AàC – Discipline et liberté du corps dans l’histoire de l’éducation

Le corps humain a fait l’objet de nombreuses analyses historiographiques – pensez aux travaux de Georges Vigarello qui, dans le sillage de M. Foucault, a analysé les notions de propreté, de beauté, de sexualité, d’habillement, de gymnastique et de contrôle médical. Dans les années 80 et 90, le «corporeal turn» a mis l’accent sur la dimension culturelle, idéologiquement conditionnée et pas seulement biologiquement déterminée du corps. Les concepts de «race» et de «genre», par exemple, ont été soumis à une analyse historique qui a même changé leur cohérence. Le «material turn» a alors déplacé l’attention vers le corps physique et les espaces et les «disability studies» ont étudié la non-normalité dans l’histoire. Dans ce panorama, l’histoire de l’éducation a consacré un intérêt croissant au sujet de l’éducation corporelle – rappelez-vous l’ISCHE 2016 à Chicago consacrée à
l’Éducation et le corps.

Cet appel vise à promouvoir des analyses historico-pédagogiques nationales et internationales concernant les différents agents éducatifs (famille, Église, école, État, etc.) pour rechercher comment et pourquoi le corps (des enfants, des femmes, des adultes) a été un objet de soins éducatifs et de théorie pédagogique. Cependant, non seulement il y a une dimension disciplinante du corps, mais il y a aussi des mouvements et des acteurs historiques qui ont privilégié les pédagogies de la libération du corps, comme Lebensreform. Le corps et l’esprit ont toujours été mis en corrélation: éduquer et discipliner le corps, ou lui accorder la liberté, c’est en même temps éduquer la personnalité, la discipliner ou lui laisser la liberté d’expression. Le numéro entend accueillir des articles en italien et en langues européennes (anglais, français, allemand et espagnol) sur l’histoire de l’éducation du corps qui sont menés de manière critique et qui s’inscrivent dans l’historiographie la plus récente sur le sujet.

Les contributions, sous forme d’essais, d’un minimum de 20,000 caractères et d’un maximum de 60,000 caractères, doivent parvenir à la rédaction du magazine nsricerca [at] edizionistudium.it) avant le 15 octobre 2021.

Ils seront évalués selon un processus d’examen peer reviewing en mode double blind.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.