Soutenance de thèse: Le centre universitaire experimental de Vincennes

Christelle Dormoy-Rajramanan soutiendra sa thèse pour le doctorat de science politique, sous la direction de Bernard Pudal, intitulée « Sociogenèse d’une invention institutionnelle : le centre universitaire experimental de Vincennes », le jeudi 4 décembre à partir de 14h en salle des actes du bâtiment F à l’université de Nanterre.

Jury :

  • Mme Gaïti Brigitte, Professeure de Science Politique à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • M. Jeanpierre Laurent, Professeur de Science Politique à l’Université Paris 8 Vincennes-St-Denis (rapporteur)
  • M. Pudal  Bernard, Professeur de Science Politique à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense (directeur de thèse)
  • M. Robert André, Professeur de Sciences de l’Education à l’Université Lyon 2 (rapporteur)
  • M. Soulié Charles, Maître de Conférences de sociologie à l’Université Paris 8 Vincennes-St-Denis

Résumé :

Relevant de l’intérêt renouvelé de l’histoire sociale pour la période des « années 1968 », ce travail cherche à comprendre à la fois les conditions de possibilité de la création d’une institution telle que le « Centre universitaire expérimental de Vincennes » et comment celle-ci a été initialement façonnée par les investissements pratiques et les projections de ses concepteurs, fondateurs et premiers acteurs. A la croisée de la sociologie des politiques publiques éducatives et de l´histoire sociale des champs intellectuels, la socio-histoire de cette expérience universitaire participe de la connaissance des effets de la crise symbolique sans précédent de Mai 68, et offre une voie d´entrée à l´histoire des idées qui prend en compte simultanément les acteurs mobilisés et mobilisables que sont les étudiants et les enseignants, et leurs négociations avec le pouvoir politique.
A l’échelle macro-sociologique, cette recherche s’attache à éclairer les logiques qui président au développement morphologique et symbolique de l´Université depuis les années 50 et participe de la connaissance du fonctionnement de l’Etat et du pouvoir politique en conjoncture de crise. A l’échelle micro-sociologique, elle se veut attentive aux logiques d’action des acteurs sociaux et aspire à comprendre comment et pourquoi, suivant quels représentations, dispositions et intérêts, les acteurs (individuels et collectifs) investissent leurs rôles et « métiers » (de hauts fonctionnaires, responsables politiques, « intellectuels », enseignants-chercheurs, étudiant), sans sous-estimer les contraintes qui pèsent sur eux.
Ce travail s’appuie sur des matériaux complémentaires (archives, entretiens, biographies, statistiques) qui permettent de mettre en perspective « données quantitatives » et « données qualitatives », et de renseigner les deux échelles d’analyse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.