Parution – Côme Simien, “Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ?”, n° 18, Cahiers d’histoire de la Révolution française, 2020.

Le présent article se propose d’interroger plusieurs hypothèses formulées par Michel Vovelle à l’égard de l’accès des humbles à la culture écrite et du rôle du maître d’école comme « intermédiaire culturel » au xviiie siècle. Les enseignants du monde rural français assurèrent-ils la descente dans le corps social d’une culture voulue par les élites pour le peuple ? Comment expliquer la diffusion accélérée des écoles dans le monde rural à partir de la seconde moitié du xviiie siècle ? Serait-ce le fruit de la diffusion des idées des Lumières au village ? Comment comprendre l’absence de corrélation entre taux d’alphabétisation et couverture du territoire en écoles ? L’état actuel des connaissances nous permet de proposer quelques réponses à ces questions : la place singulière acquise par l’école au sein des communautés villageoises explique bien plus que l’influence des Lumières le nombre accru d’écoles au xviiie siècle ; elle limitait de fait aussi la capacité des maîtres à jouer un rôle de médiateur des idées nouvelles au village.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search