AàC – Colloque anniversaire de la RIPC, 6 et 7 juin 2024 – Atelier “Campus Politics? Analyses comparées des politisations étudiantes”

Dans le cadre du Congrès anniversaire de la Revue internationale de politique comparée qui aura lieu les 6 et 7 juin 2024 à l’Université Catholique de Lille sur le thème “Crises et mutations du politique au XXIème siècle : regards comparatifs”, nous organisons un atelier intitulé “Campus Politics ? Politisations étudiantes comparées et transformations de l’enseignement supérieur” coordonné par Annabelle Allouch (UPJV/CURAPP-ESS), Delphine Espagno-Abadie (Sciences Po Toulouse/LASP) et Stéphanie Archat (PACTE).

Vous pourrez trouver ci-dessous les mots-clés et le descriptif. La deadline pour envoyer vos propositions de communication est le 28 février 2024. Les propositions doivent être envoyés à l’adresse suivante : annabelle.allouch [at] u-picardie.fr , ainsi qu’au secrétariat de la revue : redaction-ripc [at] uclouvain.be

Descriptif de l’ensemble du colloque :
https://ripc.cairn.info/wp-content/uploads/sites/39/2023/11/Colloque_RIPC_2024_AAC-def.pdf


Mots-clés : Policy feedbacks; politiques universitaires comparées; politisation des étudiants; contestation; socialisation politique.

Présentation scientifique

Durant les cinquante dernières années, les systèmes d’enseignement supérieur ont connu une véritable lame de fond qui a contribué à modifier largement leurs publics et leurs modes de gouvernance (Mignot-Gérard et al., 2019). La sociologie des organisations souligne d’ailleurs que cette tendance s’est accélérée ces vingt dernières années -notamment sous l’influence de l’Union européenne- au point de transformer les universités « en une organisation comme les autres » (Musselin, 2006). Mais dans quelle mesure les politiques universitaires affectent-elles également le rapport au politique des étudiants et des étudiantes ? Et comment comprendre ces effets dans une perspective comparée ?
A partir de recherches empiriques qui articulent sociologie de la participation politique et de l’action publique, l’atelier vise à éclairer les effets des changements des politiques universitaires des dernières décennies sur leurs usagers (massification, internationalisation, économie de la connaissance, instauration du New Public Management, etc.), en les saisissant à partir des modes et les trajectoires de politisation et de contestation des étudiants dans différents contextes nationaux. On se propose ainsi de comprendre ces processus de politisation comme autant de policy feedbacks on mass publics (Pierson, 1993) qui, en fournissant des ressources, des messages ainsi que des normes aux usagers (Dupuy, van Ingelgom, 2019 ; Spire, 2016 ; Mesnel, 2021 ; Revillard, 2018) transforment le rapport au politique des étudiants, leurs préférences politiques, leurs modes d’engagement et de contestation, y compris lorsque ces réformes n’induisaient pas un effet direct sur eux et leur travail scolaire. Pour ce faire, on se concentrera sur l’échelle des institutions et de leur campus, dans différentes configurations nationales.

Depuis les années 2010, une littérature centrée autour de la notion de « campus politics » émerge en effet dans l’espace nord-américain. Mobilisée par des journalistes tout comme par certains sociologues (Binder et Woods, 2022), le terme désigne ce qui est vécu comme une forme de conflictualisation des rapports sociaux sur les campus (qui aurait pour conséquence la disparition de la liberté d’expression ou des libertés académiques), tout autant que les processus de politisation des enjeux universitaires, autour des questions comme le genre et les inégalités genrées ou encore la diversité et la lutte contre les discriminations. La notion qui présente de nombreuses limites, permet néanmoins de rendre visible les effets des formes de socialisation spécifique à l’expérience étudiante prise dans toutes ses dimensions sur la politisation des jeunes de 18 à 25 ans scolarisés dans une filière de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle permet également de réévaluer l’importance dans les processus de socialisation politique de la spatialité et de la temporalité des relations sociales sur les campus universitaires, en y intégrant également les routines organisationnelles des institutions et de leurs personnels. En se centrant sur la dimension spatiale du travail de socialisation des institutions, on réintègre ainsi les effets d’« un lieu physique qui fonctionne comme espace de mise en visibilité des rapports sociaux de classe et de sexe » (El Chazli, 2020, p. 86) mais également un niveau intermédiaire de l’analyse de l’action publique universitaire incarné par les personnels administratifs et enseignants, entre Etats et usagers.

A partir de cette notion, l’atelier se propose donc de réarticuler l’analyse des modes de politisation étudiantes et les effets des changements induits par les politiques universitaires (Mignot-Gérard et al., 2019, op.cit. ; Ravinet, 2011 ; Musselin, 2002 ; 2006, op.cit.). Dans quelle mesure les réformes liées à la marchandisation, et plus généralement l’accélération des réformes liées l’instauration d’une rationalité gestionnaire dans de nombreux systèmes européens, notamment liées à la multiplication des agences de moyens (Crespy, Leresche, 2022) affectent-elles la construction du rapport au politique des étudiants ? De la même manière, l’institutionnalisation à la lutte contre les discriminations ou encore le rôle des classements internationaux dans le supérieur depuis ces vingt dernières années (Espeland, Saunders, 2016) ont-elles affecté l’intériorisation de dispositions et de connaissances politiques spécifiques ? L’atelier s’inscrit plus largement dans la veine de travaux, qui, en sociologie politique, replacent les socialisations universitaires au cœur du travail de politisation des étudiants, en postulant que les institutions ont -au-delà des socialisations familiales et scolaires antérieures -un effet propre (Desrumeaux, Mainsaint, 2022). Dans la lignée de recherches qui portent sur des configurations plus anciennes (MacAdam, 1988 ; Favre, Offerlé, 2002 ; Muxel et al., 2004 ; Lahire, 1995), les travaux de S. Michon soulignent en particulier le poids de la discipline et du contexte des études (petite ou grande promotion, contexte des études plus ou moins élitiste, etc.) dans la politisation des groupes étudiants (Michon, 2006). En prenant en compte non seulement les conditions sociales de cette politisation mais également leurs conditions institutionnelles, comment les modes de politisation des étudiants se sont-elles vues modifiées par la transformation du paysage de l’enseignement supérieur ? 1La sociologie qui s’intéresse au « campus politics » présente un biais parfois culturaliste (ou quasi-culturaliste) dans la lignée des cultural studies anglo-américaines, qui considèrent parfois qu’il existerait une culture de campus propre à cet espace et qui, bien que reproduisant les modes de vie et le rapport au scolaire des classes moyennes et supérieures, s’en émanciperait partiellement.

Cette articulation entre milieux universitaires et socialisation politique a également connu un développement particulièrement fécond dans plusieurs études récentes de sociologie politique qui s’attèlent à analyser les formes du militantisme dans des Etats autoritaires, notamment en contexte révolutionnaire (Baamara, 2016 sur l’Algérie ; El Chazli, 2020 sur l’Egypte). Influencée par la sociologie processuelle des mouvements sociaux et une sociologie des socialisations politiques attentive au poids des événements dans les trajectoires militantes (Filleule, 2001 ; Pagis, 2014), ces études soulignent notamment le rôle des modes de vie des étudiants (en cité universitaire, c’est à dire dans un espace relativement affranchi du contrôle parental) dans les mobilisations politiques (Gourisse, 2011 sur la Turquie). Cette lecture nous paraît d’autant plus féconde qu’elle invite à penser les effets comparés des politiques universitaires (par exemple concernant le logement) à partir de cas à priori décentrés des espaces les plus légitimes de l’enseignement supérieur, en général associé aux Nords et aux pays occidentaux.

Pour articuler ces approches, deux axes seront privilégiés au sein de l’atelier :

Le premier axe portera sur la compréhension des modes et des trajectoires de politisation des étudiants dans le contexte des évolutions récentes de l’enseignement supérieur, que les communications seront invitées à enrichir à partir d’enquêtes empiriques portant en priorité sur le niveau des configurations institutionnelles. Ainsi, des réformes comme celle de la sélection à l’université française (loi ORE de 2018 instaurant la plateforme Parcoursup) ont-elles pu affecter non seulement la composition sociale des filières et des établissements, mais aussi la connaissance du politique par les étudiants (compris comme un univers spécialisé) ou encore leur capacité à se positionner sur l’échiquier politique ? Si oui, quels sont les espaces, les situations ou les groupes institués qui, dans les trajectoires des individus, affectent dans cette nouvelle configuration leur rapport au politique ? Plus largement, comment les politiques universitaires définissent-elles le rôle des étudiants sur le campus en affectant leurs représentations de leur rôle social et politique ?

Le deuxième axe de l’atelier sera centré sur les transformations du militantisme étudiant sous les effets des politiques universitaires, notamment lorsque ces dernières visent à modifier les publics ou les curricula, voire les formes de l’engagement étudiant lui-même (par exemple en le rétribuant sous forme d’UE ou encore en interdisant les blocages). Ainsi, les communications sont invitées à s’intéresser aux transformations des répertoires d’action collective et des espaces de contestation institués au sein d’établissements comme par exemple les syndicats étudiants (Argibay, 2014 ; Morder, 2006). Par exemple, si la hausse des frais d’inscription en 2010 en Grande-Bretagne a suscité une mobilisation étudiante sans précédent depuis les années 1960, dans quelle mesure a-t-elle affecté sur la longue durée les pratiques des syndicats sur les campus ? De la même manière, comment la mise en place de dispositifs de lutte contre les violences sexistes et sexuelles a-t-elle polarisé (ou non) le travail des syndicats étudiants au regard d’autres causes (autour de la sélection, par exemple) ? D’un point de vue méthodologique, les communications pourront mobiliser des méthodes variées, de la socio-histoire en passant par l’analyse lexicographique et aux études quantitatives, à l’image de la diversité du champ des analyses sur la politisation et la contestation des étudiants. Un intérêt particulier sera porté aux terrains non-occidentaux ou mettant en œuvre un travail de comparaison internationale.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Pierre Porcher-Ancelle (12 février 2024). AàC – Colloque anniversaire de la RIPC, 6 et 7 juin 2024 – Atelier “Campus Politics? Analyses comparées des politisations étudiantes” LE PUPITRE. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vt9w


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search