AAC: Elites et savoirs au Nord et au Sud

Les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs publient un appel à communication pour un numéro sur le thème « Elites et savoirs au Nord et au Sud« .

Présentation:

Le dossier de ce numéro des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs portera sur les liens entre savoirs et élites au Nord et au Sud et, plus précisément, sur les logiques et conditions sociales de la mobilisation des savoirs dans l’accès au statut d’ « élite » et dans la constitution de réseaux élitaires.

Étymologiquement, le terme d’élite désigne ceux qui sont élus, choisis, distingués. L’élite se définit donc d’emblée relationnellement, en opposition à la masse. Il n’est pas possible de définir « une » élite selon un critère unique : les sociétés comportent autant d’élites que de domaines de compétences, de concurrence et de légitimation. De plus, les groupes qui peuvent prétendre au rang d’élites (dans les domaines économique, politique, académique, par exemple) ne peuvent être définis a priori, indépendamment des contextes historiques et nationaux. Ainsi, les universitaires font partie des élites et sont étroitement imbriqués au champ du pouvoir dans bon nombre de pays du Sud, alors qu’ils sont plus proches des classes moyennes supérieures dans un pays comme la France.

Le concept d’élites (qui ne se confond pas avec les notions de classe dominante, dirigeante, possédante, etc.) suppose donc des formes, variables selon les contextes, de consécration et d’auto-consécration, et — c’est notre hypothèse —, des types de savoirs assurant la légitimation des élites. La question centrale de ce numéro est ainsi celle du rôle des savoirs dans ce processus de distinction, en se penchant plus spécifiquement sur trois types d’élites : académiques, politiques et économiques.

La première interrogation est celle du rôle des savoirs dans ce processus de distinction. Qu’a-t-il été historiquement, et quel est-il actuellement, tant dans les pays dits du Nord que dans ceux dits du Sud, dans différents contextes locaux, nationaux et internationaux ? Comment les savoirs qui consacrent les élites ont-ils varié dans le temps ?

Peut-on considérer que c’est toujours la possession de certains savoirs qui conditionne l’accès aux élites, en leur conférant une légitimité mais aussi en fermant le groupe aux non initiés ? Quels sont les processus de sélection et d’exclusion qui sont à l’œuvre ?

Dans le prolongement de cette interrogation, peut-on repérer les processus d’acquisition, d’accumulation et de capitalisation des savoirs, à travers les trajectoires de formation notamment, qui soient au principe de cette (auto-)consécration des élites ?

Dans quelle mesure les rivalités entre fractions d’élites s’appuient-elles sur, ou produisent-elles, des concurrences entre savoirs différents (au sens de disciplines académiques, mais aussi de savoirs plus profanes, de visions du monde et de schèmes de jugement et d’appréciation) ? Les différentes fractions d’élites (économiques, politiques, académiques) s’opposent généralement par des filières de formation, des corps de savoirs différents. Dans quelle mesure sont-elles distinctes et étanches les unes vis-à-vis des autres? Peut-on identifier des cercles d’élites qui s’entrecroisent et à l’intersection desquels des individus peuvent cumuler différents pouvoirs et savoirs (comme les cercles politique et économique d’une part, politique et académique d’autre part) ?

Cette question des rapports entre savoirs et élites pourra être abordée à partir de trois perspectives :

  • celle du rôle des savoirs (au sens large) dans les conditions d’accès aux élites ;
  • celle du rôle des institutions de formation et d’enseignement dans le processus de légitimation et de consécration de corpus de savoirs dont la détention conditionne l’accès au statut d’élite ;
  • celle des réseaux entre fractions d’élites et la circulation des savoirs au sein de ces réseaux.

Pour lire la suite…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.