Appel à chercheurs et chercheuses de la BnF – Réalisation d’un guide des sources sur l’éducation populaire à la BnF

La BnF vient de lancer son appel à chercheurs 2018-2019 qui inclut un axe sur l’éducation populaire justement lié à ce projet. C’est le numéro 32 de la liste : https://aacbnf2018.sciencesconf.org/resource/page/id/7

Il s’agit pour un doctorante ou un doctorant d’obtenir le statut de « chercheur associé » (qui permet de bénéficier d’un accès privilégié aux collections et d’un accompagnement de la recherche sans toutefois bénéficier d’une bourse de recherche) afin de réaliser un « guide numérique des sources de l’éducation populaire à la BnF ».

Les candidatures sont à adresser jusqu’au 29 avril.
Voici le descriptif du projet sur le site de l’appel :

32.    Un guide numérique des sources de l’éducation populaire à la BnF
Ce sujet accompagnement un projet de recherche plus vaste intitulé « Émanciper le peuple par le savoir ? (1860-1939)», copiloté par la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales et le PAJEP en 2018 et 2019. Il convient de donner le contexte car le guide des sources de l’éducation populaire l’accompagnera et le prolongera très utilement. Le projet de guide des sources sera présenté lors d’une table ronde portant sur les diverses sources de l’éducation populaire (colloque 2018), et ses premiers résultats exposés lors d’un second colloque en 2019. Ce guide numérique viendra ainsi très utilement compléter le guide des sources des Archives des mouvements de jeunesse et d’éducation populaire déjà élaboré par le PAJEP.
Corpus : le projet de guide des sources proposé dans le cadre de l’appel à chercheurs BnF vise à identifier et analyser les principales sources conservées à la BnF. Ces sources sont en effet essentielles pour cerner l’émergence progressive d’une « éducation populaire », concept polysémique discuté, et pour ouvrir de nouveaux champs de recherche. Le corpus à identifier est d’emblée marqué par plusieurs caractéristiques :
–  on peut identifier des documents d’« éducation populaire », terminologie revendiquée par les auteurs, mais parfois contestée par ceux à qui elle est destinée : publications scientifiques de vulgarisation (éducation à l’hygiène, moralisation, etc.), littérature destinée au « peuple », périodiques émanant d’associations d’éducation populaire, etc.
– « éducation populaire » implicite mais non revendiquée pour des questions politiques, notamment de censure : ouvrages d’économie politique, etc.
– diversité des disciplines concernées  (éducation, histoire, littérature, théâtre, etc.) et des supports (monographies, recueils, estampes, manuscrits, affiches…)
Pistes de recherche : Dans un premier temps :
–    identification de la terminologie accompagnant l’éducation populaire
–    identification de l’éducation populaire dans les différents cadres de classement de la Bibliothèque et dans d’autres structures
–    recensement des corpus de la BnF déjà exploités par les chercheurs en histoire de l’éducation populaire
–    identification par croisement des corpus jusque-là non exploités, soit de par leur nature (exemple : recueils aux titres génériques) soit parce que non référencés dans le catalogue comme relevant de « l’éducation populaire », etc.
Dans un second temps :
–    structuration du guide des sources en fonction des corpus repérés (ex. monographies grands publics de vulgarisation des sciences ; pièces de théâtre populaire ; publications d’association d’éducation populaire, etc.)
–    élaboration de notices descriptives type pouvant servir aux sources très diverses repérées. Il faudra en effet inclure dans ces sources le dépôt légal numérique du Web.
–    à l’intérieur des ensembles de sources identifiés, le chercheur associé/la chercheuse associée pourra délimiter un ensemble plus restreint de sources peu connues de l’éducation populaire et en faire un objet d’étude plus spécifique. Plusieurs pistes sont déjà envisageables : femmes et éducation populaire au XIX e siècle ; éducation du « peuple » dans les almanachs ; mutualités et éducation populaire ; Églises et éducation populaire : etc.
Compétences : À noter la forte dimension transverse du projet. La chercheuse/ le chercheur pourra ainsi rencontrer un nombre important d’acteurs de la BnF et se familiariser avec la complexité des collections.

Contact : Fabien Plazannet, directeur du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme
Tél. 01 5379 5050, fabien.plazannet ( arobase ) bnf ( point ) fr

Voici maintenant une présentation du statut de chercheur associé :

Tous les chercheurs bénéficient des éléments suivants :
–    un contrat formalisant leur relation avec la Bibliothèque, représentée par sa présidente ;
–    un accompagnement personnalisé dans les collections à travers un référent scientifique à la Bibliothèque nationale de France ;
–    gratuité des titres d’accès ;
–    crédit pour des travaux de photocopie, d’un soutien pour la reproduction photographique des documents liés à ses travaux ;
–    messagerie électronique en @bnf.fr et d’un compte relié à la base de production de la Bibliothèque ;
–    éventuels frais de missions de recherche ;
–    possibilité de publier les résultats de leurs travaux dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France ;
–    possibilité de bénéficier d’un soutien de coédition.

En retour, les chercheurs doivent communiquer à la Bibliothèque et à son conseil scientifique les résultats de sa recherche deux fois par an.
À partir de cette base commune, il existe différents statuts.

Chercheur associé ou musicien chercheur associé

Chercheur associé
–    son statut est bénévole ;
–    il est âgé de moins de 35 ans au 01/01/2018 ;
–    il réside en France métropolitaine ;
–    il est inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur français en niveau recherche (master 2 ou doctorat) ;
–    son sujet de recherches est défini, pour la part des travaux effectués à la bibliothèque et pour la part correspondant au cadre universitaire, en accord avec le directeur du département d’accueil et le directeur de recherche dans l’enseignement supérieur ;
–    son contrat est de 1 an, renouvelable 2 fois.

Si vous connaissez des étudiantes ou étudiants que ce projet pourrait intéresser dans le cadre d’un doctorat (ou bien des directrices ou directeurs de thèse qui pourraient lancer des étudiant·e·s sur cette piste…), n’hésitez pas à faire circuler l’information. La date de clôture de l’appel est fixée au 29 avril 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *