Sém.: Les ingénieurs et le monde académique

Le séminaire de Claudine Fontanon, Irina Gouzevitcht et André Grelon (EHESS), consacré à “Ingénieurs, professions techniques et sociétés” propose le 15 janvier une séance sur le thème “Les ingénieurs et le monde académique (XVIIIe-XXe S.)“.

EHESS, 15 janvier 2015, de 14h à 17h, Salle des artistes, 96 boulevard Raspail, 75006

  • Claudine Fontanon (CAK-EHESS): Les ingénieurs à l’Académie des sciences (1840 -1945)

En France, au XIXe siècle comme au XXe siècle, l’Académie des sciences a accueilli des ingénieurs ayant fait œuvre scientifique. Il faut attendre 1918 avec la proposition du physicien Paul Langevin pour que qu’une section des Applications  de la science à l’industrie  soit dédiée à cette catégorie professionnelle. Mais jusqu’en 1945, ce sont essentiellement des polytechniciens qui sont appelés à siéger dans cette compagnie. Au XIXe siècle, les mécaniciens y furent particulièrement nombreux avec des ingénieurs comme Jean Victor Poncelet, Arthur Morin ou Aimé Laussedat…

Au XXe siècle, les spécialités de ces ingénieurs élus à l’Académie se diversifient  et on note même l’élection d’un ingénieur civil des Mines, le botaniste Charles Richet.
Il faut toutefois attendre 1946 pour qu’un autre ingénieur civil soit élu à la section Mécanique, le centralien Georges Darrieus, spécialiste de la mécanique des fluides et de ses applications.

Mentionnons enfin que c’est en l’an 2000 que fut créée l’Académie de Technologie,  héritière  de la Section des applications et qui accueille non seulement des ingénieurs de grand renom comme Michel Virlogeux, concepteur du pont  de Normandie et du viaduc de Millau, mais aussi divers spécialistes des techniques telle l’historienne Bernadette Bensaude-Vincent.

Dans cette communication nous nous intéresserons aux ingénieurs élus à l’Académie des sciences entre 1840 et 1945 en dressant le  portrait collectif  de cette catégorie qui compte  une quarantaine de membres sur la période

  • Irina GOUZEVITCH (CMH-EHESS): L’intégration des ingénieurs dans la communauté académique : une comparaison franco-russe, XVIIIe-XIXe siècle

 Pour comprendre l’interaction qui se tisse au fil des siècles, entre les univers, si différents au premier regard, que sont le monde académique et celui des ingénieurs, il convient de s’interroger sur ce qu’ils ont en commun. Pour nous, outre le savoir au sans large, le trait qu’ils partagent est la façon dont les uns et les autres perçoivent leur objet d’étude. En effet, la communauté académique vise à explorer les lois de la nature, donc du monde qui existe indépendamment de l’homme. L’activité de l’ingénieur, même si plus terre à terre, développe également cet aspect cognitif puisque l’une de ses visées principales consiste à assurer intellectuellement la production et la reproduction du monde artificiel dans lequel ils interviennent, et en particulier la production du savoir scientifique qui le concerne. Certes, la différence formelle est de taille. Mais à un certain degré d’abstraction, le savoir élaboré par les uns et par les autres, ainsi que les moyens de sa production, ne dépendent pas de la nature des objets étudiés. Et à la regarder de plus près, l’histoire de l’évolution des professions concernées recèle beaucoup d’affinités. En revanche, l’interaction entre ces deux univers n’avait rien d’évident et ne s’est fait que progressivement. Quelques siècles se sont avérés nécessaires pour que le monde académique accepte les ingénieurs comme ses pairs dans la production du savoir scientifique et leur fasse de la place dans sa communauté.

Dans cette communication, nous nous proposons d’explorer deux aspects de cette thématique : dresser un aperçu rapide de cette interaction émergente et des liens qui se tissent entre les deux univers à travers l’histoire, de la Renaissance (où le savoir sur le monde artificiel commence à se formaliser) jusqu’au XIXe siècle (où les ingénieurs sont reconnus comme corps savant) ; considérer les moyens élaborés par les diverses académies pour accueillir les ingénieurs (sur l’exemple de la comparaison franco-russe).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.