AàC – Journée de jeunes chercheur.e.s de l’Institut de géographie de Paris : “Compter, classer, catégoriser Approche, usage et critique de la hiérarchisation” (6 avr. 2019, Institut de Géographie, Paris)

L’utilisation et la formulation de catégories afin de penser le réel structurent largement l’activité de recherche en sciences sociales et en sciences de la nature. Implicitement ou explicitement, l’usage de ces catégories repose sur des hiérarchisations, qu’il s’agisse d’en produire pour ordonner les phénomènes étudiés ou de mettre en cause des processus de domination. L’objectif de cette journée est d’inciter les jeunes chercheur.e.s à explorer cette tension entre catégorisation et hiérarchisation. Il s’agit autant de questionner ce que ces procédés permettent de penser (organiser/différencier) que d’interroger leurs effets (domination/contestation) ou encore de proposer des alternatives. Cette année, la JIG vous propose de repenser, à partir de vos problématiques de recherche, des concepts structurants dont la portée varie du général au particulier. Nous invitons les jeunes chercheur.e.s en sciences humaines et sociales et en sciences de la nature (docteur.e.s, doctorant.e.s, étudiant.e.s de Master 2) à articuler, s’il.elle.s le souhaitent, leurs réflexions autour de trois grands axes.

AXE 1. Mobiliser et produire des hiérarchies Une première piste de réflexion concerne les hiérarchies produites et/ou présupposées dans la pratique scientifique. Il s’agit ici de questionner ce que permet de penser la hiérarchisation (continuité, discontinuité, gradient, intensité, rapport de pouvoir). D’un point de vue théorique, quels types d’entité et d’interaction présupposent les approches qui mobilisent différentes échelles ou niveaux pour penser l’organisation du monde (e.g. approches systémiques) ? Dans ce cadre, les théories sur l’organisation des territoires qui reposent sur des structures hiérarchisées pourront être discutées (Christaller, Lösch, Ecole de Chicago, approches régionales en géopolitique). D’un point de vue méthodologique et empirique, cet axe invite également à penser la hiérarchie de l’information, notamment en termes de collecte et de traitement des données, autrement dit leur sélection et leur gestion pour construire des « résultats » (outils statistiques, pondération ou mise en valeur de variable explicative). Au-delà de l’explicitation des procédures de classification ordonnée (pour quels objets, sur quels attributs), on pourra questionner les pré-catégorisations qui déterminent le choix de certains cas d’étude ou informateurs au détriment d’autres, et les implications de cette hiérarchisation des objets dans tout projet de recherche.

AXE 2. Mettre au jour et mesurer les effets des hiérarchies Un deuxième axe, plus thématique, propose d’interroger les interprétations théoriques et manifestations empiriques des hiérarchies, introduisant le questionnement du rapport hiérarchisation/domination. Les hiérarchies servent-elles systématiquement des objectifs de domination ? Quels impacts peuvent avoir les catégorisations scientifiques sur les individus, les groupes sociaux ou même les écosystèmes ? Pour cela, deux orientations sont proposées ; la première serait de discuter des hiérarchies comme manière de penser la domination ou la mise à l’écart (stratification sociale, hégémonie culturelle, réification/ conservation/ préservation/ inclusion du fait « naturel »). Une seconde orientation porterait sur les pratiques de quantification et la culture de la mesure dans le monde contemporain (la course à la publication dans le modèle productiviste de la science, pratique du scoring par des organismes privés ou publics, la classification des espèces et des espaces protégés) en interrogeant les effets de « scientifisation » des discours et des pratiques. Dans une perspective autocritique plus large, les communications pourront interroger l’insertion des discussions et catégorisations scientifiques dans le débat sociétal, notamment mettant au jour la tension entre catégorisation et hiérarchisation : par exemple, pour ce qui est de la géographie, la manière dont les dichotomies ville-campagne, centrepériphérie, naturel-culturel ou encore mondial/local, servent d’appui à des discours et mobilisations politiques.

AXE 3. Déconstruire et dépasser les hiérarchies Cet axe interroge la nécessité et les possibilités de dépasser ce cadre de pensée dans l’activité scientifique, en questionnant les approches qui rejettent l’idée de hiérarchie. Il s’agira de réfléchir aux alternatives possibles, avec notamment la question de l’horizontalité comme modèle ou utopie redéfinissant ou rejetant les rapports de pouvoir. Les approches radicales et militantes existantes pourront être mises en perspective (féminisme, anarchisme, municipalisme libertaire, etc.) ; tout comme le questionnement sur la place négociée du profane/citoyen dans les enjeux de sociétés (recherches participatives, forums hybrides, citizen science). Les personnes souhaitant discuter de la déconstruction des grandes dichotomies pourront proposer une réflexion à partir de leurs travaux ou expériences de recherche (apports et limites de la théorie de l’acteur-réseau, alternatives refusant l’opposition holisme/individualisme, etc.).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.