Thèse en cours: La présentation de la Grèce ancienne dans l’histoire éducative en France au XIXe siècle (1814-1914)

Kondylenia Belitsou travaille à une thèse, sous la direction de Pierre Ellinger (Université 7, Paris-Diderot) et Luigi Cajani (Université de Rome-La Sapienza) sur « La présentation de la Grèce ancienne dans l’histoire éducative en France au XIXe siècle (1814-1914)« .

Présentation:

Augustin Thierry disait que le XIXe siècle était le siècle de l’histoire. C’est l’époque où la France à travers une scène politique instable, essaye à trouver un équilibre et concilier les idées libérales et les idées conservatrices, pour aboutir à la fin de siècle à la Troisième République. Dans ce cadre, l’histoire s’impose pleinement dans l’enseignement comme discipline à part entière. Malgré sa mise en place progressivement dans l’école française, elle reste pour la plupart du siècle liée avec l’humanisme, qui constitue le fond de la culture classique.

Cette culture gréco-romaine toujours présente dans le système éducatif, depuis la fin du XVIe siècle a une place privilégiée dans l’enseignement secondaire. Son but est seul et unique: former l’esprit. Cependant, la révolution française va changer la présentation et l’écriture de la Grèce ancienne. L’échec de la république jacobine et le fantôme de Robespierre modifient la manière avec laquelle le monde savant affronte l’histoire ancienne. L’idée du progrès de Benjamin Constant et son discours sur les libertés des Antiques comparée à celle des Modernes montrent qu’une équivalence entre une république moderne et une cité antique est presque impossible. « Le but des anciens était le partage du pouvoir social entre tous les citoyens d’une même patrie : c’était là ce qu’ils nommaient liberté. Le but des modernes est la sécurité dans les jouissances privées ; et ils nomment liberté les garanties accordées par les institutions à ces jouissances »[1] Le modèle ultime de la Grèce antique commence graduellement à perdre ses supporteurs. L’histoire nationale qui était longtemps à la marge commence à gagner sa place. Malgré ce climat négatif, l’histoire de la Grèce s’impose en cinquième de l’enseignement secondaire avec quelques exceptions qui se trouve en sixième et en troisième.

A travers les changements socio-politiques du XIXe siècle, on va pouvoir cartographier l’enseignement historique de la Grèce ancienne dans l’enseignement secondaire. La liaison étroite entre les humanités classiques et l’histoire va nous aider à montrer que l’histoire ancienne suit un chemin diffèrent à celui de l’histoire nationale, puisque au moment où l’histoire nationale commence à faire évoluer considérablement la pensée historique, le modèle de l’histoire ancienne reste statique. En divisant la période en quatre parties par rapport aux changements politiques du pays, d’abord, on va étudier les textes officiels pour voir le discours officiel du ministère et du gouvernement. Ensuite, les manuels scolaires vont nous aider à constater si la présentation de la Grèce ancienne s’éloigne du modèle de l’histoire antiquaire et d’Historia Magistra Vitae de Cicéron des siècles précédents et si elle se laisse influencer par l’histoire scientifique à la fin de siècle. Les protagonistes primordiaux vont être les auteurs des manuels scolaires et les ministres de l’Instruction publique. A travers leurs discours et leurs récits, on tente de montrer si l’histoire enseignée de la Grèce ancienne allait de pair avec l’historiographie de l’époque, en prenant en considération la scène politique bouleversante qui est cristallisée dans le discours historique sur la démocratie athénienne pendant  le siècle.


[1]          CONSTANT,Benjamin, De la liberté des anciens, comparée à celle des modernes,Ecrit politiques  Gallimard, Paris,1997, p.603


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *