Appel à articles de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI)

La RHEI a par le passé déjà offert son espace à l’histoire de l’agrégation progressive d’intervenant.es au chevet de l’« enfant difficile », que ce dernier relève de l’Assistance publique, de la justice ou d’établissements et de consultations médicopédagogiques et d’observation (n°11/2009). Elle a également entrepris de recenser et de décrire la « ronde » de celles et ceux qui, du XIXème au XXème siècle, font métiers d’instruire l’enfant, de l’éduquer, de le juger, de le soigner, de l’observer, de le comprendre… (n°12/2010). On en savait ainsi plus sur les assistantes de justice, les avocat.es et la police des mineur.es, par exemple.

La RHEI souhaite par ce nouveau numéro éclairer explicitement et spécifiquement le versant féminin du personnel qui, deux siècles durant, a entouré, surveillé, observé, (ré)éduqué, soigné, nourri… l’enfance irrégulière. Ce faisant, elle se place dans le sillage de revues qui ont récemment questionné le rôle des femmes et des enjeux de genre dans divers domaines professionnels : l’éducation (Spirale. Revue de recherches en éducation[1]), les tâches liées au soin d’autrui (Clio. Femmes, genre, histoire, n°49/201[2]) ou le champ scientifique et universitaire (Revue d’histoire des sciences humaines, n°35/2019[3]).

Intitulé Face à face avec l’enfance irrégulière : portraits de femmes (XIXème-XXèmesiècle), le 25ème volume de la RHEI vise à réunir des portraits de femmes, connues ou non, qui ont œuvré dans les différents champs du soin, de l’aide, de l’éducation, de la rééducation voire de la correction de l’enfance irrégulière. Il s’agit de reconstituer et de suivre leur parcours de formation, leur mobilité géographique, leurs trajectoires professionnelles et plus généralement leur itinéraire biographique afin de mieux comprendre leurs divers engagements. Le dossier propose un cheminement de recherche sur des femmes que leur profession a mises en contact avec l’enfance et la jeunesse en difficulté, sur lesquelles elles auraient par exemple développé des discours ayant contribué à les faire exister socialement. L’écriture de ces « nouveaux » portraits alimentera l’histoire de l’enfance irrégulière autant que celle des femmes, dans un face-à-face renvoyant à la difficulté d’en faire l’histoire.

En effet, l’écriture de ces portraits féminins révèle immanquablement l’écueil récurrent en histoire des femmes et du genre que constitue la difficulté à trouver des archives pour l’étayer. Ainsi, l’histoire de l’éducation s’est le plus souvent déclinée au masculin, qu’elle soit celle des pédagogues, des grands éducateurs ou des pionniers de la médico-pédagogie, de la pédopsychiatrie, de la psychologie infantile ou de la psychanalyse. Le pourcentage de femmes dans les dictionnaires ou les sommes biographiques reste minime. Il devient alors intéressant d’englober dans les récits biographiques qui seront proposés les éléments qui ont pu faire résistance à leur écriture. La difficulté à porter à la connaissance du public des figures féminines en raison de l’absence d’archives pose la question du geste de destruction de documents par les actrices elles-mêmes ou par leurs descendant.es qui, par manque d’intérêt ou par pudeur, ont pu faire disparaître les traces de ces femmes et notamment de celles qui, restées célibataires, n’ont pas fait le « jeu social » du mariage et des enfants[4]. Restent parfois des ouvrages théoriques qui permettent d’approcher les idées et les méthodes de ces « pionnières », voire des essais, des mémoires ou des autobiographies.

Pour les plus connues, il conviendra d’éclaircir les conditions qui ont présidé à la construction des carrières et à l’accession à la notoriété : mise au point d’une méthode, fondation d’une institution, publication d’ouvrages, statut de disciple d’un maître ou d’un mentor, appartenance à un réseau social, politique, religieux ou naissance dans une certaine classe sociale… Les champs de l’éducation spécialisée et du social semblent avoir été un moyen d’émancipation pour les femmes : le choix d’une profession plutôt que de la famille (mari et enfants) peut permettre d’être autonome financièrement, de pouvoir se déplacer, d’accéder à des fonctions de direction de services, d’institutions ou même à l’écriture ; il peut également conduire à un engagement pour des causes féministes. Certains noms sont connus, comme ceux de Maria Montessori ou d’Helen Key, mais d’autres sont à découvrir : Elisabeth Huguenin en Suisse, Elisabeth Rotten en Allemagne, Marguerite Soubeyran en France, Hélène Antipoff en Russie et au Brésil… Au-delà du portrait de grandes figures, nécessaire pour éclairer des parcours trop peu connus, il s’agirait aussi de révéler et de mettre en lumière les « seconds couteaux » voire les « petites mains » de la prise en charge de l’enfance irrégulière – éducatrices, assistantes sociales, surveillantes, infirmières, juges, médecins, femmes de ménage, cuisinières… Les contributions pourront autant être des biographies individuelles que des portraits de groupe, contribuant par exemple à éclairer la professionnalisation de certaines fonctions (éducatrice, personne préposée à recueillir les enfants abandonné.es, déléguée à la liberté surveillée…).

Ce numéro de la RHEI souhaite également interroger les démarches de recherche qui ont conduit à écrire ces biographies féminines, en questionnant par exemple de façon critique les conditions d’accès et d’analyse des archives sur lesquelles elles se fondent : présence ou absence d’archives, types de documents, cheminement pour y accéder (archives publiques, privées, familiales, de voisinage…), obstacles et écueils de tous ordres, récits transmis, secrets révélés… Il s’agit en quelque sorte de mettre en place une démarche historique « surlignée ». Les contributions proposées devront donner à voir les démarches de recherche de leurs auteur.es, les choix effectués, les interrogations sur la façon d’entreprendre un tel récit et jusqu’à la mise en scène du récit, la dramaturgie voire la « fictionalisation » des vies féminines qu’elles analysent, artifices scientifiques permettant de pallier les silences ou les béances des archives. On pense ici au Dossier Bertrand, jeux d’histoire[5] ou à La vie retrouvée de Jean-François Pinagot[6]. L’usage de l’iconographie et de la reproduction d’archives est encouragé, comme est envisageable une écriture entre sciences sociales et littérature, voire qui fasse appel à l’image (bande-dessinée par exemple). Néanmoins, s’il se prête à une écriture narrative, notons que chaque portrait de femmes ou de groupe proposé devra respecter les canons de l’écriture historienne (sources, références, bibliographie…) et reposer sur des archives originales.

Les propositions de communication, d’une longueur de 400 mots environ et accompagnées d’une courte notice biobibliographique, sont à envoyer pour le 8 novembre 2021 aux adresses électroniques figurant à la toute fin de cet appel.Les thèmes suivants pourront être abordés mais de façon non exclusive, sans limitation d’aire géographique : 

–                 L’insertion des femmes dans un champ en formation : dynamiques et formes de la professionnalisation, place du care dans le champ considéré

–                 La place de la religion : engagement de servir voire vocation religieuse, opposition par rapport à l’engagement républicain ou à la vocation laïque ?

–                 Les publics privilégiés : âge, genre, problématiques sociales, institutionnelles (juridiques, médicales, rééducatives).

–                 Avec, sans ou contre les hommes (engagement de célibataires, relations de soutien, de disciple, de muse, de camarade, d’amante…) ?

–                 Quelles traces ? L’engagement par l’écriture (écriture professionnelle, roman, autobiographie, biographie)

Contact : pour le comité de rédaction de la RHEI, Martine Ruchat (Martine.Ruchat@unige.ch) & Amélie Nuq (amelie.nuq@univ-grenoble-alpes.fr).


[1] « Rôle des femmes en faveur de l’Education nouvelle en France et en Europe », Spirale, à paraître, premier trimestre 2021.

[2] Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust (dir.), « Le care, une ‘voix différente’ pour l’histoire du genre », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 49/2019

[3] Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu (dir.), « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (XIXe-XXe siècles) : une histoire invisible ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 35/2019.

[4] Voir notamment l’ouvrage de Geneviève Guilpain, Les célibataires des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVII-XXI siècles), L’Harmattan, 2012 et plus largementMichèle Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire. Paris, Flammarion, 1998.

[5]  Philippe Artières, Anne-Emmanuelle Demartini, Dominique Kalifa, Stéphane Michonneau, Sylvain Venayre, Le Dossier Bertrand, jeux d’histoire, Paris, Manuella Editions, 2008.

[6] Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot : sur les traces d’un inconnu, 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.