Parution – Arnaud Desvignes, “L’Université française entre autonomie et centralisme, des années 1950 aux années 1970”, CTHS, 2022

https://www.cths.fr/ed/edition.php?id=7579

Cet ouvrage est issu d’un doctorat soutenu à Sorbonne Université, sous la codirection de Jean-Noël Luc et d’Emmanuelle Picard, et qui a obtenu le Prix de thèse du CTHS 2018. Après avoir rappelé les caractéristiques de l’enseignement supérieur français avant 1968, il analyse en détail les modalités d’application de la loi Faure, en étudiant notamment le cas de trois universités : Paris VII, Picardie et Rennes I. Si Edgar Faure remet au goût du jour le principe d’« autonomie des universités », avancé par les réformateurs de la Troisième République, il intègre habilement à son projet de loi les notions de « participation » et de « pluridisciplinarité », chères à certains de ses contemporains. Nommé en juillet 1968, il réussit à faire promulguer sa loi en novembre, après un vote à l’unanimité. Malgré ses faiblesses, ce texte demeure une ligne d’horizon pour tout projet de réforme de l’enseignement supérieur français. C’est dire l’intérêt d’une étude permettant de réévaluer sa place dans l’évolution du système universitaire, alors que les questions de l’accès à l’enseignement supérieur, de la modernisation de cet enseignement et de son positionnement face à des politiques néolibérales sont, plus que jamais, d’actualité.

Introduction

  • L’épineuse question de l’enseignement supérieur
  • Pourquoi un nouveau livre sur l’enseignement supérieur ?
  • Recherches en cours et sources

Chapitre 1 : L’université française à la veille de mai 1968 : des structures surannées dans un monde professionnel modifié ?

  • Des structures pesantes
  • Des structures confrontées à la massification

Chapitre II : Un découpage des nouvelles universités prisonnier de l’ordre ancien ?

  • La constitution des UER sous l’égide d’Edgar Faure : participation et pluridisciplinarité limitées
  • L’instrument de la transition entre l’ancien et le nouveau système : les conseils transitoires
  • La formation des nouvelles universités sous le ministère Guichard : consultation des enseignants et arbitrage du pouvoir central

Chapitre III :  Les premiers pas des nouvelles universités : des assemblées provisoires à la rédaction des statuts

  • La formation des assemblées provisoires
  • La rédaction des statuts : des universités en liberté surveillée

Chapitre IV :  Jeux de pouvoirs ou le principe de participation à l’épreuve des faits

  • L’installation progressive des nouvelles institutions
  • Les nouvelles institutions face à la montée de l’abstention et à l’influence des syndicats
  • L’exercice de la présidence au risque du conflit avec les UER

Chapitre V : L’impact de la loi Faure sur les formations dispensées par les universités

  • Des débats sur la nature et le contenu des diplômes aux réflexions sur la carte universitaire
  • La réforme du DEUG
  • La réforme du troisième cycle

Chapitre VI : Les universités face au mur de l’argent (1969-1976)

  • Un budget limité, des critères de répartition contestés
  • Le vote du budget par les conseils d’université : un « bras de fer » entre le ministère et les universités (1971-1976)
  • Manque de moyens et/ou mauvaise gestion des fonds par les universités

Conclusion générale


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search