Thèse en cours: Vers l’autonomie des universités en France

Arnaud Desvignes travaille à une thèse, sous la direction de Jean-Noël Luc (université Paris IV) et Emmanuelle Picard (ENS de Lyon), sur le thème: « Vers l’autonomie des universités en France. Les acteurs universitaires, politiques et syndicaux face à la réforme (1968-1984)« .

Présentation:

Ce projet a pour ambition de réfléchir aux conditions de la mise en place progressive de l’autonomie des universités françaises. Or, la période qui s’étend de 1968 à 1984 apparaît, de ce point de vue, comme un terrain de réflexion privilégié. En effet, les lois Faure et Savary peuvent être considérées comme les premiers pas devant mener à une autonomie concrète des universités.Les historiens ont bien montré que, malgré les réformes républicaines de la fin du XIXe siècle, l’enseignement supérieur français était resté jusqu’en 1968 tributaire de la « tyrannie des Facultés » instituée par Napoléon en 1808, amis aussi d’un ensemble de structures de gestion centralisées. Une description des modes de fonctionnement de l’enseignement français avant le mois de mai 1968 mettra ainsi en valeur les pesanteurs qui ont pu faire naître la volonté du changement. Or, une réforme est le plus souvent le résultat d’un compromis dont l’historien peut tenter de retracer les origines. Dans le cas français, cette négociation implique un certain nombre d’acteurs, dont le principal est l’État, et auquel s’affrontent les corps universitaires, représentés en particulier au travers de leurs syndicats, mais aussi d’associations professionnelles.

Les sources autorisant la conduite d’une telle analyse sont nombreuses et variées : elles proviennent des hommes politiques de l’époque ou de leurs collaborateurs, des universitaires ou encore des syndicats d’enseignants (transcriptions des débats tenus à l’Assemblée nationale ou au Sénat, rapports provenant des cabinets ministériels, des instances universitaires ou des organisations syndicales, témoignages oraux a posteriori etc…). Leur confrontation doit permettre de mettre en évidence les représentations de l’enseignement supérieur en œuvre chez les différents acteurs et d’évaluer leur rôle, en fonction de leur position, dans le cadre du processus d’élaboration de la réforme.

Ce travail vise en particulier à interroger les modes de négociations spécifiques à la situation française, qui se caractérisent par une forte centralisation du processus de négociation et de décision ; mais aussi à faire émerger une vision plus claire des différentes représentations dont le système universitaire français fait l’objet dans les groupes impliqués dans son devenir.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *