Soutenance de thèse – Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires: un défi transnational? Marie-Elise Hunyadi

Nous vous annonçons la soutenance d’une thèse de doctorat en sciences de l’éducation intitulée: 
 
« Promouvoir l’accès des femmes aux études et aux titres universitaires: un défi transnational? 
L’engagement de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (1919-1970) »
 
Présentée et soutenue publiquement le vendredi 22 novembre 2019, à 13h30, 
à l’Université de Genève, Uni-Mail, salle 4193 (4e étage)
 
Devant un jury composé de :
 
Rita Hofstetter, Professeure des universités, Université de Genève, co-directrice
Rebecca Rogers, Professeure des universités, Université de Paris, co-directrice
Anne Barrère, Professeure des universités, Université de Paris
Jean-François Condette, Professeur des universités, Université d’Artois
Georges Felouzis, Professeur des universités, Université de Genève 
Daniel Laqua, Associate Professor, Université Northumbria, Newcastle
Catherine Marry, Directrice de recherche émérite, CNRS
Françoise Thébaud, Professeure émérite des universités, Université d’Avignon
 
Résumé
S’inscrivant dans la lignée des travaux portant sur les réseaux transnationaux de femmes, cette thèse interroge la manière dont la question de l’éducation supérieure des filles s’est faite une place sur la scène internationale, au travers des débats portés par les associations internationales féminines. Adoptant une perspective transnationale et croisant diverses échelles, cette étude archivistique se centre sur l’engagement d’une association en faveur de cette cause, celui de la Fédération internationale des femmes diplômées des Universités (FIFDU), de sa création en 1919 jusqu’à 1970. La première partie de la thèse décrit la position singulière de la FIFDU dans la constellation des associations internationales féminines. Elle questionne les fondements de l’organisation, qui oscillent entre pacifisme, féminisme, et internationalisme. À partir de l’étude des trajectoires des fondatrices et dirigeantes, ainsi que des discours de ces dernières, elle analyse les besoins d’une nouvelle génération de femmes diplômées. La seconde partie étudie les actions mises en place dans le cadre de la FIFDU pour atteindre les buts de promotion de l’internationalisation, des études et des carrières féminines, en particulier le programme de bourses internationales destiné à permettre à des chercheuses prometteuses de mener des recherches ou des études avancées durant plusieurs mois à l’étranger, ainsi que les modalités de l’accueil et de l’hébergement réservés aux boursières et aux diplômées en voyage. Elle interroge également l’utilisation faite par les associations nationales de l’orientation professionnelle, qu’elles perçoivent comme un levier de promotion des études universitaires féminines, et sur laquelle elles prennent appui particulièrement pour encourager la présence des femmes dans les carrières scientifiques. La troisième et dernière partie explore les ressorts de la collaboration entre la FIFDU et les grandes organisations internationales, qui permet une diffusion à double sens des idéaux et des actions des deux types d’organisation.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.