Soutenance d’HDR – “Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989)”, Julien Cahon, UPJV

Julien Cahon soutiendra son habilitation à diriger les recherches, intitulée :

“Saisir l’école par ses acteurs. Une approche socio-historique des politiques éducatives, entre local et national (1914-1989)”. 

le samedi 18 septembre à 9h, à Amiens (pôle Cathédrale de l’UPJV), amphithéâtre Beccaria, devant un jury composé de :

  • Me. Noëlline Castagnez, professeur des universités, Université d’Orléans
  • M. Jean-François Condette, professeur des universités, Université de Lille (rapporteur)
  • M. Bruno Garnier, professeur des universités, Università di Corsica Pasquale Paoli (rapporteur)
  • Me. Rita Hofstetter, professeur ordinaire, Université de Genève
  • M. Alain Maillard, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne
  • M. Bruno Poucet, professeur des universités, Université de Picardie Jules Verne (garant et rapporteur)
  • M. André D. Robert, professeur des universités émérite, Université Lumière Lyon 2 (président du jury)

Résumé :

Il existe de multiples manières de saisir l’école française : les institutions, les structures, les lois et textes normatifs, les réformes, la pédagogie, les idées, les structures, les lieux, les espaces. On peut aussi s’interroger sur son évolution, ses finalités, ses limites, ou ses relations avec la société et l’État. La note de synthèse de cette HDR a fait le choix d’une coupe transversale de ces questions et d’une approche socio-historique. Pour cela, elle s’inscrit dans le mouvement de fond qu’il est convenu d’appeler le « retour de l’acteur », sensible dans les sciences sociales depuis la fin des années 1980. La période envisagée embrasse un court XXe siècle, inauguré par la Grande Guerre, qui bouscule les certitudes du modèle scolaire républicain. L’année 1989, qui vient clore l’analyse, est un événement nœud : elle est à la fois un marqueur des nouveaux débats sur la laïcité scolaire et de la modernisation du système éducatif français formalisée par la loi Jospin. À l’intérieur ou aux marges de l’école, les pratiques individuelles et collectives sont envisagées du point de vue des enseignants et des élèves, des organisations politiques et syndicales, et des administrations centrales et locales. La priorité est donnée aux acteurs de l’enseignement primaire et secondaire public laïque, qui constitue le cœur de la scolarité obligatoire. Cette démarche permet de saisir de manière évolutive et dynamique l’autonomie relative des acteurs et leurs interactions, en s’attachant à comprendre le fonctionnement des institutions ou des groupes qu’ils forment, tant au niveau national qu’aux échelons locaux, pensés de façon articulée. Dans ce cadre, sont ainsi appréhendées les transformations d’une école de masse (démocratisation, rénovation pédagogique, constructions scolaires) et les politiques nationales et locales qui s’y rapportent. Elles sont entendues ici comme des réponses à des problèmes éducatifs de longue durée, une fabrique résultant de pratiques et de manières d’appréhender des situations, entre capacités d’agir et contraintes, sur fond de crise (militaire ou sociale) ou dans un contexte propice au changement. Elles peuvent susciter adhésion, refus ou arrangements, voire des débats passionnés (laïcité, rythmes scolaires).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.