Colloque – « L’habit ne fait pas l’élève », 22-23 oct. 2021, cité de Sorrèze

Vendredi 22 octobre

Matin – 8h45-12h30 – Présidence de séance : Rémy Cazals

Accueil des participants : Mme Claudie Bonnet Présidente du syndicat mixte de l’Abbaye-école de Sorèze et Mr François Godicheau directeur de Framespa. Présentation du colloque par Véronique Castagnet-Lars

  • 9h30-10h – « L’identité de l’élève à travers ses vêtements. Une approche juridique », Adrian Loretan, Professeur en histoire du droit de l’Église, Université de Lucerne (Suisse)
  • 10h-10h30 – « L’habit fait-il le genre de l’écolier ? La question du genre à l’épreuve de l’institution scolaire dans la France des années 1950-1970 », Aude Le Guennec, Enseignant-chercheur en anthropologie de la mode, Université Heriot-Watt, Ecosse (UK) & Nicolas Coutant, Directeur Adjoint, Musée National de l’Éducation (Munaé), Rouen

Débat – échanges

Présidence de séance : Véronique Castagnet-Lars

  • 11h30-12h – « Lacordaire et l’uniforme sorézien », Marie-Thérèse Duffau, Chargée de recherche au CNRS/FRAMESPA

Débat – échanges

Après-midi 14h-18h30

  • 14h15-15h15 – « Questionner le vêtement à l’école : retour sur une expérience pédagogique menée avec les élèves de Sorèze », Nathalie Lasportes, Professeur des écoles, et ses élèves de CE1

15h15-16h45 – visite de l’Abbaye-école pour tous les participants, accompagnés des élèves de l’école primaire

Présidence de séance : Guy Astoul

  • 17h00-17h30 – « Discipline et pratiques vestimentaires dans les écoles et universités médiévales XIIe-XVe siècles », Nathalie Gorochov, Professeure des Universités en histoire du Moyen Âge, Université de Paris-Est Créteil, Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (C.R.H.E.C.).
  • 17h30-18h – « Codifier le vêtement des écoliers dans les structures éducatives aux XVIe-XVIIIe siècles », Véronique Castagnet-Lars, Maîtresse de conférences en histoire moderne, Université de Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA

Débat – échanges

Samedi 23 octobre 2021

Matin 9h-12h30 – Présidence de séance : Caroline Barrera

  • 9h-9h30 – « Bernhard Christian Faust (1755-1842) ou le projet d’un vêtement libre, sain, uniforme et national », Alexa Craïs, Maîtresse de conférences en allemand, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 9h30-10h – « Les élèves du secondaire et l’uniforme. Entre signe distinctif apprécié, fardeau financier et carcan antihygiénique (1802-1914) », Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine à l’Université de Lille (INSPE-Académie de Lille-HdF) et membre du laboratoire IRHIS (UMR-CNRS 8529)

Débat – échanges

  • 10h30-11h – « Le vêtement et son langage dans le monde universitaire britannique au XXe siècle : retour sur quelques romans de campus », Jacques Cantier, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Toulouse – Jean Jaurès (France)
  • 11h-11h30 – « Habillées à la dernière mode européenne… Le vêtement et l’école entre mission civilisatrice et émancipation. Religion, éducation, nation au Proche-Orient, des Ottomans aux États-nations (XIXe-XXe siècles) », Jérôme Bocquet, Professeur en histoire contemporaine à l’Université Tours et membre du laboratoire EMAM (Equipe Monde Arabe et Méditerranée) – UMR 7324 CITERES (CNRS / Université de Tours)
  • 11h30-12h – « L’habit fait-il l’assimilé? Expériences vestimentaires d’un élève de Casamance (Sénégal) de l’école de village à l’école normale (1930-1941) », Cécile Labrune-Badiane, Maîtresse de conférence à l’Université Assane Seck de Ziguinchor

12h30-13h – Conclusions du colloque

Argumentaire

Le récent renouvellement des recherches en histoire de l’éducation met en lumière le rôle d’un acteur jusque-là cité mais resté, dans le fond, méconnu : l’élève, quel que soit son âge, de la petite école à l’université. Historiens, archivistes, anthropologues, sociologues parviennent à placer écoliers et écolières dans les structures éducatives au sein desquelles ils évoluent, entourés de maîtres qui les aident à acquérir des compétences voire une formation professionnelle. Un nouveau regard doit désormais être porté sur ces acteurs de l’éducation afin de cerner davantage leur identité. Or cette dernière est fortement révélée par leurs vêtements, porteurs de signes et de symboles essentiel pour signifier la place de l’écolier dans la société qui lui est contemporaine. Le détournement du proverbe « L’habit ne fait pas le moine » place ainsi le lecteur dans cette réflexion centrale.

Plusieurs axes sont à privilégier dans cette exploration collective. Le premier consiste à poser la question des types de vêtements portés par les écoliers en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur époque. La récente crise sanitaire a sans doute ajouté à la liste des accessoires vestimentaires le masque, en plus du couvre-chef, des chaussures, des ceintures, des barrettes etc qui agrémentent possiblement la tenue des élèves. Le deuxième axe revient sur la symbolique sociale, politique, religieuse, des vêtements portés, qu’ils soient prescrits, obligatoires, recommandés, interdits dans les structures éducatives par les différents pouvoirs (politique, religieux, mais aussi par le phénomène de mode qui relève d’une tendance plus sociale). Le troisième axe enfin devra s’attacher à l’évocation du corps de l’écolier et de l’écolière que le vêtement cache, dévoile en partie, change et s’adapte aux différentes activités de l’écolier (le tablier, la blouse scientifique, la tenue de sport etc).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.