Ressource – Le fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’Université de Limoges

Photo : Sandrine Chaumeton, SCD de l’Université de Limoges.

Présentation du fonds

Bien que l’Université de Limoges n’ait été fondée qu’en 1968, son Service commun de la documentation conserve et présente à ses publics des fonds plus anciens. Parmi eux, le fonds d’histoire de l’éducation, conservé dans les bibliothèques de l’INSPÉ de l’académie de Limoges à Limoges et Tulle, sera regroupé à Limoges et rendu accessible dans le courant de l’année 2021. Il compte environ 20 000 documents, majoritairement issus des bibliothèques des anciennes écoles normales d’instituteurs et d’institutrices de l’académie de Limoges (Limoges pour le département de la Haute-Vienne, Guéret pour la Creuse, Tulle pour la Corrèze), auxquels s’est ajoutée la collection réalisée par l’association locale « sauvegarde du patrimoine scolaire », et quelques dons des anciennes bibliothèques des CDDP du Limousin ou de particuliers. Il s’agit globalement de :

  • manuels scolaires publiés depuis la première moitié du 19e siècle,
  • textes officiels,
  • revues et ouvrages relatifs à la pédagogie et à la didactique des disciplines,
  • petits matériels pédagogiques autrefois utilisés dans les écoles.

Dans ce fonds, une collection attire l’attention du fait de sa spécificité : plus de 400 cahiers d’élèves et d’enseignant·e·s datant d’une période comprise entre la Troisième République et le début des années 1980.

Cette collection de pièces uniques constitue une trace de l’évolution des pratiques pédagogiques de terrain de première main, dans des disciplines extrêmement variées, de l’écriture et de la lecture aux sciences, au dessin, à la morale et à la gymnastique. Ces cahiers donnent à voir la vie de la classe. Ils permettent aux lecteur·rice·s d’aujourd’hui d’entrevoir la pédagogie et l’organisation d’une journée de classe, les leçons et exercices proposés, les évaluations…

L’intérêt scientifique et l’originalité de la collection ont amené le SCD à engager une collaboration avec l’Inspé de l’académie de Limoges pour l’inventorier et la cataloguer. Cette collaboration a été prolongée par le projet de coopération internationale CAPES–COFECUB Sh 807-14 « L’enseignement des mathématiques à l’école primaire, XIXe-XXe siècles : études comparatives, Brésil-France » qui a permis la numérisation de la quasi-totalité de la collection.

Une grande partie des cahiers est désormais numérisée et visible sur le site :

http://www.unilim.fr/histoire-education/.

Il convient par conséquent de dresser un bref historique de ce chantier de numérisation et de montrer par quels moyens le SCD valorise cette collection unique en son genre avec l’aide de la DSI de l’université de Limoges.

Pourquoi numériser ces cahiers ?

L’importance patrimoniale de la collection de cahiers d’élèves et d’enseignant·e·s conservée par le SCD de l’université de Limoges est apparue à l’ensemble des acteur·rice·s : à Sandrine Chaumeton, bibliothécaire du SCD lors de l’exploration des fonds dont la conservation lui était désormais dévolue, comme à l’équipe d’enseignant·e·s-chercheur·e·s engagé·e·s dans la sauvegarde et la valorisation de ce patrimoine[1]. Cet intérêt a été politiquement confirmé suite à la rencontre en 2015 entre Marc Moyon, enseignant-chercheur en histoire des mathématiques, aujourd’hui directeur de l’Inspé de l’académie de Limoges, et Catherine Gandois, directrice du SCD. Ce projet a également été rendu possible grâce à l’implication de Philippe Paret, alors responsable de l’informatique documentaire.

Une opportunité s’est enfin présentée grâce à la coopération de Marc Moyon et Valérie Legros avec le Brésil : Marc Moyon a co-encadré des doctorant·e·s brésilien·ne·s de l’Université Fédérale de São Paulo, Marcus Aldenisson Oliveira, Viviane Barros Maciel, Nara Vilma Pinheiro Lima, qui faisaient une année de césure en France, et Valérie Legros a co-encadré Claudia Frizzarini de la même université.

C’est le deuxième projet de numérisation entrepris au SCD[2]. La numérisation des cahiers obéissait à une double démarche :

  • Une démarche de corpus : l’objectif était de proposer des reproductions à des fins de conservation et faciliter l’accès aux documents patrimoniaux ; faire connaître des documents non-communicables en raison de leur état matériel ; permettre leur accès à distance, en France comme à l’international, au Brésil notamment, où le groupe de recherche brésilien GHEMAT menait une entreprise comparable sur toutes sortes de documentation scolaire[3] ; procéder au préalable à l’inventaire et au traitement des collections.
  • Une démarche de recherche et d’exploitation scientifique, afin de valoriser scientifiquement et techniquement les corpus. Pouvoir indexer les documents et faire des recherches transversales (par exemple sur l’évolution de l’enseignement des mathématiques et le rôle des problèmes, de l’histoire, ou des sciences naturelles…). L’objectif était de faciliter des recherches concernant une discipline et de classer les cahiers par types (cahiers du jour, cahiers de devoirs, cahiers de contrôles, cahiers de préparation de cours du côté des enseignants).

Plusieurs questions se sont posées au début de cette entreprise. La première concernait la provenance et la propriété de ces cahiers : on ne savait pas comment ils étaient arrivés dans les locaux de l’IUFM destinés à devenir un musée pédagogique (projet non abouti des années 1990-2000). D’après l’inventaire préalable, ils semblaient provenir de plusieurs origines : dons individuels, comme le suggérait la présence de plusieurs cahiers d’un·e même élève, au fil de plusieurs années scolaires ; dons d’écoles ou de communes, comme le laissait penser la présence de cahiers de plusieurs élèves scolarisés la même année dans une même classe. Certains attestaient d’un ancrage local, une minorité provenant d’autres régions. Une part non négligeable était difficile à identifier, faute de nom, mention de niveau ou de date. La majorité avait été collectée par l’association de sauvegarde du patrimoine scolaire, aujourd’hui disparue. Un témoignage individuel apporta l’information-clé : l’association, qui fut présidée par la directrice-adjointe de l’IUFM de Limoges, aujourd’hui retraitée, avait officiellement cédé ses collections à l’IUFM lors d’un conseil d’école. Ceci permit d’attester que l’université était propriétaire des fonds, par suite de l’intégration à l’université de l’IUFM.

La deuxième question cruciale pour diffuser ces cahiers manuscrits concernait les données à caractère personnel qu’ils comportaient, et l’impossibilité pratique d’obtenir l’autorisation de leurs auteur·e·s. Il a donc été décidé de publier ces documents de manière anonyme (en occultant systématiquement les noms des élèves, des enseignant·e·s, les signatures des parents…), choix conforté ultérieurement par le RGPD.

Numériser les cahiers : un projet de longue haleine

L’originalité du fonds constituait le principal atout du projet de numérisation. La question des droits d’auteurs patrimoniaux ne se posait pas non plus. Cependant, l’emplacement des documents (à l’origine dans un placard d’un site excentré) et les problématiques de leur signalement préalable ont constitué un défi à relever pour les membres du projet de numérisation : il aurait été idéal d’attribuer des numéros d’inventaire aux cahiers en amont. Or cette numérotation ne s’est faite qu’a posteriori, après validation des moyens techniques d’estampillage. Le projet a également dû composer avec la limitation des moyens financiers, techniques et humains qui lui étaient dédiés : la numérisation s’est faite en pointillés et a reposé quasiment exclusivement sur les doctorant·e·s brésiliens en France.

Il a fallu tout d‘abord établir des critères de choix concernant les documents à numériser ou non, et établir des ordres de priorité. Le tri s’est d’abord fait entre cahiers d’enseignant·e·s et d’élèves, puis par niveau de classes et par ordre chronologique. Ensuite, des tests de numérisation ont été effectués. Pour traiter l’ensemble des cahiers, il fallait pouvoir numériser les documents les plus complexes : qui peut le plus peut le moins ! On a donc commencé par des cahiers présentant un niveau de complexité au-dessus de la moyenne : cahiers collectifs restituant des séances audiovisuelles, avec de nombreuses illustrations en couleurs, cahiers de « maths modernes » incluant le collage de polycopiés pliés, dépassant largement les dimensions du cahier… Après validation des modalités techniques, le reste de la numérisation a suivi par niveau de classe.

Les documents ont été numérisés en interne, à l’Inspé, sur les scanners de bureau. Les doctorant·e·s brésilien·ne·s participant au projet venaient régulièrement prendre un lot de cahiers à la bibliothèque de l’Inspé pour les préparer à la numérisation. Celle-ci se faisait dans un bureau dédié à la recherche, page par page, en commençant par les couvertures et sur-couvertures. La numérisation de chaque document allait jusqu’à la première page vierge suivant la dernière page écrite. On s’abstenait de numériser les pages vierges finales en en indiquant le nombre, avant de numériser les troisième et quatrième de couverture. Les images étaient ensuite redimensionnées par les doctorant·e·s, parce que les fichiers obtenus n’étaient pas du A4 standard. Les doctorant·e·s se chargeaient de contrôler la qualité, notamment de la netteté et de la restitution des couleurs. Les fichiers de numérisation ont été directement stockés sur un serveur de la DSI de l’université de Limoges.

Après la numérisation, les documents revenus à la bibliothèque ont été pourvus d’une étiquette d’inventaire, puis rangés dans des boîtes d’archives. Dans une deuxième phase, des personnels du SCD ont examiné chaque image pour détecter les informations nominatives et les anonymiser, par floutage et apposition d’un identifiant du type « élèveX » ou « enseignantY ». Le principe de l’anonymisation était le suivant : tout en garantissant le respect de la vie privée, les chercheur·e·s doivent pouvoir reconstituer les liens entre les cahiers, par exemple pour observer l’évolution d’un·e élève donné·e. Un tableau de correspondance a été établi pour attribuer un identifiant « neutre » aux enseignant·e·s et élèves dont le nom figurait dans les cahiers. Enfin, les fichiers (image de chaque page) ont été concaténés par Laurent Léger, informaticien de la DSI, afin d’obtenir des documents consultables en ligne, grâce au logiciel de bibliothèque numérique Omeka.

La mise en ligne : les cahiers au défi de la valorisation

Le choix d’Omeka s’est rapidement imposé : outil libre, permettant de signaler les documents numérisés, de localiser cartographiquement leur provenance et de réaliser des expositions virtuelles de qualité, il était déjà utilisé à Limoges pour mettre en ligne les collections patrimoniales de la Bibliothèque francophone multimédia (Bfm). La bibliothèque de l’IUFM de l’académie d’Arras de l’époque avait mis en ligne des affiches pédagogiques avec cet outil. Laurent Léger s’est organisé avec ses collègues pour mettre en place des espaces de stockage, afin que les doctorant·e·s puissent déposer les fichiers numérisés au fil de l’eau, page après page, sous des noms normalisés, ce qui facilitait le travail de la DSI pour reconstituer les cahiers ainsi numérisés.

On a attendu de disposer d’un premier lot significatif, à savoir une centaine de cahiers numérisés et anonymisés, pour en ouvrir l’accès sur internet. Cela fut fait à l’été 2017, peu avant les soutenances de thèse des deux principaux·ales doctorant·e·s ayant inauguré le processus, auxquelles Marc Moyon a assisté, à São Paulo : belle manière de valoriser le fruit de leurs efforts, que de le rendre visible à tout internaute, y compris depuis le Brésil !

La création de cette bibliothèque numérique a été annoncée au sein de l’ESPÉ de l’académie de Limoges. Au Brésil, le réseau interuniversitaire de ressources numérisées coordonné par l’université de Santa Catarina a signalé le fonds. Lors du colloque organisé à l’ESPÉ de l’académie de Limoges, Marc Moyon a fait la présentation de ces nouveaux fonds numérisés[4].

Mis en ligne, les cahiers d’enseignant·e·s et d’élèves du fonds d’histoire de l’éducation du SCD de l’université de Limoges constituent une source de première importance pour les chercheur·e·s en histoire de l’éducation. Cette collection peut être exploitée par les étudiant·e·s des Inspé, notamment dans le cadre du module d’initiation à la recherche de leur Master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation).

La progression de ce chantier de numérisation est liée aux activités des enseignant·e·s-chercheur·e·s de l’Inspé, comme à celle des agents du SCD qui assurent de nouveau les opérations de numérisation. Il reste à traiter des cahiers, notamment des cahiers hors-format, des classeurs, des herbiers, des préparations de cours d’élèves normaliens. Ce chantier de numérisation n’est donc pas terminé, et de belles pages de la valorisation de ce fonds restent à écrire.


[1] Un premier projet de recherche a été développé au sein du PRES Limousin-Poitou-Charentes autour des manuels scolaires. Une publication internationale en a résulté sous la forme d’un numéro spécial de History of Education and Children’s Literature [2014, IX, Bianchini, Paolo & Moyon, Marc  (éds.)] avec une première collaboration européenne.

[2] Le premier projet étant celui des herbiers : https://www.unilim.fr/scd/fonds-specifiques/herbiers/

[3] Voir le « répertoire numérique » visant à centraliser les sources numérisées de divers états brésiliens participant au projet : https ://repositorio.ufsc.br. Ce répertoire est décrit dans David Costa, « Le Repositório Institucional ‘História da Educação Matemática’ de l’Université Fédérale de Santa Catarina » in Renaud d’Enfert, Marc Moyon, Wagner R. Valente  (éds.) Les mathématiques à l’école élémentaire (1880-1970) : études France-Brésil, , Limoges : PULIM, 2017, p. 227-231.

[4] Marc Moyon. Histoire d’une collection de cahiers scolaires : un fonds patrimonial numérique. Séminaire de clôture CAPES-COFECUB 807-14, CURAPP-ESS, Université de Picardie Jules Verne; Université de São Paulo,  GHEMAT; Université de Limoges; ESPE de Limoges, Nov 2017, France. ⟨hal-0291 926⟩ : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02919926v1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.