AAC: Le retour de la nature à l’école ? Essentialisation et naturalisation des inégalités scolaires

Le Réseau de travail « Sociologie de l’éducation et de la formation » de l’AFS (RT4) lance un appel à communications pour le prochain congrès de l’association française de sociologie (29 juin-2 juillet 2015) sur le thème: « Le retour de la nature à l’école ? Essentialisation et naturalisation des inégalités scolaires« .

Le Réseau de travail Sociologie de l’éducation et de la formation de l’AFS (RT4) cherche à favoriser le dialogue entre différents courants théoriques et méthodologiques pour permettre une plus grande cumulation des données et des interprétations en sociologie de l’éducation et de la formation. Les séances de travail du RT4 lors de ce congrès, comme lors des précédents, seront l’occasion de faire connaître et de discuter des travaux récents des membres du réseau mais aussi de tous ceux qui mènent des recherches relatives aux questions d’éducation et de formation, scolaires, universitaires et non scolaires. Les communications retenues porteront sur le thème du congrès tout en l’élargissant à l’ensemble des perceptions essentialisées en matière d’éducation et de scolarité, quel que soit le pays étudié.
En effet, dès son renouveau dans les années soixante, la sociologie de l’éducation et de la formation s’est attachée à déconstruire les « explications » naturalisées telles que les « dons » (Bourdieu & Passeron, 1964). Malgré ces efforts de déconstruction, les argumentaires « biologisés » n’ont pas disparu et ont même réapparu, sous une forme renouvelée, dans la période récente. Ainsi, à travers l’émergence de la notion d’élèves « à besoins particuliers » (Rochex et Frandji, 2011) et l’élargissement de la notion de handicap à divers troubles des apprentissages (Garcia, 2013) et du comportement (Dupont, 2013), on voit resurgir avec force un processus de re-médicalisation de l’échec scolaire (Morel, 2014). De plus, d’autres « explications » se sont développées, qui n’évoquent pas un état de nature, mais essentialisent autrement les constats des différences entre élèves ou encore entre enfants : l’analyse critique de ces postures et prises de position sera également au cœur de nos échanges. Ces différentes formes d’essentialisation ont en commun de considérer les difficultés scolaires comme largement indépendantes de l’École, qui est de ce fait jugée impuissante à y remédier ou doit se contenter de s’adapter à ces « états naturels » des enfants. C’est oublier encore que le système scolaire et le curriculum qui lui est attaché sont des constructions sociales. C’est enfin considérer que les inégalités scolaires (inégalités d’accès, d’apprentissage, de réussite, d’orientation, de parcours, etc.) ne sont finalement que marginalement d’ordre social mais liées aux caractéristiques intrinsèques des individus.

Texte complet de l’AAC


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.