Appel à communications – Centenaire de l’École de préparation des professeurs de français à l’étranger (EPPFE): 1920- 2020

Colloque international organisé par le DILTEC-Sorbonne Nouvelle Paris 3, en association avec le STIH-Sorbonne Université, les Cours de Civilisation Française de la Sorbonne (CCFS), la Société Internationale d’Histoire du français langue étrangère et Seconde (SIHFLES)
 
Se pencher sur l’histoire de l’EPPFE à l’occasion de son centenaire revient à interroger les dynamiques globales de formation des enseignants de français langue étrangère afin de dessiner une géopolitique des institutions chargées de ces formations. Plus largement, ce colloque vise à mettre en lumière l’apport des travaux en histoire de la didactique des langues et des cultures et se situe dans la continuité d’autres manifestations scientifiques. En mai 2008, une première journée d’étude, intitulée « L’École de préparation des professeurs de français à l’étranger à l’UFR DFLE. Histoire d’une institution (1920-2008) », a eu lieu dans les murs mêmes où cette institution a été créée. Depuis 2017, le programme CLIODIL du DILTEC (Histoire et historicité en didactique des langues) explore la dimension historique de et dans la didactique des langues. Ce programme, dont le colloque fait entièrement partie, entend contribuer à une refonte de l’histoire de cette discipline selon une approche globale et connectée (Appadurai 2001, Bertrand 2011, Subrahmanyam 2007 et 2014), qui prend en charge le continuum des échelles d’étude et la notion de régime d’historicité (Hartog 2003), tout en faisant une large place à l’anthropologie historique (Wachtel 2014) et à la démarche indiciaire (Ginburg, 2010).
 
Dans cette perspective, le DILTEC ouvre largement cet appel aux chercheurs qui ont contribué, mais également à ceux qui ont hérité de cette histoire, afin de comprendre les dynamiques de continuité et discontinuité impactant la formation des enseignants de 1920 à 2020. Ce colloque sera également l’occasion pour le Diltec de présenter de manière inédite et dynamique les archives existantes sur l’école conservées sur place.

Les communications pourront s’inscrire dans quatre axes visant l’histoire de l’école elle-même ou mettant en dialogue l’histoire de l’EPPFE avec les histoires de la constitution du champ de la didactique des langues et des cultures, et notamment avec d’autres écoles du même type.
 
Vous trouverez l’appel à communication complet en suivant ce lien : https://cent-eppfe.sciencesconf.org/

La date limite de soumission de cet appel à communication a été repoussée au 25 février 2020 .

Une réponse sur “Appel à communications – Centenaire de l’École de préparation des professeurs de français à l’étranger (EPPFE): 1920- 2020”

  1. Monsieur Fouché à Paris
    ou
    L’accent méridional de l’ ESPPPFE

    Dans un article intitulé « Le couple Fouché-Mercier ou l’art de la maïeutique », Pierre et Monique Léon, éminents phonéticiens de l’université de Toronto, retraçant leur formation au sein de l’ ESPPPFE, écrivaient à propos du philologue Pierre Fouché, professeur et directeur de l’institution :
    « En nous ouvrant les portes de son savoir phonétique, il attirait en même temps notre attention sur la réalité du français parlé, éveillant notre esprit critique, peut-être plus encore quand ses exemples à couleur méridionale démentaient la règle énoncée. »
    Ce témoignage qui fait suite à l’évocation d’une scène pagnolesque digne des « moutonsse » de Topaze, mérite d’être examiné autrement que comme une anecdote de plus sur le personnage à la fois fascinant, truculent et parfois inquiétant de Pierre Fouché, celui que ses élèves et disciples appelaient avec vénération « le maître ».
    La communication se propose de montrer en quoi le parcours du jeune diplômé d’Études Méridionales (1916), auteur d’une thèse de doctorat sur le catalan dialectal du Roussillon (1924) préparée sous la direction du grand occitaniste Joseph Anglade, l’a naturellement conduit à la romanistique et à l’étude de la langue française. On ne saurait en effet expliquer sans ses travaux liminaires sur le catalan, le grand œuvre de celui qui occupa de 1931 à 1963 la chaire de phonétique à la Sorbonne et dirigea l’institut de Phonétique de l’Université de Paris. Les deux tomes de la Phonétique du roussillonnais et de la Morphologie du roussillonnais, ainsi que le copieux article sur La diphtongaison en catalan constituent la matrice du monument à venir. Toujours cités par les linguistes comme des « ouvrages de référence », la Phonétique historique du français (1952) en trois volumes et la Morphologie historique du français (1931-1967), consacrée au verbe, constituent parmi d’autres ouvrages et articles de grande valeur, la suite logique des travaux de Pierre Fouché catalaniste. Paradoxalement enfin, certains développements de son volumineux Traité de prononciation française (1956), bible de la bien oubliée discipline orthoépique, ne sauraient s’expliquer sans ce goût acquis dès les années de formation pour l’approche comparée des systèmes linguistiques et l’enquête de terrain.
    De nombreux documents, photographies et même films, collectés essentiellement auprès de la famille de Pierre Fouché, permettront d’illustrer cet itinéraire depuis le village d’Ille-sur-Têt, en Roussillon, jusqu’à la Sorbonne. Des enregistrements radiophoniques de l’émission animée de 1951 à 1954 par Pierre Fouché et Jean Tardieu, Monsieur Jourdain chez les Speakers, sont également disponibles. J’ajoute qu’étant originaire du même village que le prestigieux professeur, j’ai recueilli sur « l’homme » de nombreux témoignages.

    Michel Adroher
    MCF Langue et Litttérature médiévales
    Université de Perpignan – Via Domitia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.