Parution – Yaëlle Amsellem-Mainguy, “Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural”, Presses de Sciences Po, 2021

On entend rarement celles à qui ce livre donne la parole.

Collégiennes, lycéennes ou jeunes actives, issues de milieux populaires, elles ont grandi et vivent dans la frange rurale de l’Hexagone. Celles qui travaillent ont le plus souvent un emploi au bas de l’échelle, quand bien même leur formation leur permettrait de prétendre à « mieux ».

Lors d’une enquête menée dans les Deux-Sèvres, les Ardennes, la presqu’île de Crozon et le massif de la Chartreuse, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de cette partie de la jeunesse a priori « sans problème » et pourtant largement concernée par les grandes évolutions économiques, sociales et politiques du pays. Les « filles du coin » lui ont raconté leur vie quotidienne, leurs relations familiales, leurs amours, les amitiés qui se font et se défont. Elles lui ont confié le poids de la réputation et de la respectabilité, la nécessité d’avoir du réseau et de savoir s’adapter face à l’éloignement des grandes villes et à la disparition des services de proximité. Elles lui ont décrit leur parcours scolaire, leurs rêves et leurs aspirations, et la question qui se pose à elles dès l’adolescence : partir ou rester ?

Yaëlle Amsellem-Mainguy est sociologue, chargée de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), associée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS) et chercheuse associée à l’Institut national d’études démographiques (INED). Cet ouvrage est le prolongement d’une recherche réalisée et financée par l’INJEP.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search