Soutenance de doctorat – Dalia Khalil, “Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)”, ENS Lyon, déc. 2021

Dalia Khalil a soutenu sa thèse de doctorat en histoire contemporaine à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, spécialité histoire de l’éducation, intitulée : 

Fernant Leprette, entre la France et le ministère de l’Instruction publique égyptien (1919 – 1956)

Cette thèse est dirigée par Philippe Savoie et co-encadré par Frédéric Abécassis et sera présentée devant un jury composé de : 

  • Laura Abou Haidar, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Rapporteure
  • Jean-François Fau, Professeur, Université Senghor Alexandrie, Rapporteur
  • Sylvia Chiffoleau, Directrice de recherche, UMR LARHRA, Examinatrice
  • Daniel Lançon, Professeur des universités émérite, Université Grenoble Alpes, Examinateur
  • Frédéric Abécassis, Maître de conférences, École normale supérieure de Lyon, Co-encadrant
  • Philippe Savoie, Professeur des universités, École normale supérieure de Lyon, Directeur de thèse

La soutenance a eu lieu le lundi 13 décembre à 14h30 à l’ENS Lyon, à la salle D2-012.

Résumé de la thèse :

Le statut du français en Égypte a toujours été lié à la situation politique générale du pays. Bien que la langue française n’ait jamais été reconnue comme langue officielle en Égypte, elle a longtemps été considérée comme la première langue étrangère de communication internationale. De ce fait, elle a bénéficié d’un statut privilégié et unique dans les grandes villes du pays telles que Le Caire et Alexandrie. Cette étude s’est donnée pour objectif d’utiliser le fonds Leprettepour faire apparaître et analyser le rôle de la France dans l’enseignement public égyptien au cours du XXe siècle, plus précisément entre 1919 et 1956.

Enseignant, puis inspecteur, Fernand Leprette a été en relation avec l’ensemble des enseignants de français (français et égyptiens), recueillant attentivement leurs témoignages et répondant à leurs demandes. Sa correspondance avec les enseignants de français, ses rapports de visites dans les différents établissements éducatifs du pays, ses notes, ses articles et ses comptes-rendus, sont autant de sources d’informations.

La position de Fernand Leprette, entre vie littéraire francophone égyptienne et réseau éducatif national, lui permettait d’avoir un regard averti sur le niveau du français en Égypte et sur l’ampleur de sa présence. En 1922 et comme conséquence de l’occupation britannique, c’est un malaise profond que vivaient les inspecteurs de l’Éducation nationale et les autorités françaises, en constatant le bas niveau des étudiants en français. Pour tous, des réformes s’imposaient, qui nécessitaient de nouvelles réglementations concernant l’enseignement et l’apprentissage de cette langue. C’est dans ce cadre que se situe notre recherche qui se propose de suivre l’évolution du français en Égypte depuis son implantation, au début du XIXsiècle, jusqu’en 1956. Et cela à travers le rôle qu’a eu Fernand Leprette au ministère de l’Instruction publique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.