Colloque – « Regards croisés sur les colonies de vacances », 4-5 nov. 2020,Université d’Angers

Ce colloque propose de croiser les regards que diverses disciplines des sciences humaines et sociales portent sur les colonies de vacances et d’échanger entre chercheurs et socioprofessionnels.

Les colos : toujours d’actualité ?

Fait historique, social et spatial, la colonie de vacances apparait comme un prisme opérant pour lire à la fois les évolutions et l’actualité de la dialectique individu/collectif et de la mise en relation du temps et des espaces, à différentes échelles. Les années 2010 ont vu revenir sur le devant de la scène les colonies de vacances, plus d’un siècle après leur apparition et cet été 2020 apporte un éclairage supplémentaire à travers entre-autre les « colonies de
vacances apprenantes ». Pourtant, le départ en colonies a drastiquement diminué. On estime qu’à 18 ans, moins d’un jeune sur deux a eu la possibilité d’expérimenter le départ en séjour collectif sans ses parents. Alors « que reste-t-il de la mixité sociale des colonies de vacances ? » pour reprendre le titre d’un article du Monde en août 2017. Faut-il faire le deuil d’un modèle qui correspondrait à un moment historique dépassé aujourd’hui ? Les colonies de vacances ont pu jouer à certaines périodes un rôle d’inclusion. Sont-elles alors appelées à devenir une extension des politiques publiques d’inclusion ?

Les colos : quels modèles d’organisation ?

Un paradoxe est régulièrement mis en avant : affichées comme essentielles dans la construction subjective des enfants, leur sociabilité et leurs relations aux autres, les colonies de vacances ne cesseraient de perdre de leur popularité auprès des parents. Outre les inquiétudes de plus en plus prégnantes face aux risques et l’évolution de la morphologie des familles, les coûts des séjours sont avancés pour expliquer cette désaffection. Mais le secteur n’est pas homogène, historiquement plusieurs types d’acteurs ont organisé des colonies de vacances : des collectivités, des associations, des
comités d’entreprises (aujourd’hui comités sociaux et économiques), des entreprises qui se spécialisent sur le secteur. Toutes coexistent aujourd’hui en connaissant des bonheurs divers. Au-delà de la simple opposition secteur social / secteur lucratif, quels modèles économiques et managériaux ces différentes organisations mettent elles en place ? Avec quelles conséquences sur le jeune public accueilli et sur les propositions faites ? Quelle place aujourd’hui pour les acteurs historiques du secteur, bousculés par l’arrivée de nouveaux venus ?

Les colos : quelles inscriptions spatiales ?

Le patrimoine des colonies de vacances a fondu comme peau de chagrin. Au-delà de la problématique du coût de ce patrimoine, celuici peut-il constituer une ressource pour le territoire ? Qu’elles soient tributaires d’un parc immobilier qu’elles doivent faire vivre ou
qu’elles puissent proposer des séjours partout dans le monde, quel modèle d’organisation spatiale développent les colonies de vacances aujourd’hui ? Alors que les durées de séjour diminuent et que les aides publiques sont de plus en plus orientées vers des séjours de
proximité, comment a évolué la carte des colonies de vacances ? Quels types de distances peut-on lire entre les espaces de vie des enfants et des jeunes et les lieux de séjours ?

Autant de questions qui seront abordées lors des interventions, des discussions et de la table ronde que proposera ce colloque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.