Sém.: Transferts culturels/Histoire universitaire

Le séminaire « Transferts culturels » s’efforce de suivre l’évolution des recherches sur les 
transferts culturels, notamment mais pas exclusivement ceux qui impliquent
 l’espace germanophone.
Les thèmes abordés sont délibérément variés, de manière à favoriser les contacts entre disciplines et les discussions méthodologiques. L’histoire des sciences humaines constituera toutefois un axe fédérateur : sera ainsi abordée dans une perspective transnationale l’histoire des sciences de l’Antiquité, de la romanistique, de l’histoire de l’art, de
 l’africanisme, de l’anthropologie préhistorique, de l’orientalisme
 ou encore des études yiddish. Les aspects politiques (construction des identités nationales) et institutionnels (histoire des musée, des chaires…) viendront étayer l’histoire intellectuelle.

Le séminaire est ouvert aux étudiants de tout niveau, ainsi qu’aux chercheurs et enseignants-chercheurs intéressés.
Les séances ont lieu en salle INFO 1 de l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, le vendredi matin de 9h30 à 12h30. La salle se trouve dans le bâtiment Rataud, au 2e sous-sol.
Contact : UMR 8547 Pays germaniques-Transferts culturels
michel.espagne@ens.fr, pascale.rabault@ens.fr, anne-marie.thiesse@ens.fr

La séance du 09 Janvier sera consacrée à l’histoire universitaire

Ng Thuy Phong (Paris) : « La vietnamisation de l’enseignement supérieur dans le Sud-Vietnam
(1955-1975) »

Il s’agit du débat entre Sud-vietnamiens, Français et Américains autour de
la volonté de vietnamiser l’enseignement supérieur. Nous assistons au
conflit entre « l’école française » et « l’école américaine ». Les professeurs
 vietnamiens formés par l’enseignement français résistent à cette volonté de
 vietnamisation.

Anne Saada (CNRS/ENS, Paris) : « Le réseau académique de Göttingen au XVIIIe siècle dans l’espace des
 circulations internationales savantes »

L’inscription de la ville de Göttingen dans l’espace des circulations 
internationales savantes ne va pas de soi. De fait, avant la fondation de 
son université en 1734, cette bourgade située dans l’Électorat du Hanovre
 était inexistante tant à l’échelle de l’Europe qu’à celle du Saint-Empire 
Romain Germanique. Vingt ans plus tard déjà, elle était parvenue à se faire
 une place sur la carte de la République des Lettres. Comment et par quels
 moyens cette petite ville allemande a-t-elle pu devenir en si peu de temps 
un pôle savant européen?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.