AàC – Enfances (dé)colonisées, “Revue d’histoire de l’enfance irrégulière”

  • Sélection des propositions : début juillet 2019.
  • Remise des articles (environ 45 000 signes) en octobre 2019, et un retour des évaluations en décembre 2019
  • Allers et retours auteurs, coordinateurs du numéro : printemps 2020.
  • Parution du n°22 de la RHEI : automne 2020.

Dans un ensemble complexe de questions politiques et sociales, démographiques et populationnistes, philosophiques et religieuses, les enjeux coloniaux et post-coloniaux de l’enfance irrégulière ont produit des biopolitiques spécifiques. Concept avancé à la fin des années 1970 par Michel Foucault, « attentif aux mécanismes spécifiques qui encadrent la vie des individus et des populations », la biopolitique – ou pouvoir sur la vie et les êtres humains – et la gouvernementalité en tant que conduite des conduites constituent des entrées opérantes. Les projets coloniaux, quelle que soit la puissance coloniale, ont attribué une forte importance sociopolitique à la prise en charge d’enfants et d’adolescents abandonnés à leur sort – ou perçus comme tels – pour des raisons très variables, notamment économiques ou racialistes, alors que les États nouvellement indépendants ont parfois vu dans l’enfance et la jeunesse un vivier pour construire un État nouveau et créer de nouvelles solidarités. S’appliquant à des individus vulnérables ou définis comme tels, l’expérience de la prise en charge a pu être ressentie par les enfants de manière passive et douloureuse, sans qu’il leur soit possible de résister aux injonctions en raison de la soumission attendue de la jeunesse, du renvoi à une identité racisée aliénante, de la construction de hiérarchies raciales, des assignations genrées… D’où l’intérêt de convoquer les notions d’empowerment/agency des jeunes en situation coloniale et post-coloniale et d’analyser leur rapport à l’autorité des institutions. La question de l’intime et la construction subjective des enfants eux-mêmes sont également des approches privilégiées. Leurs différents modes d’expression doivent être analysés afin de mieux comprendre comment ils ont vécu leur protection (ou l’absence de protection) en contexte colonial/postcolonial, et comment elle a contribué à construire leur identité sociale. Contre les engagements anticolonialistes de la jeunesse, les pouvoirs coloniaux ont déployé une action sociale autant qu’ils ont mobilisé leurs appareils coercitifs et répressifs. Les États nouvellement indépendants ont eu ensuite à leur charge de s’occuper des enfants et des jeunes vulnérables, contestataires ou « irréguliers », dans le cadre de nations et de projets politiques en construction, s’inscrivant dans la continuité du moment colonial ou réactivant des logiques plus anciennes de solidarité ou de mise à l’écart. La dimension genrée de la prise en charge est à interroger, selon les espaces et les époques, dans une perspective intersectionnelle, Les réalités complexes entrant dans les thématiques de ce numéro peuvent être étudiées à partir de sources très variées. Outre les archives publiques qui reflètent les différentes politiques menées, les sources écrites et orales d’associations ou d’autres organisations permettent de cerner les rôles d’acteurs non-étatiques. Les paroles, plus ou moins critiques, de celles et de ceux qui sont les premières personnes concernées par cette histoire – c’est-à-dire les enfants et les jeunes eux-mêmes – sont irremplaçables.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.