A paraître – Danielle Quéruel, “La guerre, le livre et l’enfant”, Éditions et Presses universitaires de Reims, 2021

https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659840

Enfants du front ou de l’arrière, les jeunes ont été témoins et acteurs de la Grande Guerre. L’abondante littérature qui leur était destinée (cahiers d’écoliers, correspondance, cartes postales, livres d’or des morts, carnets de guerre, affiches, manuels scolaires, romans, albums, périodiques) permet de faire revivre, cent ans plus tard, cette période troublée. La Première Guerre mondiale intervient à l’issue d’un long XIXe siècle qui a modifié la place de l’enfant dans la société française. Plus rare, l’enfant devient le centre et le capital affectif et social d’une famille de plus en plus nucléaire. Sa scolarisation tend à devenir primordiale. La République y pourvoit et l’école permet à la fois d’inventer la petite enfance et de repousser la limite de l’entrée dans le monde du travail. Cependant, loin d’être préservés du conflit par les adultes, les enfants deviennent « un enjeu caché de la guerre, » pour reprendre Stéphane Audoin-Rouzeau. Cette époque est également marquée par l’avènement, à partir de la décennie 1860, d’une première culture de masse, fondée sur une culture de l’imprimé. Conjuguée à l’intérêt nouveau porté à l’enfant, la diffusion massive du support imprimé encourage l’éclosion d’une littérature de jeunesse qui sera mobilisée dans une guerre qu’un certain nombre d’historiens décrivent comme « totale ». 14-18 est donc le moment par excellence où le livre peut servir de passeur entre un événement factuel dans sa brutalité, « la guerre », et une catégorie culturelle en pleine mutation, « l’enfance ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.