Sem. : L’éclatement de l’Université de Paris en 1970 : état des lieux de la recherche historique

Une séance sur l’histoire des universités parisiennes se déroulera au séminaire Histoire des sciences, histoire de l’innovation (Université Paris Sorbonne, UPMC, LabEx EHNE), le jeudi 26 mars de 17 à 19h00 à l’Institut des sciences de la communication (ISCC) salle de conférence RDC, 20 rue Berbier-du-Mets à Paris (Métro Gobelins).

Loïc Vadelorge, interviendra sur “L’éclatement de l’Université de Paris en 1970 :
 état des lieux de la recherche historique“.

Résumé : La reconfiguration institutionnelle de l’Université de Paris est réalisée par le décret Guichard du 21 mars 1970 qui créée treize universités autonomes, désignées par un simple numéro en chiffre romain, accolé à la formule « université de Paris- ».

Cette transformation constitue une rupture majeure, non seulement pour l’enseignement supérieur dans l’Académie de Paris mais aussi pour l’ensemble du système universitaire français. Elle a été globalement interprétée par la recherche historique en termes de réponse à la massification de l’enseignement supérieur (processus de création/extension de l’offre) ou de réponse à la crise de Mai 1968 (processus de démantèlement/dispersion de la demande). La tenue, en janvier 2014 d’un colloque interdisciplinaire visant à mettre en perspective l’histoire de l’éclatement de l’Université de Paris permet d’affiner cette grille de lecture pour révéler les jeux d’acteurs et les principes de rationalité qui s’affrontent en courte et moyenne durée autour du consensus de l’inadéquation de l’offre universitaire en région parisienne.

Une première piste d’investigation consiste à restituer les temporalités du sujet, en rappelant que le décret Guichard clôt (provisoirement) une problématique de desserrement qui a cheminé depuis la fin du XIXe siècle selon des logiques facultaires avec une phase d’accélération nette à partir du milieu des années 1950.

Une seconde piste d’exploration consiste à interroger les logiques multiples et contradictoires qui président, entre 1968 et 1975 à la mise en place d’un nouveau système universitaire francilien, qui pose autant de problèmes qu’il n’en résout.

Une troisième piste consiste à interroger la rationalité de la division du travail, recherchée implicitement par le ministère de l’Éducation nationale et les aménageurs de la région Ile de France mais contestée à la base par les universitaires eux-mêmes jusqu’à nos jours.

Bibliographie indicative : Baron, Myriam et Vadelorge, Loïc, « Les universités parisiennes dans la tourmente des regroupements », Métropolitiques, 25-02-2015

Le programme du séminaire est disponible sur le site de l’ISCC et sur le blog de l’axe Europe des flux du LabEx EHNE

  • 2 avril: Roy MacLeod (University of Sydney), The Scientists Go to War: British, Imperial and American Perspectives, 1914-1918.
  • 9 avril: Graeme Gooday (University of Leeds), International diversity in patent systems: a historical perspective
  • 16 avril : Timothy H Stoneman (Georgia Tech Lorraine), Global Radio and Religion: A Protestant Voice of Europe, 1945-1970

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.