JE – Les rapports à l’école comme rapports à l’État (Paris, 9 oct. 2018)

Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de la recherche collective « Pratiques et représentations ordinaires des gouvernés face à l’État » (PROFET). Ce projet, coordonné par Alexis Spire, étudie, de manière transversale à plusieurs institutions et services publics, comment les populations gouvernées perçoivent et se confrontent concrètement au pouvoir étatique. Il regroupe une douzaine de chercheuses.rs issu.e.s des laboratoires IRIS, CESAER, CERAPS et CRESPPA-CSU. Il s’organise en équipes étudiant respectivement : les rapports à la police et à la gendarmerie ; les rapports à l’impôt et à l’administration fiscale ; les rapports à la justice ; les rapports à l’école. Le projet PROFET articule un volet quantitatif (enquête Preface, réalisée via le dispositif Elipss) à des enquêtes de terrain.

https://facealetat.hypotheses.org/

Organisée par l’équipe qui étudie les rapports des usagers à l’institution scolaire, basée au CRESPPA-CSU (L. Barrault-Stella, P. Bongrand, C. Hugrée et Y. Siblot), cette journée vise à interroger les relations entre écoles et familles sous l’angle des rapports à l’État. Elle contribue, au-delà du cas de l’école, à l’approche comparative et transversale des rapports, variés et spécifiques, aux institutions étatiques.

Contacts :  lorenzo.barrault-stella [at] cnrs.fr;  philippe.bongrand [at] u-cergy.fr; cedric.hugree@cnrs.fr yasmine.siblot [at] univ-paris8.fr

Accès :  Centre CNRS Pouchet, 59/61 rue Pouchet, 75017 Paris Métro Brochant ou Guy Môquet (ligne 13), bus 66 (arrêt Jonquière) http://www.pouchet.cnrs.fr/acces/

9h accueil

9h 15 Introduction de la journée

9h30-12h30 Revisiter l’analyse des rapports à l’école des familles comme un rapport à l’État

  • Discutant.e.s : Séverine Kakpo (Paris 8, Escol) et Ugo Palheta (Lille, Cresppa -CSU)
    « Les rapports à l’école et aux institutions publiques des familles d’élèves en ruptures scolaires » (titre provisoire), Mathias Millet (Tours, GRESCO)
  • « Les préoccupations scolaires à la lumière des pratiques administratives de l’école : l’éclairage d’une enquête par questionnaire sur les rapports ordinaires aux institutions publiques », Cédric Hugrée (CNRS, Cresppa-CSU)
  • « « Des mobilisations pour les réouvertures d’écoles publiques en zones rurales. Quel(s) rapport(s) des familles au service public d’éducation ? », Juliette Mengneau. (Université de Nantes, CENS)
  • « Quels indicateurs pour apprécier l’étatisation du rapport à l’école ? Propositions à partir d’enquêtes en cours », Philippe Bongrand (Université de Cergy-Pontoise, ÉMA, associé au Cresspa-CSU),

14h-17h Revisiter l’analyse des rapports à l’État en intégrant l’institution scolaire

Discutant.e.s : Akim Oualhaci (Cresppa-CSU) et Marie Salaün (Descartes, CANTHEL)

  • « L’école, expérience fondatrice du rapport aux institutions: enquête sur les classes populaires », Gwenhaël Burgy, Vincent Dubois, Thierry Ramadier (Université de Strasbourg, SAGE)
  • « L’école comme institution de conformation ? Réflexions provisoires sur la production du consentement à l’Etat à partir d’une enquête en cours auprès de parents d’élèves. », Lorenzo Barrault-Stella (CNRS Cresppa-CSU)
  • « Ecole publique ou école privée ? Enquête auprès de mères sans emploi dans une commune populaire de la banlieue parisienne », Adèle Baraud (Paris 8, Cresppa -CSU)
  • « Proximité statutaire et distance sociale : les rapports à l’école et aux institutions d’agents de service d’écoles primaires et maternelles », Yasmine Siblot (Paris 8, Cresppa -CSU)

ARGUMENTAIRE :  les rapports à l’École comme rapports à l’État ?

Depuis les années 1980 en France, la sociologie de l’éducation documente les rapports entre les familles et les différentes institutions composant le système scolaire français (e.g. Pinçon-Charlot, 1989 ; Langouët et Léger, 1994, 1997 ; Terrail 1997 ; Careil, 1998 ; Thin, 1998, Masson, 1997, 1999 ; Sanselme 2001 ; van Zanten, 2001 ; Millet et Thin, 2005 ; Périer, 2005 ; Thin, 2009 ; Delay, 2011 ; Palheta, 2012 ; Kakpo, 2012 ; Pothet, 2017 ; Payet, 2017…). Ces travaux soulignent les profondes variations sociales, spatiales et institutionnelles de la scolarisation des élèves et la grande diversité des rapports à l’institution qui en découle, en particulier en fonction du type de scolarisation suivie (primaire, collège, lycée général et technologique ou professionnel, enseignement adapté ou spécialisé) et des positions et ressources (culturelles, économiques et sociales) des parents. D’autres travaux, souvent issus de la science politique ou de la socio-histoire de l’éducation, ont analysé l’administration scolaire (e.g. Laforgue, 2005 ; Buisson-Fenet, 2008 ; Pons, 2010), la construction de l’État (e.g. Durkheim, 1922 ; Green, 1990) ou la dimension étatique et normative de l’institution scolaire pour ses publics (e.g. Chapoulie, 2010 ; Barrault-Stella, 2013), sans que la socialisation à l’État ne figure toujours au centre de leurs hypothèses de recherche.  Réciproquement, les recherches consacrées aux rapports aux institutions (parmi de très nombreux travaux : Dubois, 1999 ; Siblot, 2006 ; Belorgey, 2010 ; Spire, 2012 ; Collectif Onze, 2013 ; Gelly et Pitti, 2016 ; Weill, 2017…) n’étudient généralement pas frontalement les rapports à l’école. Elles accordent une place déterminante au capital ou aux ressources scolaires dans l’analyse des rapports aux institutions, mais sans toujours étudier les effets concrets de la socialisation scolaire (ou encore les effets des rapports aux institutions sur la scolarisation).

Dans leurs pratiques et représentations de l’école, quels rapports à l’État les familles engagent-elles ? Comment ces rapports se combinent-ils aux pratiques et représentations que ces mêmes familles ont d’autres institutions publiques et services publics (comme les impôts, la police, les guichets des administrations sociales, la, les bailleurs publics, etc.) ? Peut-on identifier les rapports à l’État que ces pratiques et représentations des institutions publiques engagent ? Les rapports pratiques et symboliques que les parents entretiennent avec l’école (i.e. avec leur propre scolarité, avec celles de leurs enfants, avec les professionnel.le.s travaillant dans ces établissements, etc.) sont-ils congruents avec leurs rapports aux autres institutions ? L’école serait-elle, au contraire, une institution à part ? Les rapports à l’école pourraient-ils constituer un espace de socialisation durablement structurant du rapport aux autres institutions qui engagent la sphère publique ?

L’enjeu de cette journée d’étude est ainsi de placer la question la socialisation à l’État au cœur de l’analyse des rapports à l’école. Nous proposons d’y travailler en deux temps, d’abord à partir de travaux prenant pour point de départ l’étude des rapports des familles à l’école, mais abordant par ce biais les relations à d’autres institutions ; ensuite à partir de recherches centrées, de manière transversale ou non, sur les rapports à d’autres institutions, dont les auteur.e.s ont été conduit.e.s à prendre en compte les rapports passés ou présents à l’école de leurs enquêté.e.s. Lors de chaque demi-journée, des chercheurs.ses, membres du projet PROFET ou non, présentent ou revisitent leurs travaux, en cours ou publiés, sous cet angle.

  • Revisiter l’analyse des rapports à l’école des familles comme un rapport à l’État

 Il existe de nombreux travaux sur les rapports des familles à l’école, mais cette institution est souvent étudiée de façon autonome et rarement mise en lien avec d’autres institutions publiques. De même, la dimension proprement étatique et publique (ou non) de l’institution, et notamment la manière dont elle intervient dans les rapports des familles à l’institution, est centrale dans la sociologie des « choix » scolaires mais peu rapportée aux autres composantes de l’État. Il s’agira donc de revenir sur des enquêtes, achevées ou en cours, prenant pour point de départ les rapports des familles à l’école, à partir des questions suivantes :

Dans quelle mesure peut-on analyser les rapports à l’école des familles comme des rapports à l’État ? À travers quelles dimensions précises, quelles pratiques concrètes, quels discours ? Plusieurs entrées sont possibles : l’obligation d’instruction, la sectorisation, les enjeux d’orientation, les programmes d’enseignement, la construction de l’autonomie des élèves/enfants, les questions d’alimentation (goûter en maternelle, régimes alimentaires spécifiques, etc.), les manières de s’habiller, la protection de l’enfance, les discours politiques (le service public, « l’Éducation nationale », l’« école de la République », la « laïcité », etc.), les rapports aux agents de l’ école, les associations de parents d’élèves, etc. 2. Dans quelle mesure les enquêtes prenant pour objet les rapports des familles à l’école conduisent-elles à aborder les rapports à d’autres institutions ? En quoi l’explication de ces rapports peut-elle conduire les chercheur.se.s à convoquer des expériences, ressources ou représentations que les familles peuvent entretenir avec d’autres institutions ? Comment tenir ensemble les analyses des rapports à ces différentes institutions ?

  • Revisiter l’analyse des rapports à l’État en intégrant l’institution scolaire

La sociologie des rapports aux institutions met classiquement en avant le rôle des ressources scolaires et du capital culturel. Elle souligne moins la portée des expériences, pratiques et représentations liées à la scolarisation (la sienne ou celle de ses enfants). Des enquêtes portant sur les rapports à différentes institutions peuvent être revisitées dans cette perspective, et entrer en dialogue avec des recherches qui, en cours, dans le cadre de PROFET ou non, prennent pour point de départ les rapports des familles à l’école. Nous proposons d’organiser les échanges à partir des questions suivantes :

Dans les enquêtes qui portent sur des institutions non scolaires, comment l’école pourrait-elle apparaître ? Peut-on en tirer des hypothèses sur la place et la portée, éventuellement spécifiques, que l’école occupe parmi l’ensemble des institutions, dispositifs et agents qui incarnent et matérialisent l’État et, surtout, y socialisent les gouverné.e.s ? 2. Comment peut-on analyser l’imbrication des socialisations familiales, scolaires, institutionnelles, professionnelles, résidentielles, politiques, etc. dans les rapports aux institutions publiques ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.