXe siècle.

Continuer la lecture de « Publication – Chantal Verdeil (dir.), Histoire de l’éducation au Moyen-Orient de la fin du XIXe siècle à nos jours, revue « Histoire de l’éducation » »

Publication – Pierre-Jean Souriac (dir.), « Du collège de la Trinité au lycée Ampère : 5 siècles d’histoire »

Ce livre revient sur l’histoire d’une institution scolaire qui débuta avec l’école des Trinitaires en 1519 et continue en 2019 avec le lycée Ampère. 500 ans… Rares sont les établissements scolaires qui peuvent se prévaloir d’un tel record de longévité. Les auteurs proposent plusieurs visages de cet établissement au cours de ses 500 ans d’histoire et de pédagogie. La concentration en un seul lieu des hommes et des instruments utiles à la recherche entraîna là une densification des pratiques intellectuelles. Au collège de la Trinité enrichi d’une bibliothèque, d’un médaillier et d’un observatoire, les nombreuses et diverses collections et la qualité des études dispensées donnèrent aux murs ces lettres de noblesse séculaires. Lycée Ampère depuis 1888, cette institution est un bel exemple de ces collèges de l’Ancien Régime devenus lycées impériaux selon la volonté de Napoléon, et des accomplissements d’une communauté, celle des jésuites, qui en fit dès sa création un espace culturel complexe où florissait le savoir. Les bâtiments du collège de la Trinité se trouvent encore aujourd’hui sur les bords du Rhône et sont utilisés comme lycée à l’usage des jeunes Lyonnais. De nombreuses personnalités, à toutes les époques, se flattèrent et se réjouissent encore d’y avoir reçu les bases d’un enseignement de qualité.

Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019)

Ce colloque souhaite mettre en lumière la façon dont les mobilités participent, conjointement avec le déploiement d’une offre géographiquement située, à la structuration sociale et territoriale du système d’enseignement et plus largement d’une société où s’opposent Paris et la province, grandes villes et villes moyennes, zones urbaines et zones rurales. Il s’agit donc d’interroger les logiques spécifiques qui sous-tendent, d’une part, le déploiement de l’offre, d’autre part, l’organisation des mobilités individuelles et collectives, ainsi que leurs modes d’articulation et leurs relations de complémentarité et de concurrence.

Pour ce faire, le colloque n’exclura, a priori, aucune institution d’enseignement – qu’elle dispense une formation de type élémentaire, secondaire, supérieure, professionnelle, etc.  Il s’intéressera aussi bien à l’enseignement public qu’aux institutions privées. Les contributions pourront porter sur des mobilités d’amplitude diverse au sein de l’espace français (à l’intérieur d’une ville, comme au sein de l’Empire colonial), ainsi que sur les déplacements d’élèves ou d’étudiants français à l’étranger. 

Débouchant sur le temps présent, ce colloque fait le pari du dialogue entre l’histoire et les diverses sciences sociales qui étudient ces mobilités, leurs motivations et leurs effets dans la société contemporaine. Les contributions des géographes, sociologues, politistes, etc. seront donc les bienvenues, aux côtés de celle des historiens.

En ciblant la réflexion sur le cas français, on souhaite créer les conditions propices à un vrai travail de périodisation, s’agissant de phénomènes qui dépendent étroitement des spécificités d’un État, d’un territoire et d’une population. Des éclairages sur d’autres espaces nationaux, dans la mesure où ils contribuent à la formulation d’hypothèses éclairantes pour le cas français, pourront cependant trouver leur place dans le colloque.

Continuer la lecture de « Colloque – Parcours de formation et mobilités géographiques : modèles, instruments, stratégies. (France et empire colonial français, XVIIIe-XXIe siècles) (Bordeaux, 13-14 juin 2019) »

AàC – La relation maîtres/étudiants (1850-1950), revue « Les études sociales »

  • Deadline : 1er mai 2019
  • Envoi des 1re versions : 1er novembre 2019

Argumentaire

Ce dossier à paraître dans Les Etudes sociales (1er semestre 2020) voudrait se focaliser sur la fonction enseignante dans les sciences sociales entre 1850 et 1950 sous l’angle de la transmission, en interrogeant ses formes et ses contenus. On oublie souvent que la plupart de ceux qui font figure de « maîtres » dans la mémoire collective des sciences sociales furent très souvent aussi des enseignants. L’historiographie néglige cette dimension du magistère et par là l’activité d’enseignement ; elle néglige ainsi les cours et leurs contenus, les publics et leur rôle stimulant. Si l’on connaît les auteurs par leur « œuvre », que sait-on de leur activité de transmission dans le « face à face pédagogique », de leur ressenti, de leurs étudiants, de la marque qu’ils eurent sur eux (et réciproquement), de l’influence, de l’empreinte qu’ils ont pu exercer les uns sur les autres ? Le but de ce dossier est de lever un coin du voile sur cette dimension négligée de l’histoire des sciences sociales, pourtant riche de promesses.

Soutenance d’Yves Verneuil, La représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

Lundi 7 décembre (Sorbonne, salle des Actes, 15h30), Yves Verneuil (maître de conférences, Université de Reims), soutiendra son HDR sur le thème « Corporatisme, amicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)« , sous la direction de Jean-Noël Luc.

Jury:

  • Pr. Gilles BAILLAT, Président de l’Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Pr. Philippe BUTON, Université de Reims Champagne-Ardennes
  • Recteur Jean-François CHANET, IEP de Paris
  • Pr. Jean-François CONDETTE, Université d’Arras
  • Pr. Jean-Noël LUC, Université Paris-Sorbonne
  • Pr. André D. ROBERT, Université Lumière Lyon 2

Thèse en cours: La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe s.

Mara Donato Di Paola prépare une thèse sous la direction de Cécile Vanderpelen-Diagre (Université Libre de Bruxelle) sur le thème: « La langue, l’école et la nation. Histoire sociale et politique comparée des professeurs de lettres de l’enseignement secondaire public en Belgique et en Italie au XIXe siècle (1850-1914)« .

Présentation:

Ce projet a pour ambition d’éclairer un aspect encore largement méconnu de l’histoire politique et sociale des bourgeoisies éduquées en Europe au XIXe siècle : le rôle joué par l’enseignement des lettres dans les écoles secondaires publiques dans le processus de construction de l’identité nationale, par le biais de l’enseignement des langues nationales et de la promotion de la culture humaniste par les professeurs. Cette recherche prendra la forme d’une étude comparée de cette problématique en Belgique et en Italie durant la période (1850-1914), au cours de laquelle les deux pays se trouvent dans des situations très comparables. Il s’agit en effet de deux États jeunes confrontés aux réalités du multilinguisme. Mené en s’appuyant sur une série de travaux sur l’histoire belge et italienne, l’histoire de l’enseignement dans les deux pays et l’histoire des bourgeoisies éduquées en Europe, le projet s’articule autour de trois axes de recherche. Le premier concerne le contexte politique et institutionnel : le développement progressif d’un enseignement étatique, la professionnalisation de la carrière professorale, l’évolution des programmes d’enseignement dans le domaine des lettres. Le deuxième axe concerne le rôle de l’enseignement des langues nationales dans le processus de construction de l’identité nationale dans les deux pays. Le troisième axe porte sur la fonction et la figure des professeurs de lettres en tant qu’intelligentsia promotrice de la culture humaniste.