Podcasts – Série de la « Fabrique de l’histoire » sur l’histoire de la jeunesse

Premier volet d’une série d’émissions consacrée à la jeunesse et à son histoire. Aujourd’hui nous parlons de la jeunesse des années 80 et plus précisément de cette jeunesse issue de la première génération d’immigration maghrébine en France. En deuxième partie d’émission nous parlons de l’histoire du mouvement punk. Une émission co-animée par Amélie Meffre

Sur Paris et en banlieue, alors qu’on réaménage le territoire, beaucoup font leurs premières armes dans les squats quand nombre de MJC rechignent à les accueillir.Ce qu’on nommera plus tard le rock alternatif se traduit par une scène hétéroclite où les Bérurier Noir, La Souris déglinguée ou Parabellum parient sur le « Do It Yourself » (DIY), via les radios libres, les fanzines et les labels indépendants à l’image de VISA, Bondage ou Gougnaff.  Mal-logement, montée du chômage et du Front National, bavures policières, combat antiraciste, manifestations étudiantes, nombre des groupes alternatifs prennent part aux luttes qui se déploient à ce moment-là. La plupart ne se prive pas de dénoncer, en français, une société en crise. En 1989, une première page se tourne : les Bérurier Noir font leur concert d’adieu à l’Olympia, la Mano Negra signe chez Virgin, délaissant Boucherie Production, les ventes commencent à s’envoler, le rap débarque…

Un documentaire d’Amélie Meffre réalisé par Thomas Dutter

Avec Tai-Luc, de La Souris déglinguée, Géant Vert, de Parabellum, Pat Kebra, d’Oberkampf, Yves Le Carpentier et Thierry Delavau, créateurs du label VISA et animateurs à Radio Libertaire, Gérald Biot, de Rock à l’usine et Marsu, co-fondateur de Bondage et manager des Bérurier Noir.

Troisième temps aujourd’hui d’une semaine consacrée à la jeunesse et à son histoire. Ce matin nous parlons du Moyen- Âge avec deux historiennes. Comment définissait-on la jeunesse au Moyen- Âge ? Lui reconnaissait-on des droits particuliers ? Que signifiait être jeune selon que l’on était apprenti ou étudiant ? Comment l’éducation de la jeunesse a-t-elle évoluée entre les XII e et XV e siècles ?

Un jeune garçon noble éduqué par un précepteur sévère et peu savant vers 1060 : l’exceptionnelle autobiographie de Guibert de Nogent, écrite vers 1115 : « Ma sainte mère, désireuse de me voir instruit, décida de me livrer à un maître de grammaire. Peu de temps auparavant, et même en partie dans mon enfance, la disette de cette sorte de maîtres était telle que dans les bourgs on n’en rencontrait pour ainsi dire jamais, et pas toujours dans les villes. (…) Lorsque j’eus été placé sous son autorité, il m’éleva dans une telle pureté, il m’écarta avec tant de conscience des sottises qui sont comme naturelles en ce jeune âge, qu’il m’éloigna complètement des jeux habituels : (…) les garçons de mon âge pouvaient en effet aller et venir à leur guise et, compte tenu des moments, on ne mettait nul frein à leurs inclinations ; mais moi, retenu loin de tout cela par une scrupuleuse coercition, je restais assis, affublé en clerc, réduit à regarder, comme un animal savant, les bataillons de joueurs. (…) « 

Un garçon placé pour 10 ans en apprentissage chez  un tisserand de Gênes au XIIIe : « Nous, Bucis de Savarina, forgeron, et Henri de Rivalta, batteur de laine, chacun de nous convenons avec toi : Jean de Tournai, tisserand, de garantir que Jeannot, fils de Ciceris de Rivalta, restera afin d’apprendre à tisser les étoffes, avec toi et tes héritiers, ou avec qui tu ordonneras, pour les dix prochaines années. Il ne quittera pas ton service, ne prendra pas femme, ni ne se fiancera avant le terme du contrat.(…) Moi Jeannot je jure de m’occuper de toi, ainsi que de tes biens, et des biens d’autrui qui sont en ta maison. A l’inverse moi, Jean de Tournai, promets et conviens de bonne foi avec vous de garder avec moi ledit Jeannot jusqu’audit terme, et de lui apprendre et de lui faire apprendre à tisser des étoffes, et de lui donner nourriture et vêtement convenablement et de ne pas lui faire faire ce qui serait au dessus de ses forces et veiller sur lui, sous ladite peine, en obligation de mes biens ».

Textes lus par Mélodie Orru

Quatrième temps de notre semaine dédiée à l’histoire de la jeunesse. Ce matin, avec deux historiens, nous essayons de parcourir l’histoire et la législation des majorités sexuelles.

Une émission co-animée par Amélie Meffre. La chronique d’Amélie Meffre porte aujourd’hui sur  les lois de 1832, 1863 et de 1945 sur les majorités sexuelles .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *