Publication – L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), Matthieu Devigne

Comment maintenir l’École quand tout semble prêt à s’effondrer ? Comment l’École de la Troisième République a-t-elle reçu les dogmes et les ordres de Vichy ? Comment la France de l’après-guerre, enfin, a-t-elle accompagné la reconstruction des murs de celle des esprits et des corps ?

L’histoire des écoles primaires de la France des années noires (1938-1948), c’est celle du personnel et des élèves qui poursuivent leur tâche avec une endurance qui tient autant de la routine que d’une solide capacité d’adaptation. C’est aussi celle des solidarités inédites forgées à la faveur de la sauvegarde des enfants entre des territoires scolaires très diversement frappés par les drames de l’Occupation et de la Libération. C’est enfin l’histoire des visions de réforme et de reconstruction qui s’efforcent d’imaginer, en ces temps d’incertitudes, les destins possibles de l’Éducation nationale du second XXe siècle à venir.

De la Bretagne au Lyonnais, des petites communales des monts d’Auvergne aux classes marseillaises, se fait le récit d’un ordinaire recomposé au rythme du conflit. Il est tissé de rigueurs et de banalités propres à une époque saisissante, à partir de laquelle il est toujours inspirant de réfléchir le présent.

Références de l’ouvrage: Matthieu DEVIGNE, L’École des années noires. Une histoire du primaire en temps de guerre (1938-1948), PUF, février 2018

Sommaire:

Préface. La guerre maîtresse de l’École

L’École française au tournant de siècle (1938-1940)
Le tableau de la géographie scolaire de la France en 1938
La « drôle de guerre » de l’École
1940 : la tempête vichyste

Première partie – L’endurance de l’École en guerre (1940-1945)

  1. Maintenir une vie scolaire en temps de guerre
    Le fardeau de l’Occupation
    La crise du personnel de l’École
  2. Le quotidien scolaire des temps nouveaux
    Les années noires du métier : faire la classe sous Vichy
    Le sacerdoce social : les activités péri et postscolaires
  3. Comment l’École a protégé les enfants
    L’évolution des scénario du repli selon le ministère
    Les fortunes diverses des entreprises d’évacuation des écoliers
    Les petites patries scolaires solidaires
    NOTE. L’École a-t-elle protégé les enfants juifs ?

Conclusion. Le maintien d’un esprit pionnier

Intermède. De la Fronde à la Sten : les résistances des primaires

Seconde partie – L’École républicaine à la reconquête de la France

  1. Le rétablissement de l’École républicaine
    La reprise en main du personnel de l’Éducation nationale
    L’émancipation de la tutelle préfectorale
    Le front de la reconquête pédagogique
  2. La convalescence des écoles et des écoliers 
    Le martyre de l’École
    La renaissance matérielle des écoles
    Surveiller et guérir : l’attention portée à la santé des enfants
  3. Quelle École tirer des décombres ? Les enjeux de l’après-guerre
    L’École qui croyait au ciel face à celle qui n’y croyait pas
    Les hussards broient du noir
    Vers un nouveau paradigme scolaire ?

Conclusion. École outragée, École brisée, École libérée… mais pas apaisée !

Épilogue. Temps de guerre, temps des possibles
Les leçons de dix ans de classe de guerre
Dénouement gordien

Postface. Sisyphe révélé


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.