AAC: Quelle mémoire pour l’éducation et la recherche ? Sélection et tri des archives, documents et données

Voici un appel à contribution pour une journée sur le thème: Quelle mémoire pour l’éducation et la recherche ? Sélection et tri des archives, documents et données

La section des archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et – mouvements – étudiants (AURORE) de l’association des archivistes français (AAF) organise annuellement une journée d’étude ouverte à tous (archivistes, chercheurs, responsables d’établissement, publics, de centres d’archives, curieux etc.) et centrée sur un thème de réflexion.
Elle a consacré ses précédentes journées d’étude aux questions de la définition des archives des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants et de la mise en place du réseau AURORE (Caen, 2007), de la professionnalisation de la fonction archives (Paris, 2008), de la conservation des archives électroniques (Montpellier, 2009), de la valorisation (Angers, 2010), des espaces de conservation (Nantes, 2011), des pratiques de collecte et de classement (Toulouse, 2012) et de l’accès aux archives (Bruxelles, 2014).

Le 6 novembre 2015, le centre national d’enseignement à distance (CNED), l’université et le rectorat de Poitiers seront nos hôtes pour porter notre attention sur la sélection des archives, documents et données de l’enseignement et de la recherche.

Chacun d’entre nous, pour une durée plus ou moins longue, a consacré une partie de sa vie à suivre des études scolaires voire supérieures, des formations professionnelles, et, pour une fraction, a dispensé des enseignements, participé a l’encadrement et à la gestion d’un établissement, a fait partie d’un mouvement étudiant ou a effectué des travaux de recherche pour soi ou dans un cadre professionnel. Toutes ces activités sont productrices de documents sur tous supports dont les masses considérables ne peuvent être indéfiniment conservées sous peine d’engorgement des locaux et des serveurs et de surabondance des sources pour les chercheurs.
Mais bien que le tri et la sélection de ces documents soient le lot des archivistes depuis la Révolution, aucun outil n’a pu être et ne pourra sans doute être conçu pour permettre de mesurer automatiquement leur valeur, différente selon les besoins et demandes de chacun (particulier, chercheur, généalogiste ou encore gestionnaire) et les possibilités offertes en matière de conservation et de consultation. Les professionnels des archives doivent souvent s’en remettre à des principes, à leur bon sens et à leur expérience pour les guider dans leurs appréciations.

Ces principes évoluent avec la société et se traduisent notamment en France par une réglementation nationale dont le premier exemple dédié à l’Éducation est une circulaire de 1932. D’autres textes lui succèdent et la complètent particulièrement en 1970, en 2005 et plus récemment, notamment en matière d’archives de la recherche,  en 2007. Au niveau local, ces règlements sont enrichis par le travail quotidien des archivistes dans l’élaboration et la remise à jour de tableaux de gestion et de bordereaux d’élimination d’archives en collaboration avec les producteurs de celles-ci.

Au-delà de ces textes, ce sont aussi les pratiques de tri et de sélection des archives qui évoluent comme l’illustrent notamment l’importance donnée au travail opéré à la source de la production documentaire qui constitue une part essentielle du records management, au recyclage des documents voués à la destruction et encore l’exemple de la collaboration menée entre statisticiens et archivistes dans l’élaboration d’un cadre méthodologique pour l’évaluation, la sélection et l’échantillonnage des archives publiques paru en juillet 2014. Parallèlement, ce sont les droits des citoyens ainsi que les sujets et outils de recherches qui se diversifient et qui poussent les archivistes à revoir leurs critères de tri.
Le sujet est donc complexe et multiforme. Il justifie par lui-même la tenue de cette journée d’étude.

Les propositions sont attendues pour le 17 avril 2015 au plus tard sous la forme d’un texte (entre 1000 et 2500 signes, espaces compris) et d’un curriculum vitae (qui ne sera communiqué qu’aux membres du comité scientifique) envoyés aux adresses suivantes : ludovic.bouvier@ac-paris.fr et florian.marie@ac-orleans-tours.fr.
Cette journée est ouverte à tous les contributeurs : archivistes, enseignants-chercheurs, bibliothécaires…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.