Soutenance de doctorat – Mélanie Fabre, “La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880-1914)”, EHESS, 2021

Mélanie Fabre soutiendra sa thèse pour le doctorat en histoire à l’EHSS ; ce travail est intitulé :

La craie, la plume et la tribune. Trajectoires d’intellectuelles engagées pour l’école laïque(France, années 1880 – 1914)

  • Cette thèse dirigée par Vincent Duclert (EHESS) et Rebecca Rogers (Université de Paris) sera présentée devant un jury composé de :
  • Céline Béraud, directrice d’études HDR à l’EHESS, examinatrice
  • Patrick Cabanel, directeur d’études HDR à l’EPHE, examinateur
  • Carole Christen, professeure à l’Université le Havre-Normandie, rapporteure
  • Florence Rochefort, chargée de recherche au CNRS, examinatrice
  • Yves Verneuil, professeur à l’Université Lumière Lyon II, rapporteur

La soutenance aura lieu en mode hybride le jeudi 25 novembre à partir de 14 heures à l’EHESS avec une jauge qui ne permet pas d’ouvrir la soutenance en présentiel au public. Les personnes qui souhaiteraient y assister à distance pourront suivre le lien ci-après en maintenant leur micro et caméra éteints durant la soutenance (mode : “écoute seule”) : https://websoutenance.ehess.fr/b/fab-pl9-jhbN’hésitez pas à m’écrire pour plus d’informations !

Résumé de la thèse :

Située au carrefour de l’histoire des intellectuels, de l’histoire de l’éducation et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse étudie la trajectoire d’une dizaine de femmes engagées dans la construction de l’école laïque sous la Troisième République, entre la période des lois scolaires et la Grande Guerre. Le but est d’analyser leur construction en tant qu’intellectuelles, tout d’abord en étudiant la manière dont elles accèdent à la culture savante, ensuite en analysant la façon dont elles mobilisent leur capital scolaire et leur expérience professionnelle dans l’instruction pour exprimer publiquement un point de vue critique. Il s’agit ainsi d’analyser leur contribution aux débats qui secouent la Troisième République, dans un contexte où l’instruction laïque cristallise les controverses.La trajectoire personnelle et les engagements de ces femmes seront analysés à l’aune de la crise dreyfusarde, qui constitue une injonction à l’action et une période de refondation de la culture républicaine dans un contexte de « Guerre des deux France » marqué par la rivalité entre école laïque et école catholique. Leur parcours sera aussi étudié au prisme de la poussée féministe qui marque le passage du xixᵉ au xxᵉ siècle en questionnant l’institution scolaire.

Ce travail s’intéresse à quelques personnalités, jusqu’alors méconnues de l’historiographie, qui évoluent dans le monde de l’instruction, qui s’engagent au quotidien dans leur profession, mais qui posent souvent la craie pour tremper leur plume dans l’encre de la polémique, sans hésiter parfois, n’en déplaisent aux détracteurs des « femmes savantes », à monter à la tribune.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.