Parution – “L’histoire à l’école en Europe de l’Est”, revue Passés Futurs, 2021

À quoi sert l’enseignement de l’histoire ? Telle est la question générale, paraphrasant le titre d’un ouvrage récent, que pose indirectement ce dossier. Et qu’en est-il dans les États d’Europe centrale et orientale, à l’évolution politique si complexe depuis quarante ans ? Plutôt que d’aborder ces questions de front, au risque d’apporter des réponses convenues, ce dossier propose quelques voies de contournement pour mieux poser le problème.

Comment s’élaborent les politiques pédagogiques ? Qui en sont les différents acteurs ? Quelles tensions peut-on repérer entre des injonctions politiques venues d’en haut (État), voire de plus haut encore (Union) ou de plus loin (intellectuels médiatiques, partis politiques, etc.), et les personnes chargées de la rédaction des programmes et des manuels ou celles qui animent les classes, organisent les musées et dialoguent avec les élèves ?

En retraçant les généalogies nécessaires, les éléments de réponse apportées ici sont l’occasion de reconsidérer de manière très concrète les idées, si mal en point, d’une possible harmonisation des politiques de mémoire au sein de l’Union européenne ou d’une transition démocratique libérale réussie pour des pays encore marqués par les conflits et les tyrannies du XXe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.