Soutenance – Béatrice Robic, “« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)”, 2022

Béatrice Robic soutient sa thèse pour le doctorat en histoire :

« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)

‘Where Are the Children?’: The Long Decline of Child Labour in England and Wales (1870-1914).

Cette thèse a été réalisée à Sorbonne Université (Centre d’histoire du XIXe siècle) sous la direction de Fabrice Bensimon.

Le jury sera composé de :

  • Monsieur Fabrice Bensimon, Professeur des universités, Sorbonne Université, directeur
  • Madame Myriam Boussahba-Bravard, Professeure des universités, Université Le Havre Normandie, rapporteuse
  • Madame Jane Humphries, Emeritus Professor, Oxford University, et Centennial Professor, London School of Economics
  • Madame Manuela Martini, Professeure des universités, Université Lumière Lyon 2
  • Monsieur Philippe Minard, Professeur des universités, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, rapporteur
  • Monsieur Simon Szreter, Professor, University of Cambridge

La soutenance se tiendra au campus des Cordeliers (15 rue de l’École de médecine, 75006, Paris) dans l’amphithéâtre Gustave-Roussy (escalier B, 2e étage).

« Où sont les enfants ? ». Le long déclin du travail des enfants en Angleterre et au pays de Galles (1870-1914)

Bien que le travail des enfants en Grande-Bretagne pendant la Révolution industrielle soit l’un des grands thèmes de l’histoire économique et sociale, la question de savoir quand et pourquoi il cessa d’être endémique a été relativement peu étudiée. En outre, quatre écoles de pensée s’affrontent sur ce point. Selon trois d’entre elles, le déclin du travail des enfants se serait amorcé avant 1870 et aurait été causé par des facteurs exogènes à l’organisme étatique, principalement économiques et culturels. D’autres travaux ont mis au contraire l’accent sur le rôle de l’État dans cette évolution, par le biais du droit du travail ou de sa politique éducative, mais sans chercher pour autant à le démontrer. C’est dans ce débat que notre thèse vient s’inscrire. Plus précisément, elle porte sur l’Angleterre et le pays de Galles, dont les systèmes légaux et éducatifs sont identiques. La période choisie (1870-1914) est caractérisée par une diminution marquée du nombre d’enfants actifs d’après les recensements de population. C’est pourquoi nous formulons l’hypothèse qu’il existe un lien fort entre la mise en œuvre de la scolarité obligatoire après 1870 et l’élévation progressive de l’âge du travail. Pour évaluer l’impact des politiques publiques sur la chronologie du déclin du travail des enfants, nous nous appuyons sur un vaste corpus de sources primaires et secondaires relatives notamment à l’histoire de l’éducation et du travail. L’originalité de notre étude tient à ce qu’elle est fondée sur une double approche, qualitative et quantitative, et intègre l’histoire locale dans un récit national.

‘Where Are the Children?’: The Long Decline of Child Labour in England and Wales (1870-1914)

Although child labour in Britain during the Industrial Revolution is a well-documented topic in economic and social history, the question as to when and why it ceased to be endemic has received relatively little attention. Moreover, there are four schools of thought on this issue. According to three of them, the decline of child labour began before 1870 and was caused by exogenous factors, mainly economic and cultural, rather than by State interference. By contrast, other studies have underlined the role of the State in this development, through labour law or educational policy, but without seeking to demonstrate it. It is to this debate that this thesis makes a contribution. More specifically, it focuses on England and Wales, which have identical legal and educational systems. The period chosen (1870-1914) was characterised by a marked decline in the number of working children according to population censuses. This is why we formulate the hypothesis that there was a strong relationship between the implementation of compulsory schooling after 1870 and the gradual increase in the average age for starting work. In order to assess the impact of public policies on the timing of the decline of child labour, we rely on a vast corpus of primary and secondary sources relating in particular to the history of education and work. This study is original in so far as it combines quantitative and qualitative approaches, and incorporates local history into a national narrative.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search