Cours public – “Vive l’école !”, Université Rennes II

S’il est bien un terrain politique miné en France, c’est celui de l’Éducation. Les Jésuites, expulsés du Royaume en 1762-64, en savent quelque chose… comme les ministres des années 1980, tombés pour l’École unique ou la sélection à l’entrée de l’Université. Sous la Restauration ou le Second Empire, ils suspendaient des enseignants ou fermaient des grandes écoles athées et antimonarchiques, Vichy excluant les pédagogues juifs, quand la République radicale de la Belle Époque poussait les enseignants congréganistes à l’exil. Les motifs des batailles scolaires peuvent changer, comme la nébuleuse des termes associés, mais c’est toujours de temporalités qu’il s’agit. D’un côté s’engage la perpétuation des privilèges et du roman national en tension, de l’autre l’actualisme de pratiques éducatives sous le feu des critiques entre nostalgiques et innovateurs plus ou moins responsables, enfin et sur fond de liberté de conscience, la préparation espérée des générations futures à des avenirs, ici radieux au service d’un pouvoir sans partage, là doucement utopiques, là d’un réalisme désespérant. En ces temps de Nation apprenante, de sciences cognitives et de l’éducation qui interrogent le rôle de la mémoire et de l’expérimentation dans le développement intellectuel, social et psychique, ou d’ubérisation des savoirs (menaçant leur légitimité), l’approche en longue durée permet d’identifier les nouveaux terrains de recherche. De solides travaux éclairent notamment les outils, lieux, pratiques, mixités et titres pédagogiques, les diverses conceptions de formats pour « faire la classe », la neutralité ou le regard sourcilleux des pouvoirs, la parole donnée ou rendue aux intéressés que sont éduqués et éducateurs, trop souvent enfermés dans la catégorie des « acteurs », bien qu’ils subissent plus qu’ils ne peuvent agir… alors, entre instruction, enseignement,
éducation, formation, pédagogie, cours, cursus, tutoriel, distanciel, mooc… rappelons avec Anne Chang que le premier mot employé par Confucius est « Apprendre ».

Patrick Harismendy
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Rennes 2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.