Archives mensuelles : novembre 2011

« Français, allemand et anglais : trois langues rivales entre 1850 et 1945 » – Colloque de la SIHFLES 13-15 septembre 2012

 

Appel à communication

Colloque de la SIHFLES
en coopération avec le GMF (Gesamtverband Moderne Fremdsprachen)
et dans le cadre de son Congrès national à l’Université de Duisburg-Essen

La France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, dans la deuxième moitié du XIXe et la première moitié du XXe siècle, sont trois grands pays marqués par une politique étrangère ambitieuse, plus ou moins hégémoniale, et des tendances colonialistes et impérialistes débouchant parfois sur des guerres. Il s’agit aussi de pays économiquement développés, dont l’industrialisation est déjà bien avancée ou en train de se développer avec dynamisme. De plus, ces pays se considèrent comme des nations culturelles que caractérise un système éducatif en expansion continuelle, surtout dans les domaines des sciences naturelles et des langues modernes.

Force est ainsi de constater que la rivalité entre les trois pays ne se limitait pas, à l’époque, à des aspects politiques, économiques et culturels, mais incluait aussi la langue. L’importance de celle-ci se manifestait dans l’appui, à l’échelon international, sur lequel chacune d’entre elles pouvait compter dans le cadre soit d’une prise d’influence directe dans les colonies, protectorats et territoires sous mandat, soit d’une diffusion assurée par les instituts culturels.

Dans ce contexte, l’attractivité respective de ces langues étrangères a subi des fluctuations, induites autant pour des raisons d’ordre économique que par des effets politiques, dont il faut, dans l’analyse, également tenir compte. Dans pratiquement tous les pays européens, le français était encore au milieu du XIXe siècle la langue étrangère majeure, mais il perdra cette position dominante vers la fin de la période analysée au profit de l’anglais. L’allemand de son côté, qui avait temporairement gagné en importance entre la fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle, ne réussit jamais à prendre la tête dans cette concurrence internationale des langues.

Les interventions (de 20 minutes), en langue française, anglaise ou allemande, peuvent traiter les aspects suivants:

  • le développement de l’anglais et de l’allemand dans le système scolaire français, du français et de l’anglais dans le système scolaire allemand, du français et de l’allemand dans les systèmes scolaires anglais ou nord-américains (limitation à certaines époques ou filières scolaires possible) ;
  • le développement de l’allemand, du français ou de l’anglais dans d’autres pays européens ou américains, ou à l’intérieur d’un espace transnational défini ;
  • le développement d’un marché économique des langues, lié à une demande sociale et à une offre marchande (p. ex.: Berlitz) différentes de ce qu’on avait connu dans les périodes précédentes ;
  • la description historique des institutions de médiation culturelle et d’enseignement de la langue (tels p. ex. l’Alliance Française, le Foreign Office ou la Deutsche Akademie) ;
  • le fait que, pour l’anglais, l’action de la Grande-Bretagne est renforcée (et éventuellement même en partie concurrencée) par l’influence américaine ;
  • l’histoire de la génèse des disciplines universitaires servant à la formation des enseignants à l’étranger, ou aux étrangers (comme les diplômes FLE, Deutsch als Fremdsprache ou studies of TESOL) ;
  • le rôle et la rivalité linguistiques des institutions religieuses missionnaires (et la reconfiguration des modes de pénétration et de présence de certaines) dans une période où les institutions publiques « laïques » s’organisent et deviennent plus interventionnistes.

Les résumés – ne dépassant pas 300 mots – doivent être envoyés à Marcus Reinfried marcus.reinfried@uni-jena.de avant le 1er avril 2012. L’acceptation sera notifiée avant le 1er juin 2012.

Les détails sur l’enregistrement, ainsi que des informations sur l’hébergement et les repas, seront fournis dans une deuxième circulaire et affichés sur le site du colloque, qui est actuellement en construction.

http://fle.asso.free.fr/sihfles/2012_DUE_1.htm

 

 

Thèse soutenue: Paul Celan, lecteur d’allemand aux ENS (Saint-Cloud 1956-57, Ulm 1959-60 à 1969-70)

Patrick Difour soutiendra sa thèse  intitulée :
« …Wo ich also lesen, wo ich vor-, mit- und nachlesen kann-« . L’enseignement de Paul Celan aux Ecoles Normales Supérieures de Saint-Cloud et de la rue d’Ulm.

lundi 21 novembre 2011
à 13h
Salle des thèses – rez-de-chaussée , esc. C – Campus Cordeliers, 15 rue École de médecine 75006 PARIS

Jury:
M. AUEROCHS ( Sarrebruck )
M. BANOUN ( Paris 4 )
M. GELLHAUS ( Aix La Chapelle )
M. LEFEBVRE ( ENS )
M. OLSCHNER ( Londres )
M. WOEGERBAUER ( Nantes)

http://www.paris-sorbonne.fr/les-actualites/agenda-des-soutenances/toutes-les-soutenances/article/m-patrick-difour-wo-ich-also-lesen

Thèse soutenue: René Rémond, Nanterre et l’Université

 

Charles Mercier soutiendra sa thèse le samedi 10 décembre 2011 à 15h à l’Université de ParisI, salle Jean-Baptiste Duroselle (1 rue Victor Cousin, galerie Dumas, 75005 Paris), sur le thème:

« René Rémond, Nanterre et l’Université, les enfantements de 68 (1968-1976) »

jury: Philippe BOUTRY (U. Paris I, directeur de la thèse), Jean-Noël LUC (U. Paris IV), Denis PELLETIER (EPHE), Bruno POUCET (U. Picardie Jules Verne), Jean-François SIRINELLI (IEP de Paris).

Histoire et archives orales de l’enseignement

 Le programme « Histoire orale de l’enseignement » du SHE a pour objet de collecter, traiter et archiver les témoignages des acteurs et des décideurs des politiques de l’éducation de 1945 à nos jours afin d’analyser, à travers l’étude des politiques éducatives menées par les différents gouvernements, le processus complexe de la prise de décision au sein du ministère de l’Éducation nationale.

Au début de 2011, le Service d’histoire de l’éducation dispose ainsi d’une phonothèque de 275 témoignages, résultant de plus de 500 entretiens et  représentant 900 heures d’enregistrement. Ces archives portent sur toute la période de la Quatrième République et, pour la Cinquième République, sur les années 1958 à 1988. La collecte des témoignages portant sur le ministère de Lionel Jospin, de1988 à 1992, est déjà entreprise.

Parallèlement à cet archivage chronologique, des collectes de témoignages ont déjà été effectuées sur des institutions du système éducatif : l’Inspection générale pour la commémoration de son bi- centenaire, en 2002, et, en 2008, également pour son bicentenaire, la fonction rectorale. Ces archives sont mises à la disposition des chercheurs qui sont accueillis dans les locaux du SHE rue d’Ulm ; leur mise en ligne a été entreprise et devrait être poursuivie.

Au-delà de la seule constitution de sources orales dans un objectif patrimonial et scientifique, cette collecte rend possibles de nombreuses études sur les politiques éducatives et , plus précisément, sur le processus de la décision . Dans cette optique ont déjà été publiés, en intégralité, les témoignages de Jean Ferrez en 2004, et de René Haby en 2008. La participation aux colloques organisés sur Christian Beullac et Alain Savary dont les actes ont été publiés se situe dans le prolongement des analyses fondées sur les archives orales.

Parution: Evariste Gallois

Caroline Ehrhardt vient de faire paraître aux Editions de l’EHESS : Évariste Galois. La fabrication d’une icône mathématique (octobre 2011, 304 p.).

Présentation de l’ouvrage :

Tué au cours d’un duel en 1832, Évariste Galois fut, avant d’être reconnu pour sa théorie des groupes, célébré par les républicains qui se sont emparés de la mémoire de ce jeune jeté en prison deux fois pour son engagement. Ce n’est qu’une dizaine d’années après sa mort prématurée que ses travaux mathématiciens furent publiés et reconnus. La légende du génie malheureux incompris de ses contemporains était née. Caroline Ehrhardt s’intéresse à la fois à l’individu, et au contexte savant dans lequel ce jeune étudiant s’inscrivait. Elle interroge ainsi les pratiques des mathématiques, notamment dans le milieu scolaire où se forma Galois. Comment étaient-elles enseignées ? Quels étaient les sujets d’examens à l’école polytechnique où Galois fut un candidat malheureux avant de se rabattre sur l’École normale ? À la croisée de l’histoire sociale et de l’histoire des mathématiques, l’auteur apporte un portrait complet du mathématicien loin du mythe, et contribue à enrichir l’histoire de l’enseignement.

Les professions: prochaine séance du séminaire du SHE

Le mardi 8 novembre 2011, de 14h à 17h, se tiendra la seconde séance du séminaire du SHE sur le thème:  « Profession, professionnalisation« . Nous y écouterons et discuterons deux interventions, occasion de confronter les travaux en sociologie des professions et en histoire de l’enseignement:
– Florent Champy (CNRS) : « Les professions à pratiques prudentielles : propriétés et programmes de recherche »;
– Philippe Savoie (ENS Lyon-IFÉ/SHE) : «  Profession et professionnalisation dans l’histoire du corps enseignant français ».

Lieu: salle de conférence, 46 rue d’Ulm (rez-de-chaussée gauche), 75005 Paris.

Programme complet

Histoire de l’enseignement supérieur: séminaire de travail

Le mardi 10 janvier 2011, de 9h30 à 12h30 aura lieu la première séance du séminaire de travail sur l’histoire de l’enseignement supérieur.
Ce séminaire a pour objet de permettre la rencontre et l’échange autour de travaux en cours en sciences sociales autour de l’histoire de l’enseignement supérieur; il permettra en particulier aux doctorants de présenter leurs travaux.
La première séance sera consacrée à un point sur les thèses en cours et aux questions d’archivistique.

Ce séminaire est ouvert à tous. N’hésitez pas à faire circuler l’information.
Le lieu sera indiqué dès que possible, en particulier sur ce blog.

Pour toute information: emmanuelle.picard[at]ens-lyon.fr