Soutenance de thèse: Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010)

Fabienne Serina-Karsky soutiendra, le 11 décembre 2013, sa thèse sous la direction d’Antoine Savoye (U. Paris VIII) sur le thème: “Pratiques éducatives et bien-être de l’enfant à l’école : la contribution de l’Éducation nouvelle (1910-2010). Pour un nouveau paradigme éducatif“.

Résumé: Les pratiques éducatives qui favorisent le bien-être de l’enfant à l’école constituent l’objet de cette thèse. Celle-ci s’inscrit dans le champ des recherches qui, en sciences de l’éducation, traitent des innovations et transformations pédagogiques. Elle participe également de la visée d’une « école suffisamment bonne » telle que l’appelle de ses voeux Jeanne Moll. Dans cette optique, notre recherche porte sur les écoles se réclamant aujourd’hui du courant historique de l’Éducation nouvelle. Le bien-être de l’enfant à l’école est inscrit au coeur de leur pédagogie, et elles s’efforcent d’être moins des établissements répondant à la « forme scolaire » (Guy Vincent) que des « communautés éducatives » respectueuses de chacun. Bien que peu nombreuses, elles actualisent le paradigme de l’Education nouvelle forgé au début du XXe siècle, centré sur l’enfant et son bien-être, et qui définit un cadre scolaire nouveau adapté à cette finalité.

Pour l’étude des écoles nouvelles et des pratiques éducatives qui s’y développent, cette thèse adopte une démarche socio-historique. Elle part d’une exploration du présent de ces écoles pour remonter à leurs sources et précédents historiques. En termes de méthode, elle procède, d’une part, par une enquête sociologique de type « recherche collaborative » (variante de la recherche-action et de l’observation participante), d’autre part, par une enquête historique portant sur des situations éducatives exemplaires, réparties sur une cinquantaine d’années (1910-1960), à partir de fonds d’archives publiques et privées.

Cette double approche, synchronique et diachronique, permet d’esquisser un nouveau paradigme éducatif qui prenne en compte la dimension du respect et de la « bien-traitance » de l’enfant à l’école. La pensée d’Edgar Morin, qui place l’identité humaine au coeur de ses recherches, nous permet de penser la place et le respect de l’enfant à l’école dans une perspective dialogique, qui éclaire une entité globale rendue invisible si l’on pense le bien-être de l’enfant, appartenant à la sphère privée, et l’école, qui relève de l’espace public, comme deux entités antagonistes et séparées.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.