Thèse en cours: L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944

Juliette Fontaine travaille à une thèse de science politique sous la direction de Brigitte Gaïti (U. Paris I) sur le thème: “L’ecole sous Vichy. L’action publique éducative à l’épreuve du quotidien, 1940-1944

Présentation:

L’objet de notre thèse est d’étudier l’école primaire élémentaire durant la période de Vichy. Familier du grand public ce sujet – très peu étudié spécifiquement – n’est essentiellement connu qu’à travers les propos du Maréchal Pétain (moralisme, propagandisme, autoritarisme) donc du point de vue des discours politiques de l’Etat vichyste. Or, ces discours sont loin de renvoyer à une réalité effective tant du point de vue des décisions prises par le gouvernement en ce domaine que du point de vue du quotidien scolaire. Nous situant à la suite des travaux qui déconstruisent l’Etat autoritaire à l’aide des outils de la sociologie de l’action publique, nous étudions – au delà des discours – ce qu’est très concrètement la politique éducative du régime de Vichy dans ses différentes dimensions.

Ainsi, des décisions prises au sommet de l’Etat à la réalité concrète de la classe en passant par les différents niveaux de mise en œuvre, notre étude a pour but de comprendre  quelles sont les réformes scolaires entreprises et quels sont les moyens employés par le gouvernement pour transformer l’école (1), qui sont les réformateurs à la tête du ministère de l’Education nationale (2), comment et pourquoi cette réforme se recompose aux différents échelons de l’administration intermédiaire (3), comment et pourquoi les instituteurs réagissent durant cette période troublée (4) et, enfin, quelle est la réalité quotidienne des classes saisie dans des contextes différents (5).

Pour ce faire, nous travaillons à partir des archives du ministère de l’Education nationales, des archives départementales de la Seine, du Cher et de l’Aude – régions spécifiques sur lesquelles porte notre recherche – et réalisons des monographies historiques d’une ville et d’un village situés dans lesdits départements, en croisant, dans chaque cas, les archives municipales des communes étudiées et celles de deux de leurs écoles (l’une de filles, l’autre de garçons) avec la parole de témoins encore vivants (instituteurs et élèves) et leurs archives personnelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.