Soutenance – Farah Hany George Ramzy, “Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011”

Renégocier le politique sur le campus : Engagement étudiant en Egypte post-2011

La soutenance aura lieu le 16 octobre 2019 à 14h00 à l’Université Paris Nanterre,  200 Avenue de la République, 92000 Nanterre, Bâtiment Simone Veil, Salle des Actes (F.141) 

Le jury sera composé de :

  • Mounia BENNANI-CHRAÏBI, Professeure, Université de Lausanne (Co-directrice de la thèse)
  • Assia BOUTALEB, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Rapporteure)
  • Sophie DUCHESNE, Directrice de recherche au CNRS, Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux (Co-directrice de la thèse)
  • Dina EL-KHAWAGA, Professeure, American University of Beirut  (Rapporteure)
  • Olivier FILLIEULE, Professeur, Université de Lausanne (Président du jury)
  • Sandrine LEFRANC, Chargée de recherche au CNRS, Université Paris Nanterre  (Examinatrice) 

Résumé : cette thèse étudie les transformations des modes d’action politique des étudiants des universités Égyptiennes. L’enquête, qui mêle entretiens et observation parmi plusieurs groupes d’étudiants actifs entre 2011 et 2015, remet en perspective la conception historique de l’action politique étudiante dans ce pays. La mise en évidence de la multiplicité de formes, niveaux et enjeux des organisations et des mobilisations étudiantes permet de souligner les transformations sur le long terme et de les situer par rapport aux changements du système d’enseignement supérieur, et des reconfigurations plus larges du système politique. Cette thèse étudie comment être étudiant en Égypte produit des manières spécifiques de dire et de faire le politique. Elle démontre que l’articulation de la charge politique historiquement associée au statut étudiant, des réformes du système d’enseignement supérieur dans les années 1990s et des dynamiques de court terme générées par la révolution de 2011 et l’intervention militaire de 2013, offre aux acteurs un espace pour négocier les significations qu’ils attribuent à leurs engagements. Le politique se manifeste alors sous des formes et à des niveaux divers, et notamment dans les interstices entre ce que les acteurs disent et ce qu’ils font, et dans les dans luttes autour de l’étiquetage politique des activités.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.