Archives par étiquette : modèles éducatifs

AAC: Genève, une plateforme de l’internationalisme éducatif au 20e siècle

Voici un appel à contribution en vue du colloque « Genève, une plateforme de l’internationalisme éducatif au 20e siècle« , organisé par l’Université de Genève, Uni-Mail, les 14 et 15 septembre 2017

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre d’« Héloïse, Itinéraire des Pédagogues européens », association affiliée à la Fédération Française des Itinéraires Culturels Européens.

Appel à contribution

AAC: L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe-XIXe siècles)

Un colloque consacré à « L’idéal d’éducation chez les noblesses européennes (XVIIe– début du XIXe siècle) » aura lieu les 26 et 27 septembre 2014 au Deutsches Historisches Institut Moskau (Nakhimovski prospekt, 51/21)

Appel à communication: Du XVIIe au début du XIXe siècle, l’éducation des jeunes nobles en Europe fut soumise à de fortes transformations, sous l’effet, à la fois, des mouvements de société, de l’évolution des idées et de l’action des autorités politiques et religieuses. Ces transformations, dont la plupart excédèrent le seul cadre de la noblesse pour toucher l’ensemble des élites, se traduisirent, sur le plan concret, par l’invention de nouvelles formes institutionnelles (extension des collèges catholiques et protestants, multiplication des écoles militaires, puis des écoles d’ingénieurs, création des écoles de filles, nouvelles créations  d’universités et évolution du système universitaire…) et la systématisation de nouvelles pratiques (extension puis mise en cause de l’internat, montée de l’éducation individuelle et domestique, Grand Tour éducatif, recul du latin et des enseignements traditionnels au profit de nouvelles matières, y compris le français….). Mais ces formes matérielles s’accompagnaient aussi d’une évolution des idées qui pouvaient aussi les avoir provoquées. Toute la période fut en effet très riche en projets éducatifs, qui allèrent crescendo, à l’échelle des États et des élites comme à celle des familles. Qui plus est, et cette coïncidence ne doit probablement rien au hasard, l’époque considérée fut aussi celle où les élites, et en particulier la noblesse, furent soumises, à des degrés divers, à un fort mouvement d’autodéfinition, de redéfinition, de mise en question. Enfin la période, particulièrement depuis le milieu du XVIIIe siècle, fut caractérisée par une intense circulation de modèles éducatifs, souvent à vocation universelle, d’un bout à l’autre de l’Europe, ce qui n’empêchait pas certains d’entre eux d’être revêtus, soit par leurs partisans, soit par leurs détracteurs, de couleurs nationales. Ainsi en alla-t-il, par exemple, des modèles universitaires allemands, de l’éducation britannique ou encore de ce qu’on pourrait appeler post factum, en reprenant les discours de ses adversaires, un « modèle français ». Bien évidemment, les exigences que les élites européennes formulaient à l’égard de l’éducation furent marquées par toutes ces évolutions des institutions, des pratiques et des projets étatiques, dont il faut tenir le plus grand compte si l’on veut lire correctement les divers et nombreux discours dont l’éducation fit l’objet.

Le but de ce colloque sera d’étudier les idées sur l’éducation des noblesses, afin de mieux comprendre les idéaux éducatifs, politiques, culturels, sociétaux, qui s’en dégageaient et les fondaient. La période choisie est celle qui suivit les grandes crises religieuses du XVIe siècle, et jusqu’aux crises politiques et aux guerres de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Continuer la lecture

Thèse soutenue: Robert Owen, pédagogue de la modernité ?

Marie Vergnon soutiendra, le 12 décembre 2013 à l’université de Lorraine, sa thèse en sciences de l’éducation préparée sous la direction de Loïc Chalmel, consacrée à « Robert Owen, pédagogue de la modernité ?« .

Présentation:
Le personnage de Robert Owen (1771-1858) est associé à l’histoire de la scolarisation de la petite enfance grâce à la création de l’Infant School de New Lanark en Écosse (1816). Cette école n’était cependant que la première étape de son projet. Le réformateur social souhaitait changer la société par l’éducation : son oeuvre pédagogique se révèle donc bien plus vaste. Notre travail de recherche se propose d’éclairer ses réalisations éducatives destinées à l’ensemble de la population.
Owen considérait cependant son expérience écossaise comme un « compromis » avec sa philosophie sociale. Nous avons donc tenté de comprendre ses conceptions théoriques au-delà de ce qu’il put mettre en œuvre.Il revendiquait l’originalité de ses propositions. Celles-ci sont interrogées à l’aune du courant pédagogique majeur des 18ème et 19ème siècles, celui de la modernité éducative (Hameline ; Houssaye).

Par ailleurs, un article sur cette Infant School vient de paraître dans la revue Recherches et éducation. Il est disponible en ligne en version intégrale:
Marie Vergnon (2013). « Robert Owen, James Buchanan et l’Infant School de New Lanark« , Recherches en éducation, n° 17, octobre 2013, pp. 149-161.

Thèse en cours: For Your Civilization and Ours: Greece, Romania, and the Making of French Universalism

Alexandra Tipei (Indiana University, Bloomington) travaille à une thèse sur le thème: « For Your Civilization and Ours: Greece, Romania, and the Making of French Universalism »

Version française en seconde partie de billet

In the late eighteenth and early nineteenth centuries a notion of civilization began to gain currency in France. This concept armed French intellectuals and politicians and their East European counterparts with a means of participating in pan-European discourses and justification for establishing a number of institutions, particularly of an educational nature. It helped French notables reassert claims to their country’s cultural supremacy, while Eastern European men of letters and administrators used it to set a process in motion that would result in well articulated nationalist ideologies. It likewise allowed them to acquire the support of French public opinion and material aide from the French government as they worked to establish nation-states on the other side of the continent. The relationship between France and Eastern Europe was mutually beneficial and reciprocal, not unilateral, as the historiography often describes it.[1] In fact, French savants and politicians needed their Eastern European homologues just as much as the Eastern Europeans needed them. Continuer la lecture

L’usage des modèles étrangers: prochaine séance du séminaire du SHE

Le 14 février 2012, de 14h à 17h, se tiendra la cinquième séance du séminaire du SHE sur le thème:  L’usage des modèles étrangers. Nous y écouterons et discuterons trois interventions:

– Pascale Rabault (CNRS) : « À propos de l’internationalisme des congrès scientifiques internationaux »
– Klaus Dittrich (Korea University) : « Les Expositions universelles comme médias pour la circulation transnationale des savoirs sur l’enseignement primaire pendant la seconde moitié du XIXe siècle »

Le séminaire est ouvert à tous.

Il se tiendra salle de conférences, 46 rue d’Ulm, 75005 Paris.