Coll: Vies de savants et éthique des savoirs

Le Cirphlès organise les 14 et 15 novembre 2013 un colloque sur le thème: “Vies de savants et éthique des savoirs. Pouvoirs du récit biographique dans les sciences, XVIe-XXIe siècles”.

Présentation:

« L’art, c’est moi, la science c’est nous », disait Claude Bernard. La science est parfois décrite comme une entreprise collective et impersonnelle, où les caractères et les trajectoires individuels de ceux qui font la science ne jouent au mieux qu’un rôle anecdotique. Pourtant, on ne se lasse pas de raconter la vie de ceux qu’on appelle, selon les époques, les « savants », les « hommes de science », ou encore les « scientifiques ». Biographies, autobiographies, éloges académiques, nécrologies, notices encyclopédiques, discours commémoratifs, etc. sont autant de formes prises par ces récits de vie qui, depuis la Renaissance, construisent et popularisent la figure du savant. Les fonctions de ces récits sont diverses: percer à jour et célébrer les héros de la science ; forger des vies exemplaires susceptibles de fédérer et d’inspirer une discipline particulière ou la communauté scientifique dans son ensemble ; légitimer l’entreprise scientifique et en transmettre les valeurs ; la rendre accessible et attrayante pour le profane ou le néophyte ; et dans le cas plus particulier de l’autobiographie, évaluer et défendre sa vie et son œuvre, justifier certains choix de vie intellectuels ou éthiques, ou créer son propre mythe. Qu’ils soient écrits du dehors des sciences ou par les scientifiques eux-mêmes, qu’ils s’adressent au grand public ou à la communauté savante, ces récits biographiques sont des vecteurs importants de la formation et de la diffusion des identités savantes et de la perception des scientifiques par la société.

Ce matériau historique abondant, qui a récemment attiré l’attention des historiens des sciences, peut être exploré de multiples manières. On peut par exemple s’interroger sur la biographie comme genre à pratiquer, c’est-à-dire sur la légitimité et la valeur qu’il convient d’accorder au genre biographique comme forme de l’histoire des sciences, ou encore sur la manière adéquate de raconter la vie d’un homme ou d’une femme de science. On peut aussi s’intéresser au rôle du biographique dans l’histoire des sciences – à la façon dont les sciences s’ancrent dans des vies individuelles, et aux ressources qu’offrent les récits biographiques à qui veut comprendre les sciences. Ce colloque, quant à lui, se propose d’aborder les récits biographiques moins comme des outils que comme des objets de l’histoire des sciences, et en particulier, d’étudier le rôle joué par ces récits dans la constitution de l’ethos savant et dans l’image publique des scientifiques.

Programme


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.